Stormvloedkering Hollandse IJssel

Stormvloedkering Hollandse IJssel
Algerakering
image illustrative de l’article Stormvloedkering Hollandse IJssel
La barrière anti-inondation de l'Yssel hollandais
Géographie
PaysDrapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Coordonnées 51° 55′ 02″ nord, 4° 34′ 45″ est
Cours d'eauYssel hollandais
Objectifs et impacts
Vocationbarrage anti-tempête
Date de mise en service6 mai 1958
Barrage
Longueur du barrage81 m
Réservoir

Géolocalisation sur la carte : Hollande-Méridionale

(Voir situation sur carte : Hollande-Méridionale)
Stormvloedkering Hollandse IJsselAlgerakering

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Stormvloedkering Hollandse IJsselAlgerakering

Le Stormvloedkering Hollandse IJssel — en français : la barrière anti-inondation de l'Yssel hollandais[1] — plus communément appelé l'Algerakering est le premier ouvrage d'art du plan Delta.

Lorsque le barrage est fermé, une couleur rouge est projetée sur les tours

Le barrage se situe sur la rivière Yssel hollandais près de Rotterdam et de Krimpen aan den IJssel.

Après les inondations de 1953 fermer cette rivière en cas de tempête a été jugé urgent.

Un problème est que cette rivière est une route maritime importante et ne pouvait pas être fermée par un simple barrage; d'autre part, celui-ci devait limiter l'arrivée d'eau salée en provenance de la mer du Nord qui pollue les nappes phréatiques servant ensuite d'eau potable. La solution a été une barrière mobile supportée par deux tours de béton banché. En temps normal la navigation se fait librement. Ce n'est que dans les situations d'urgence que les portes (ou les batardeaux) sont abaissés, ce qui ferme la rivière. Les navires (même les grands) peuvent tout de même circuler par l'écluse adjacente.

En janvier 1954, moins d'un an après les inondations dramatiques le dragage a commencé. Le 6 mai 1958, la barrière a été abaissée pour la première fois pour des essais. Plus tard dans l'année, le 22 octobre, l'ouvrage est opérationnel. Il a été nommé Algerakering, littéralement barrière Algera, parce que douze jours plus tôt, le ministre des Transports de l'époque Jacob Algera, a été forcé de démissionner pour des raisons de santé.