Sun Myung Moon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moon.
Sun Myung Moon
Sun Myung Moon and Hak Ja Han.jpg

Sun Myung Moon et Hak Ja Han

Biographie
Naissance
Décès
Romanisation révisée
Mun Seon-myeong Voir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Mun Sŏnmyŏng Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Chef religieux Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Hak Ja Han ( en) (de à ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Sun Myung Moon (appelé par ses fidèles le révérend Moon ou « Vrai Parent [1] »), né le 6 janvier ou le [2] et mort le , est le fondateur de l' Église de l'Unification — également appelée en France « Association pour l'unification du christianisme mondial », ou «  Secte Moon », depuis le rapport de la commission d'enquête parlementaire du 22 décembre 1995 [3].

Il est aussi le fondateur de nombreuses autres organisations et projets concernant entre autres : les arts [4], les médias [5], l'éducation [6]. Une de ses réalisations les plus connues est le quotidien conservateur The Washington Times [7]. Il est aussi connu pour organiser des cérémonies de bénédiction, parfois qualifiées de « mariages collectifs de masse ».

Sun Myung Moon a déclaré que Jésus lui était apparu, à l'âge de 15 ans, le 17 avril 1935 [8], [9], lui demandant d'accepter la mission de Messie et d'être la seconde venue du Christ avec pour responsabilité d'établir le royaume de paix de Dieu sur terre. L'essence de son enseignement religieux est contenue dans un livre, Le principe divin [10]. Il a en outre bâti un vaste et très controversé empire financier, faisant de lui un milliardaire [11].

Biographie

Il est né le à Sangsa-ri, dans l'arrondissement de Jeongju dans le nord de la Corée alors que celle-ci était occupée par les Japonais. Il est le cinquième d'une fratrie d'une famille rurale de huit enfants. À l'âge de quinze ans, le matin du dimanche de Pâques 1935, alors qu'il priait intensément au flanc d'une montagne, Jésus lui serait apparu en lui confiant une mission : compléter l'œuvre du Christ et établir le royaume des cieux sur la Terre. Au cours des neuf années qui suivent, par la voie de la prière, par son étude des Saintes Écritures et par sa propre expérience, il réalise, ce qui est aujourd'hui appelé par ses adeptes, le « principe divin ». Tout en poursuivant sa recherche spirituelle, il part étudier l'électrotechnique à l'université Waseda, au Japon. À la même époque, il devient membre d'un mouvement clandestin [12] pour la libération de la Corée, sous domination japonaise depuis 1905.

À son retour en Corée, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il commence à prêcher d'abord au Sud puis à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Actif dans les milieux chrétiens, il gagne de nombreux disciples. Le 11 août 1946, il est arrêté par les autorités communistes qui persécutent tous les groupes religieux, et torturé jusqu'à être laissé pour mort ; son corps est alors abandonné dans une congère, hors de la cour de la prison, où des membres de sa congrégation le recueillent et le soignent. De nouveau arrêté en février 1948, il est cette fois-ci condamné aux travaux forcés dans le camp de travail forcé de Hungnam - où les prisonniers sont sous-alimentés et surmenés. Leur tâche consiste à remplir des sacs de 50 kilos de sulfate d'ammoniaque puis à les charger sur des wagons. Peu de prisonniers survivent plus de quelques mois. [réf. nécessaire]

En octobre 1950 pendant une des principales offensives de la guerre de Corée, au terme de deux années et huit mois de camp de travail, il est libéré par l'armée américaine sous mandat de l' ONU.

A sa libération, après avoir marché pendant des centaines de kilomètres vers le Sud, il s'installe à Pusan, où il construit sa première « église », une hutte minuscule faite de boue et de carton [13], au flanc d'une colline surplombant la ville.

En 1954, il fonde officiellement, à Séoul, l'Association du Saint-Esprit pour l'unification du christianisme mondial (communément appelée « Église de l'Unification »). Dès 1957, trente villes et communes coréennes voient s'ériger de nouvelles églises. En 1958, il envoie ses premiers missionnaires vers le Japon voisin, et en 1959, sa première mission arrive en Amérique.

En 1960, il épouse Hak Ja Han, avec qui il aura quatorze enfants [14].

En 1965, il s'embarque pour son premier tour du monde au cours duquel il visite quarante pays. Il entreprend un deuxième grand voyage de ce type en 1969 et s'installe aux États-Unis en 1972. En l'espace de quatre années, il adresse son message aux cinquante États, prononçant des discours notamment au Carnegie Hall (1973), au Madison Square Garden (1974) et au Yankee Stadium (1976) à New York, avec pour point culminant, la rencontre religieuse la plus importante jamais organisée dans la capitale du pays, au Washington Monument, où se réunissent trois cent mille personnes (1976).

En 1974, en visite aux États-Unis, il lance un appel très controversé dans lequel il apporte son soutien à Richard Nixon en plein scandale du Watergate [15].

En 1975, lors d'un voyage en Corée, il préside au rassemblement le plus important jamais vu jusqu'alors en Corée du sud, réunissant plus d'1,2 million de participants, dans le cadre du « Rassemblement mondial pour la liberté coréenne ». Cette année-là, il envoie des missionnaires dans cent vingt autres pays du monde.

En 1980, des membres de son église créent à sa demande, l'organisation CAUSA International [16] basée à New York, pour lutter contre le communisme par l'éducation [17], [18].

Les dernières visites officielles du révérend Moon en Europe datent de l'été 2009 (inauguration publique de la coupe de la paix à Séville) et de mai 2011 [19](discours public au Tempodrom à Berlin). À la fin de sa vie, il partage son ministère public entre la Corée et les États-Unis.

Le 14 août 2012, Sun Myung Moon est hospitalisé suite aux complications d'une pneumonie [1]. Il meurt le 3 septembre 2012 à l'âge de 92 ans [20]. Hyung Jin Moon, son fils, est présenté comme étant son successeur [21].

Le 15 septembre 2012, plus de 30 000 fidèles assistent à ses obsèques en Corée du Sud [22].

Dans d'autres langues
български: Сан Мьон Муун
čeština: Son-mjong Mun
Esperanto: Sun Myung Moon
español: Sun Myung Moon
Bahasa Indonesia: Sun Myung Moon
italiano: Sun Myung Moon
日本語: 文鮮明
한국어: 문선명
Nederlands: Sun Myung Moon
Kapampangan: Sun Myung Moon
português: Sun Myung Moon
română: Sun Myung Moon
русский: Мун Сон Мён
Simple English: Sun Myung Moon
српски / srpski: Сан Мјунг Мун
Türkçe: Sun Myung Moon
українська: Мун Сон Мьон
Tiếng Việt: Sun Myung Moon
中文: 文鲜明