Varron (écrivain)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varron et Terentius Varro.

Varron (Marcus Terentius Varro) est un écrivain, savant et magistrat romain de condition équestre, né à Reate (auj. Rieti), en Sabine, en et mort en . Ses écrits, dont l'essentiel ne nous est pas parvenu, apportent quelques éclairages sur l'étymologie des mots latins et l'organisation des connaissances à Rome à la fin de la République.

Biographie

Il fut l'élève d'Accius et des grammairiens Aelius Stilo et Tyrannion. Leur influence apparaît dans les œuvres philologiques de Varron[1].

De 76 à 72 av. J.-C., il participe comme légat et proquesteur à la campagne menée en Espagne par Pompée contre Sertorius. Il en profite pour faire des observations sur les pratiques d'agriculture et d'élevage, dont on retrouve la trace dans le De re rustica. En 70, il est tribun de la plèbe. En 67, il est de nouveau aux côtés de Pompée dans la guerre contre les pirates[2], menée en vertu de la lex Gabinia ; il se voit confier la surveillance d'un secteur allant de la Sicile vers Délos. Il parvint au rang de préteur.

En 49 av. J.-C., pendant les guerres civiles romaines, il est légat de Pompée en Hispanie ultérieure, contre Jules César. Cette province et ses légions se ralliant à César, Varron capitule et se rend à ce dernier[3]. En 47, Marc Antoine s'installe dans sa villa de campagne à Casinum dans le Latium et, selon Cicéron, y mènerait les pires orgies[4].

Ayant obtenu le pardon de César, il se rallie à lui et devient responsable de l'organisation des premières bibliothèques publiques de Rome. Après la mort de César, Octave doit le racheter puisque Marc Antoine l'avait déclaré hors-la-loi. Il abandonne alors totalement la carrière politique pour se consacrer au savoir et à l'écriture.

Dans d'autres langues
euskara: Varron
furlan: Varon
Bahasa Indonesia: Marcus Terentius Varro
íslenska: Varró
srpskohrvatski / српскохрватски: Marko Terencije Varon
shqip: Varroni
Türkmençe: Mark Terensi Waro