Tite-Live

Tite-Live
Description de cette image, également commentée ci-après
Tite-Live, portrait fictif (1905).
Nom de naissanceTitus Livius
Naissance64 av. J.-C. ou 59 av. J.-C.
Padoue
Décès17 ap. J.-C.
Padoue
Activité principale
Auteur
Langue d’écritureLatin
Genres

Œuvres principales

Ab Urbe condita libri (Histoire de Rome depuis sa fondation)

Tite-Live (en latin : Titus Livius), né en 59 av. J.-C. ou en 64 av. J.-C. et mort en 17 ap. J.-C. dans sa ville natale de Padoue (Patavium en latin), est un historien de la Rome antique, auteur de la monumentale œuvre de l'Histoire romaine (Ab Vrbe condita libri (AVC)).

Biographie

Origines et vie

Nous ignorons le nom complet (tria nomina) de Tite-Live. Son surnom (cognomen) ne nous est pas parvenu : nous ne connaissons que Titus, son prénom (praenomen), et Livius, son nom (nomen) ou gentilice (gentile nomen). Quant à Patavinus (c'est-à-dire le Patavin ou le Padouan), il s'agit d'un sobriquet (agnomen).

Tite-Live est né au Ier siècle Ier siècle av. J.-C. à Patavium (Padoue) en Vénétie[1]. Sa naissance dans la cité transpadane est attestée par son surnom Patavinus [« le Padouan »][2]. Son année de naissance est incertaine : il serait né en 59 av. J.-C. (695 AUC) si on croit la Chronique (en) de Jérôme de Stridon[3], ou en 64 av. J.-C. (690 AUC) si, comme le dit cet auteur[3], Tite-Live est né la même année que Marcus Valerius Messalla Corvinus, dont la carrière politique connue permet de préciser sa naissance en 64 av. J.-C.. Cette incertitude peut s'expliquer par la confusion de lecture entre les consuls définissant l'année 64 av. J.-C., Caesar et Figulus, et ceux de 59 av. J.-C., Caesar et Bibulus[4]. La date de naissance de 64 av. J.-C. a la préférence des historiens, car elle justifie mieux la fidélité de Tite-Live envers Pompée, mort en 48 av. J.-C., donc lorsque Tite-Live avait 16 ans[5].

Issu d’une famille riche, Tite-Live reçoit son éducation en province, et ce sont ses études de rhétorique qui l’amènent à s’installer à Rome, peut-être plus tard qu'à l'âge habituel de seize ou dix-sept ans, en raison des troubles politiques[6]. Par ailleurs, il n'a jamais exercé de charge publique puisqu'il consacre toute sa vie à la littérature et à l'histoire.

Selon certains historiens, il était en contact avec Auguste[7], qui respectait ses sympathies pour la République et qui, d'après les Annales de Tacite[8], le surnommait Pompeianus [« le Pompéien »], terme par lequel sont désignés les partisans et les soldats de Pompée pendant la Guerre civile. Il va d’ailleurs aider l'empereur dans son entreprise de restauration de la grandeur de Rome. D'après la Vie des douze Césars de Suétone[9], il encouragea Claude, dans ses jeunes années, à écrire de l'histoire.

Famille

Deux inscriptions funéraires retrouvées à Padoue mentionnent un Titius Livius. La première est peut-être son épitaphe[10] : "Tite-Live, fils de Gaius (Caius) ; sa première épouse : Cassia, fille de Sextus ; leurs deux fils : l'aîné, dit l'Ancien (Titus Livius Priscus), et le cadet, dit le Long (Titus Livius Longus)"[11]. La seconde inscription[12] marque le lieu de sépulture d'un affranchi de Livia Quarta, fille de Titus Livius. Toutefois cette identification ne repose que sur l'homonymie.

Une fille de Tite-Live épousa Lucius Magius, orateur médiocre de l'avis de Sénèque l'Ancien[13].

Œuvres

Article détaillé : Ab Vrbe condita libri.
Tite Live Ab Urbe Condita (XVe siècle).

Sénèque nous apprend que Tite-Live a écrit des traités de philosophie ainsi que des dialogues tenant autant de l'histoire que de la philosophie, et le classe en troisième place comme auteur, après Cicéron et son contemporain Asinius Pollion[14],[15]. Ces écrits ne nous sont pas parvenus[16].

L’œuvre principale de Tite-Live, intitulée Ab Urbe condita libri (en français : Histoire de Rome depuis sa fondation), était à l’origine un recueil de 142 livres (sur 150 prévus) qui lui valut une célébrité immédiate. Cependant, seuls 35 livres sont parvenus jusqu’à nous. Les livres relatant l’histoire de Rome pendant les années 292 av. J.-C. à 218 av. J.-C., et ceux couvrant la période allant de 166 av. J.-C. à 6 av. J.-C., ont disparu. Ils ne nous sont connus que par des fragments et des abrégés (appelés periochae), sortes de tables des matières plus ou moins détaillées, à distinguer d'éventuels résumés ou epitomae (qui ont dû exister mais dont les periochae ne semblent pas issues)[17]. Histoire de Rome depuis sa fondation est paru en fascicules peu avant ou en 29 29 av. J.-C.. Auguste se servira de ces livres pour renforcer son pouvoir.

Tite-Live connut de son vivant un succès qui dépassait les limites de l'Italie, comme l'atteste l'anecdote de Pline le Jeune sur un habitant de Gadès (Cadix) qui entreprit de venir à Rome pour le voir[18].

Néanmoins, Tite-Live eut au moins un détracteur, Asinius Pollion qui, seul et par deux fois, lui reprocha sa « patavinité » (patavinitas). L'interprétation de ce terme a suscité une abondante littérature, on a proposé de le comprendre comme désignant la manière de parler et d'écrire le latin propre aux habitants de Padoue[19], une sorte de jargon provincial dont Tite-Live n'aurait pu se défaire. Jacques Heurgon se rallie à l'avis de Pierre Flobert[20], la patavinitas de Tite-Live serait un mot caricatural inventé par un concurrent jaloux, forgé sur le modèle de l'urbanitas, l'expression cultivée romaine[21].

D'après Jérôme de Stridon, Tite-Live meurt dans sa ville natale en apr. J.-C. (770 AUC), trois ans après Auguste[22].

Dans d'autres langues
aragonés: Tito Livio
العربية: تيتوس ليفيوس
asturianu: Titu Liviu
беларуская: Ціт Лівій
беларуская (тарашкевіца)‎: Тытус Лівіюс
български: Тит Ливий
brezhoneg: Titus Livius
bosanski: Livije
català: Titus Livi
corsu: Titu Liviu
čeština: Livius
Cymraeg: Titus Livius
dansk: Livius
Deutsch: Titus Livius
Ελληνικά: Τίτος Λίβιος
English: Livy
Esperanto: Tito Livio
español: Tito Livio
euskara: Tito Livio
estremeñu: Titu Líviu
suomi: Livius
Gaeilge: Livias
Gàidhlig: Livius
galego: Tito Livio
hrvatski: Livije
magyar: Titus Livius
Հայերեն: Տիտոս Լիվիոս
Bahasa Indonesia: Titus Livius
íslenska: Lívíus
italiano: Tito Livio
қазақша: Тит Ливий
Latina: Titus Livius
Lingua Franca Nova: Tito Livio
lietuvių: Titas Livijus
latviešu: Tits Līvijs
Malagasy: Titus Livius
македонски: Тит Ливиј
မြန်မာဘာသာ: လီဗီ
Nederlands: Titus Livius
occitan: Tit Livi
Picard: Tite-Live
português: Tito Lívio
română: Titus Livius
русский: Тит Ливий
sicilianu: Titu Liviu
Scots: Livy
srpskohrvatski / српскохрватски: Tit Livije
slovenčina: Titus Livius
slovenščina: Tit Livij
српски / srpski: Тит Ливије
svenska: Titus Livius
ไทย: ลิวี
Tagalog: Livy
Türkçe: Titus Livius
українська: Тит Лівій
oʻzbekcha/ўзбекча: Titus Livius
vèneto: Tito Livio
Tiếng Việt: Titus Livius
Winaray: Tito Livio