Sylvia ou la Nymphe de Diane

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sylvia.
Affiche pour la première mondiale de Sylvia à l' Opéra de Paris en 1876
Rita Sangalli dans le rôle de Sylvia (1876)

Sylvia, initialement intitulé Sylvia ou la Nymphe de Diane, est un ballet en trois actes de Léo Delibes, livret de Jules Barbier et Jacques de Reinach, créé à l' Opéra Garnier le .

Classique sous maints aspects bien que possédant des caractéristiques propres qui le rendent unique, ce ballet est remarquable par son cadre mythologique, sa riche chorégraphie créative, et, surtout, sa partition. Une suite orchestrale date de 1880 [1].

Historique

Le livret s'inspire du poème Aminta que Le Tasse écrit en 1563 pour la cour de Ferrare. Jules Barbier et le baron de Reinach [2] l'adaptent pour le ballet de l' Opéra de Paris [3], [4].

En 1875, Louis Mérante est pressenti pour écrire la chorégraphie de l'œuvre en raison de son expérience en tant que Premier maître de ballet à l'Opéra de Paris et du fait que tous les autres chorégraphes capables de faire ce travail n'étaient pas disponibles à l'époque [5].

La première répétition de Sylvia a lieu le avec seulement le tiers de la partition. Delibes remanie sans cesse l'arrangement musical tout le temps de la mise au point de la chorégraphie et souvent avec l'aide de Mérante et de la ballerine Rita Sangalli qui doivent avoir chacun un rôle dans le ballet. Mérante est particulièrement exigeant. Il demande sans arrêt des changements dans la partition afin qu'elle s'accorde avec sa gestuelle et non pas l'inverse. Pourtant, Léo Delibes effectuait les modifications rapidement [5].

Sylvia est le premier ballet représenté à l'Opéra Garnier qui vient d'être inauguré. Il est monté avec un luxe qui s'est avéré être excessif. Le décor somptueux de Jules Chéret, chichement éclairé, nuit à la qualité de la production alors que les costumes conçus par Lacoste sont très appréciés. Finalement, c'est la partition de Delibes qui sauve le ballet du désastre. Sans sa contribution, il serait vite tombé dans l'oubli. Il faut attendre la chorégraphie de Frederic Ashton en 1952 pour populariser le ballet. Cette chorégraphie restera la base des productions de 1997, 2004, 2005 et 2009.

Âgée à l'époque de 27 ans, Rita Sangalli était la principale ballerine de l'Opéra et donc, le meilleur choix pour interpréter Sylvia. Sangalli a un « physique superbe » mais une danse très moyenne. Elle est néanmoins la seule danseuse connaissant parfaitement le rôle tant et si bien que l'opéra a dû fermer momentanément ses portes lorsqu'elle s'est blessée [5].

Dans d'autres langues
Esperanto: Sylvia (baleto)
español: Sylvia (ballet)
Latina: Sylvia
Simple English: Sylvia (ballet)
中文: 希爾薇婭