Temple d'Apollon à Bassae

Temple d'Apollon Épikourios à Bassae *
Logo du patrimoine mondialPatrimoine mondial de l'UNESCO
Péristyle dorique en calcaire gris local, côté nord-ouest
Péristyle dorique en calcaire gris local, côté nord-ouest
Coordonnées37° 25′ 47″ nord, 21° 54′ 01″ est
PaysDrapeau de la Grèce Grèce
SubdivisionÉlide, Grèce-Occidentale
TypeCulturel
Critères(i) (ii) (iii)
Superficie20 ha
Zone tampon202 ha
Numéro
d’identification
392
Zone géographiqueEurope et Amérique du Nord **
Année d’inscription1986 (10e session)
Plan du temple
Plan du temple

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Temple d'Apollon Épikourios à Bassae
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le temple d'Apollon Épicourios (ou Épikourios) à Bassae est un temple de la Grèce antique situé à Bassae (latin : Bassae, du grec ancien : Βάσσαι, grec moderne : Βάσσες, nom signifiant « les ravins »), à 8 km NO de la cité antique de Phigalie et à 7 km S du village moderne d'Andritsaina.

Perché à 1 130 mètres dans les montagnes arcadiennes, en plein Péloponnèse, il est orienté face au nord sur une des terrasses ouest du mont Cotylion.

Description

Naos : deux rangées de colonnes ioniques engagées, une colonne corinthienne unique
Peinture d'Edward Lear du temple au XIXe siècle.
Péristyle, côté est.

C'est un bâtiment périptère, de forme allongée, d'environ 40 m sur 16 m, ce qui lui donne une apparence archaïque. Mais sa particularité essentielle est que ses colonnes appartiennent aux trois ordres, et surtout qu'il mêle ingénument des innovations originales à des archaïsmes architecturaux, lui donnant de ce fait une étrange identité, à la fois conservatrice et révolutionnaire.

Ce temple hexastyle (six colonnes de face) possède une colonnade extérieure de style dorique en calcaire gris local d'une extrême sévérité, les métopes, souvent ornées, étant ici vierges de toute sculpture. Par contraste, l'intérieur offre une plastique de grande qualité, associée à une architecture très élaborée.

Si on retrouve encore sur les fronts du pronaos et de l'opisthodome deux colonnes in antis d'ordre dorique, à l'intérieur du naos, apparaissent deux rangées de cinq colonnes ioniques appuyées sur les murs par des murets transversaux. Au fond du naos, les deux dernières colonnes ioniques encadrent une unique colonne corinthienne, séparant le naos de l'adyton aménagé au fond, qui comporte une entrée latérale au sud-est, tout à fait exceptionnelle.

À la différence du calcaire rustique employé à l'extérieur, le matériau des chapiteaux ioniques et corinthien, ainsi que les métopes sculptées de la frise et les plaques de la frise intérieure sont en marbre de Doliana.

Le temple fait l'objet de travaux importants et d'une restauration radicale. Depuis 1990, il est protégé par un immense vélum soutenu par des poteaux métalliques et des câbles d'acier, qui le recouvre entièrement. Ses éléments architecturaux ont été nettoyés et solidarisés par des étais et échafaudages boulonnés et capitonnés. Pour admiratif qu'il soit devant l'ampleur de l'entreprise, le visiteur, surtout photographe, n'en est pas moins fortement frustré.

Dans d'autres langues