Transcriptase inverse

La transcriptase inverse ou rétrotranscriptase (en anglais reverse transcriptase ou encore RT) est une enzyme utilisée par les rétrovirus et les rétrotransposons qui transcrivent l'information génétique des virus ou rétrotransposons de l'ARN en ADN, qui peut s'intégrer dans le génome de l'hôte. Les eucaryotes à ADN linéaire utilisent la télomérase, une variante de la transcriptase inverse, avec le modèle d'ARN contenu dans l'enzyme elle-même. L'enzyme que l'on mentionne collectivement sous le nom de transcriptase inverse comprend en général une polymérase de l'ADN ARN-dépendante et une polymérase de l'ADN ADN-dépendante, lesquelles travaillent en synergie pour réaliser la transcription en sens inverse de la direction standard. Cette transcription inverse ou rétrotranscription permet comme son nom l'indique de transcrire à l'envers c’est-à-dire d'obtenir de l'ADN à partir d'ARN.

La transcription inverse d'ARN est un des mécanismes principaux permettant la génération de séquences répétées dans les génomes, en particulier les répétitions dispersées. Dans le génome des mammifères, les séquences LINE ou les rétrovirus endogènes contiennent ainsi souvent un gène codant une transcriptase inverse permettant la réplication et la multiplication de ces éléments mobiles.

La transcriptase inverse est utilisée dans le cadre d'une RT-PCR pour quantifier par exemple de l'ARN. En effet, la réaction en chaîne par polymérase (PCR) amplifie de l'ADN qui diffère de l'ARN par une différence de sucre (Désoxyribose pour l'ADN, Ribose pour l'ARN), ainsi que par une différence de base azotée (l'uracile (U) de l'ARN correspond à la thymine (T) de l'ADN), la RT effectue ce changement de base pour ainsi donner de l'ADN exploitable en PCR.

Historique

Howard Temin et Satoshi Mizutani et indépendamment de David Baltimore, découvrent en 1970 la transcriptase inverse, associée au virus du sarcome de Rous (RSV).

C'est la détection de la transcriptase inverse dans des cultures de cellules infectées qui a permis la découverte du VIH en 1983 par Jean-Claude Chermann et Françoise Barré-Sinoussi (prix Nobel de physiologie ou médecine en 2008).

D'habitude, seule la transcription de l'ADN en ARN fonctionne, catalysée par l'ARN polymérase.

La transcriptase inverse chez les virus a été découverte en 1962 par Howard Temin et David Baltimore, qui obtiendront pour cela le prix Nobel en 1975, et chez les bactéries en 1972 par Mirko Beljanski et Pierre Manigault en 1972.

En plus des fonctions de transcription, la transcriptase inverse rétrovirale porte un domaine ARNase qui appartient à la famille des ARNase H. Un exemple de transcriptase inverse est la transcriptase du Virus de l'immunodéficience humaine de type 1 [1],[2]

Dans d'autres langues
العربية: منتسخة عكسية
Bahasa Indonesia: Transkriptase balik
日本語: 逆転写酵素
한국어: 역전사 효소
srpskohrvatski / српскохрватски: Reverzna transkriptaza
Simple English: Reverse transcriptase
slovenščina: Reverzna transkriptaza
српски / srpski: Reverzna transkriptaza
中文: 逆转录酶