Tupolev Tu-160 | engagements

Engagements

Les escadrilles commencèrent à être formées en mai 1987 au sein de l'aviation à long rayon d'action. Jusqu'en 1991, dix-neuf avions servirent dans le 184e régiment de l'air en Ukraine. Après l'éclatement de l'URSS, ces avions devinrent ukrainiens bien qu'en 1999 un échange se fît entre la Russie et l'Ukraine qui donna alors huit de ses appareils pour rembourser sa dette. L'Ukraine, ayant officiellement renoncé aux armes nucléaires, a détruit les autres « Blackjacks » en sa possession dont le dernier en février 2001.

En , il n'y a plus que quatorze Tu-160 russes en service[4]. Il est prévu de les maintenir en service. Un contrat de modernisation a même été accordé à la société KAPO ( Kazan Aircraft Production Organisation). L'amélioration devrait porter principalement sur l'équipement électronique. Mais aujourd'hui, les principaux sous-traitants ont disparu et pour procéder aux réparations, il faut récupérer les pièces sur les quatre carcasses entreposées à Joukovski.

En , deux Tu-160 russes ont mené une mission d'entraînement au-dessus du golfe de Gascogne. Ils ont été escortés jusque-là par des chasseurs norvégiens et britanniques. Cet événement marque symboliquement la volonté de la Russie de reprendre un statut de puissance militaire stratégique majeure.

Le , l'arrivée au Venezuela de deux Tu-160 russes pour des vols d'entraînement est saluée par le président vénézuélien Hugo Chávez qui annonça qu'il piloterait l'un d'eux. La Russie réaffirme ainsi sa présence à travers le monde, sans liaison, dixit le discours officiel, avec la situation dans le Caucase[5].

Le , deux Tu-160 réalisèrent un vol d'entraînement au pilotage sur zones sans repères et au ravitaillement en vol au-dessus des eaux neutres de l'océan glacial Arctique et du Pacifique. Ces vols durèrent 23 heures, ce qui correspondait à un nouveau record pour cet appareil. Le record précédent était de 21 heures. Durant leur périple de 18 000 km, ils furent ravitaillés à deux reprises par des Iliouchine Il-78.

En , le 121e régiment de la Garde, basé à Engels, de la 22e division de bombardiers lourds de la Garde de la 37e armée aérienne a onze Tu-160 en service[6]. La base d'Engels abrite aussi le 184e régiment de la Garde, avec ses vingt Tupolev Tu-95.

Leur baptême du feu a lieu le lors de l'intervention militaire de la Russie en Syrie[7].

Le , à 10 h 39, les radars norvégiens repèrent deux Tu-160 à proximité de leur espace aérien, qui sont de nouveaux détectés à 14 h 50, à l’ouest de l’Irlande. À 15 h, les deux appareils russes s’engagent au-dessus de la Manche. La Royal Air Force fait alors immédiatement décoller deux Eurofighter Typhoon. L’alerte est sérieuse et rappelle le survol similaire effectué par des Tu-95 en janvier 2015. L’un de ces appareils, le Aleksandr Golovanov, a été engagé à plusieurs reprises sur le front syrien. Un Rafale, de l’escadron de chasse Gascogne, basé à Saint-Dizier, décolle en alerte pour rejoindre les intrus. Un Mirage 2000-5, de l'escadron de chasse Cigognes, stationné à Lann-Bihoué, en Bretagne, est aussi envoyé. Les deux Tu-160 sont alors escortés par les quatre chasseurs de l’OTAN jusqu’à une soixantaine de kilomètres du Touquet, à la longitude de Dieppe. Ils finiront par rebrousser chemin afin d’éviter le survol des eaux territoriales françaises ou britanniques. L'information est rendue publique début mars 2016 par l'Armée de l'air française, avant d'être relayée dans la presse[8].

Le , deux Tu-160 ont été pris en chasse par dix avions de quatre pays européens depuis le Nord de la Norvège jusqu'au large de Bilbao en Espagne[9],[10].

Le , deux Tu-160 Blackjack ont survolé les eaux internationales depuis la Norvège jusqu'en Espagne et retour. Au cours de ce périple, ils se sont approchés d’une centaine de kilomètres des côtes françaises. Ils ont été interceptés et escortés par les chasseurs de l’Armée de l’air tout au long de cette approche des côtes françaises[11].

Le , un Tu-160 Blackjack a été intercepté par les armées de l'air suédoise, danoise et finlandaise au-dessus de la mer Baltique[12],[13].

Le , deux F-16 belges de la base de Florennes interceptèrent deux bombardiers Tupolev Tu-160 au-dessus de la mer du Nord dans leur mission de surveillance du territoire conjointe avec les Pays-Bas[14].

Dans d'autres langues
Afrikaans: Tupolev Tu-160
azərbaycanca: Tupolev Tu-160
беларуская: Ту-160
български: Ту-160
bosanski: Tupoljev Tu-160
čeština: Tupolev Tu-160
Чӑвашла: Ту-160
Ελληνικά: Tupolev Tu-160
Esperanto: Tupolev Tu-160
español: Túpolev Tu-160
hrvatski: Tupoljev Tu-160
magyar: Tu–160
Bahasa Indonesia: Tupolev Tu-160
italiano: Tupolev Tu-160
ქართული: ტუ-160
қазақша: Ту-160
lietuvių: Tupolev Tu-160
монгол: Ту-160
Nederlands: Tupolev Tu-160
polski: Tu-160
پنجابی: ٹوپولف ٹو-160
português: Tupolev Tu-160
română: Tupolev Tu-160
русский: Ту-160
srpskohrvatski / српскохрватски: Tupoljev Tu-160
slovenčina: Tupolev Tu-160
slovenščina: Tupoljev Tu-160
српски / srpski: Тупољев Ту-160
Türkçe: Tupolev Tu-160
татарча/tatarça: Ту-160
українська: Ту-160
Tiếng Việt: Tupolev Tu-160