Siège éjectable

Siège éjectable Martin Baker-WY6AM, équipant l'avion MB-326K Impala II.
Siège éjectable russe K-36D, exposé au salon du Bourget. Fabriqué par NPP Zvevda, il est considéré comme étant le meilleur au monde [réf. nécessaire].
Le lieutenant (JG) William Belden s'éjecte de son A-4E Skyhawk, alors qu'il bascule par-dessus le côté gauche du pont de l'USS Shangri-La, à la suite d'une défaillance du système de freinage de son appareil.
Pilote s'éjectant d'un F-16 de la patrouille acrobatique des Thunderbirds, une seconde avant l'impact au sol, le . Du fait de sa verrière à vision totale d'une seule pièce, donc très épaisse pour résister aux conditions de vol, le F-16 est obligé de la larguer avant que son siège ne sorte.
Un mécanicien de l'USS John C. Stennis travaille sur un siège éjectable Martin-Baker Mk.7, retiré du cockpit d'un EA-6B Prowler.

Un siège éjectable est un système de sécurité, visant à permettre au pilote et à l'équipage d'un avion de s'échapper de celui-ci lorsqu'il devient incontrôlable ou est sur le point de s'écraser. Il est principalement utilisé dans les avions militaires.

Des milliers de pilotes lui doivent la vie, les seuls sièges Martin-Baker ayant sauvé 7 487 pilotes, au [réf. nécessaire].

Fonctionnement

Le mécanisme de déclenchement de l'éjection se fait à l'aide d'une poignée située entre les jambes ou au-dessus de la tête du pilote, ce dernier emplacement étant de moins en moins utilisé car il est difficile de lever les bras, notamment dans un avion partant en vrille, du fait du facteur de charge important que le pilote doit subir. Certains modèles avaient également des poignées à un emplacement similaire à un accoudoir. L'éjection peut également être déclenchée avec un bouton sur le tableau de bord. L'éjection est uniquement provoquée par éléments pyrotechniques et mécaniques, afin de la rendre quasiment infaillible, car insensible aux problèmes affectant l'avion (généralement, l'avion étant en mauvais état ou sans contrôle de la part du pilote).

Exemple de séquence de fonctionnement

Pour exemple, description de la séquence d'éjection d'un siège Martin Baker Mk10Q, équipant toutes les versions du chasseur français Dassault Mirage 2000. Ce fonctionnement est presque identique sur le Mk10L ( Alpha Jet) et le Mk10M ( Mirage F1-CR et CT, retirés du service) :

  • t0 (t=0 s) : Traction, par le pilote, de la poignée qui se trouve entre ses jambes ;
  • de t0 à t + 0,25 s :
    • Rappel des harnais entourant le pilote. Le dos du pilote est plaqué contre le siège ;
    • Un dispositif cylindrique ressemblant à un vérin télescopique, qui prend la désignation de « canon », est déployé grâce à une première charge explosive, dont les gaz provoquent le déploiement. Le siège est soulevé et commence à effectuer sa translation pour sortir du cockpit ;
    • Rappel des jambes du pilote contre le siège, grâce à des sangles fixées dans le fond de la cabine et un système anti-retour ;
    • Fragilisation de la verrière, grâce à un cordon explosif intégré au verre la constituant ;
    • Impact du siège contre la verrière, qu'il commence à éventrer, pour ensuite s'extraire du poste de pilotage. Certains modèles de sièges peuvent fonctionner même si la fragilisation de la verrière a échoué (cas rarissime heureusement) ;
  • de t + 0,25 s à t + 0,5 s : Une fois le siège poussé hors de la cabine par le canon d'éjection, mise à feu du moteur fusée situé sous le siège. Cette combustion est très brève mais suffit à propulser le siège loin de l'avion et à une hauteur suffisante si l'éjection a eu lieu à basse altitude ;
  • t + 0,5 s : Éjection d'une masselotte par le pistolet extracteur, qui contient aussi une petite charge explosive, dont l'élan va permettre d'extraire un petit parachute extracteur, lui-même devant ensuite extraire un parachute stabilisateur, de plus grandes dimensions ;
  • t + 1,5 s (cas d'éjection à basse altitude) : Libération du parachute principal, par le mécanisme de déverrouillage retardé, et libération des points de fixation harnais/siège ;
  • t + 2,65 s (cas d'éjection à basse altitude) : Le parachute principal est complètement ouvert, le pilote descend avec son paquetage de survie.
Dans d'autres langues
العربية: مقعد قذفي
Deutsch: Schleudersitz
English: Ejection seat
עברית: מושב מפלט
Bahasa Indonesia: Kursi lontar
日本語: 射出座席
Bahasa Melayu: Kerusi lenting
Nederlands: Schietstoel
português: Assento ejetor
slovenščina: Katapultni sedež
српски / srpski: Избациво седиште
svenska: Katapultstol
українська: Крісло-катапульта
Tiếng Việt: Ghế phóng
中文: 彈射椅