Tanit | culte

Culte

Poids carré en plomb portant le signe de Tanit à gauche, musée du Louvre

Outre son sanctuaire à Sarepta, l'un des endroits où le culte de Tanit a été découvert était Kerkouane dans la péninsule de Cap Bon (Watan el-Kibli) en Tunisie.

Tanit était adorée dans le monde punique, en Méditerranée occidentale, de Malte à Gades (future Cadix, au sud de la péninsule ibérique) à l'époque hellénistique. A partir du Ve siècle avant J.-C., le culte de Tanit est donc associé à Ba'al Hammon, le dieu principal de Carthage, lui-même assimilé aux dieux Cronos ou Saturne, selon Diodore de Sicile ou Plutarque. Il est donné ainsi à Tanit l'épithète pene baal ( « visage de Baal ») et le titre de Rabat, la forme féminine de rab ( « tête »). En Afrique du Nord où les inscriptions et les supports liée au dieu Baal Hammon sont abondants, elle figurait une déesse céleste de la guerre, une déesse mère virginale (non mariée) et infirmière et, moins précisément, un symbole de fertilité, dans ses formes les plus féminines[5].

Des fouilles dans l'ancien cimetière de Tyr ont montré que des inscriptions funéraires remontant aux derniers siècles avant J.-C., qui laissent apparaître les noms de Tanit et de Hammon, les premières divinités de Carthage, au milieu de ceux de Melkart, Baal, Astarté, El ou Eshmoun[5], autres divinités d'un espace plus vaste.

Longtemps après la chute de Carthage, Tanit était encore vénérée en Afrique du Nord sous Juno Caelestis pour son identification avec la déesse romaine Junon[7] [ source douteuse ]. Les anciens Berbères d'Afrique du Nord ont également adopté le culte punique de Tanit[8].

Dans la Tunisie actuelle, le souvenir du culte de Tanit et Baal reste présent dans quelques régions : on parle de cultures "Baali" (ba'li) pour dire "cultures non-irriguées", sans doute pour montrer qu'elles dépendent uniquement du dieu Ba'al Hammon[9], et par probable héritage berbère, on chante à l'adresse de Oummouk Tangou (ar. أمك يا نساء طلبت ربي عالشتاء), muni d'une poupée ou d'un bâton entouré de chiffons, pour que la pluie (chta) vienne[10].

Sacrifice d'enfants

Les origines de Tanit se trouvent au panthéon d'Ougarit dans le nord de la Syrie, en particulier chez la déesse ougarite Anat, une consommatrice de chair et de sang. Il existe des preuves importantes, bien que prêtant à interprétation, à la fois archéologiques et dans certaines sources écrites liées au sacrifice d'enfants dans le cadre du culte de Baal Hammon et de Tanit[11].

Les sacrifices d'enfants dans le culte de Tanit et du dieu qui lui est associé[5] ont été mis au jour par les découvertes archéologiques en 1921 au Tophet de Carthage, ancienne aire dédiée aux divinités et surnommée « Tophet de Salammbö ». Selon le théologien et chroniqueur chrétien d'Afrique du Nord Tertullien, ces sacrifices ont eu lieu ouvertement jusqu'au règne de l'empereur Tibère (v. 14-37 après JC)[12]. Ils se poursuivent[13] même après leur interdiction par les autorités romaines (qui le punissaient par la crucifixion), comme l'ont révélé les excavations du second plus grand tophet nord-africain, situé à Hadrumète (actuelle Sousse) en Tunisie.

Dès les années 1970, des fouilles et recherches dirigées par Lawrence E. Stager au Tophet de Carthage, ont montré la présence de restes incinérés d'agneaux, de chèvres mais aussi de foetus, de nouveaux-nés et de très jeunes enfants déposés dans quelque 20 000 urnes entre 400 et 200 avant notre ère. La pratique sacrificielle aurait été continue jusqu'aux premières années de la période chrétienne mais elle reste néanmoins contestée par certains chercheurs comme Sergio Ribichini, Sabatino Moscati ou d'autres anthropologuesi[14],[15] qui soutiennent la thèse de la mort naturelle, face à Patricia Smith et ses confrères de l'Université Hébraïque et l'Université de Harvard[16].

D'autres tophets de même acabit, sous le signe de Tanit et ayant fait l'objet d'études et d'analyses, se trouvent en Sicile et en Sardaigne, à Motyé, Bithia, Tharros ou Monte Sirai.

Dans d'autres langues
العربية: تانيت
asturianu: Tanit
беларуская: Таніт
català: Tanit
Cymraeg: Tanit
Deutsch: Tanit
English: Tanit
Esperanto: Tanit
español: Tanit
euskara: Tanit
suomi: Tanit
galego: Tanit
עברית: תנית
magyar: Tanit
Bahasa Indonesia: Tanit
italiano: Tanit
한국어: 타니트
Nederlands: Tanit
norsk: Tanit
polski: Tanit
português: Tanit
română: Tanit
русский: Танит
svenska: Tanit
українська: Таніт
中文: 塔尼特