Terreur rouge (Russie)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terreur rouge.

Le terme de terreur rouge (russe : Красный террор (Krasnyï terror)) désigne la politique répressive d'arrestations et d'exécutions de masse appliquée en Russie soviétique par la Tchéka et l'Armée rouge pour le compte du gouvernement bolchevik durant la guerre civile russe. Elle se déroule en parallèle, et dans certains cas en réaction, à la « terreur blanche » appliquée par les Armées blanches contre-révolutionnaires. Pour l'historien Orlando Figes, la Terreur rouge était prévue depuis le début par les bolcheviks, Lev Kamenev considérant notamment que la soumission par la force de toute opposition était le seul moyen d'assurer le succès de la révolution[1]. Selon l'historien britannique George Leggett, environ 140 000 personnes ont péri à la suite de la terreur rouge[2].

Par extension, l'expression est employée dans le langage courant pour qualifier durant la même période la répression et les exactions des mouvements communistes d'autres pays, durant la guerre civile finlandaise (prolongement de la guerre civile russe)[3] ou sous la République des conseils de Hongrie (terreur rouge hongroise)[4].

Dans d'autres langues
azərbaycanca: Qırmızı terror
беларуская: Чырвоны тэрор
čeština: Rudý teror
Deutsch: Roter Terror
English: Red Terror
Esperanto: Ruĝa teroro
hrvatski: Crveni teror
Հայերեն: Կարմիր տեռոր
Bahasa Indonesia: Teror Merah
italiano: Terrore rosso
日本語: 赤色テロ
português: Terror Vermelho
română: Teroarea Roșie
srpskohrvatski / српскохрватски: Crveni teror (Rusija)
slovenčina: Červený teror
svenska: Röd terror
Türkçe: Kızıl Terör
українська: Червоний терор
oʻzbekcha/ўзбекча: Qizil Terror
Tiếng Việt: Khủng bố Đỏ
中文: 红色恐怖