Saint-Pétersbourg

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pétersbourg (homonymie) et Leningrad (homonymie).
Saint-Pétersbourg
Санкт-Петербург
Blason de Saint-Pétersbourg
Héraldique
Drapeau de Saint-Pétersbourg
Drapeau
Saint-Pétersbourg
De haut en bas et de gauche à droite : la forteresse Pierre-et-Paul, la сathédrale de la Résurrection, la rivière Moïka, la сathédrale de la Trinité, le Cavalier de bronze et le palais d'Hiver.
Administration
PaysDrapeau de la Russie Russie
Région économiqueNord-Ouest
District fédéralNord-Ouest
Sujet fédéralSaint-Pétersbourg
GouverneurGueorgui Poltavtchenko (intérim)
Code OKATO40
Indicatif+7 812
Démographie
GentiléSaint-Pétersbourgeois
Population5 281 579 hab. (2017)
Densité3 764 hab./km2
Géographie
Coordonnées59° 56′ 02″ nord, 30° 18′ 22″ est
Altitudem
Superficie140 300 ha = 1 403 km2
Fuseau horaireUTC+03:00 (MSK)
Heure de Moscou
Cours d'eauNeva
Divers
Fondation1703
StatutVille depuis 1703
Capitale (1713 - 1918)
Ancien(s) nom(s)Pétrograd (1914-1924)
Léningrad (1924-1991)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Saint-Pétersbourg

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Saint-Pétersbourg

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Saint-Pétersbourg
Liens
Site webwww.gov.spb.ru
Sources
Liste des villes de Russie

Saint-Pétersbourg (prononcé [sɛ̃ pe.tɛʁs.buʁ] ; en russe : Санкт-Петербу́рг, Sankt-Peterbourg, API : /sankt pʲɪtʲɪrˈburk/ Prononciation) est la deuxième plus grande ville de Russie par sa population, avec 5 281 579 habitants en 2017, après la capitale Moscou. Saint-Pétersbourg a le statut de ville d'importance fédérale. La ville est enclavée dans l'oblast de Léningrad, mais en est administrativement indépendante. Elle est située dans le nord-Ouest du pays sur le delta de la Neva, au fond du golfe de Finlande dans la mer Baltique. Capitale de l'Empire russe de 1712 jusqu'en mars 1917, ainsi que de la Russie dirigée par les deux gouvernements provisoires entre mars et octobre 1917, Saint-Pétersbourg a conservé de cette époque un ensemble architectural unique. Deuxième port russe sur la mer Baltique après Primorsk, c'est aussi un centre majeur de l'industrie, de la recherche et de l'enseignement russe ainsi qu'un important centre culturel européen. Saint-Pétersbourg est la deuxième ville d'Europe par sa superficie et la cinquième par sa population.

Saint-Pétersbourg a été fondée en 1703 par le tsar Pierre le Grand dans une région disputée depuis longtemps au royaume de Suède. Par son urbanisme résolument moderne et son esthétique d'origine étrangère, la nouvelle ville devait permettre à la Russie d’« ouvrir une fenêtre sur l'Europe » et contribuer, selon le souhait du tsar, à hisser la Russie au rang des grandes puissances européennes. Le centre-ville, construit sur des directives des souverains russes, présente une architecture unique qui mélange des styles architecturaux (baroque, néoclassique) acclimatés de manière originale par des architectes souvent d'origine italienne. Sa beauté alliée à l'existence de nombreux canaux lui ont valu le surnom de « Venise du Nord » ou « de la Baltique »[1]. La ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1990.

De sa fondation jusqu'au début du XXe siècle, Saint-Pétersbourg a été le principal centre intellectuel, scientifique et politique du pays. Au XIXe siècle, la ville devient le principal port commercial et militaire de la Russie ainsi que le deuxième centre industriel du pays, après Moscou. C'est d'ailleurs à Saint-Pétersbourg qu'éclate la révolution russe de 1917 et où les bolcheviks triomphent. La ville connaît par la suite un certain déclin. Au début des années 1920, à la suite du transfert de la capitale à Moscou et de la guerre civile, le chiffre de la population s'effondre ; celle-ci ne retrouve son niveau d'avant 1914 qu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le siège de près de trois ans durant ce conflit décime à nouveau sa population. Tombée à moins d'un million d'habitants à la sortie de la guerre, la ville se repeuple grâce à l'arrivée de ressortissants d'autres régions. Depuis cette époque, Saint-Pétersbourg a régulièrement perdu de l'influence par rapport à Moscou, phénomène qui s'est accentué depuis la libéralisation du système économique russe.

Saint-Pétersbourg a changé plusieurs fois d'appellation : elle a été rebaptisée Pétrograd (Петроград) de 1914 à 1924, puis Léningrad (Ленинград) de 1924 à 1991, avant de retrouver son nom d'origine à la suite d'un référendum en 1991.

Géographie

Saint-Pétersbourg, la Néva et le lac Ladoga.
Pont de la Trinité sur la Néva.

La ville de Saint-Pétersbourg est construite sur le delta marécageux de la Néva au fond du golfe de Finlande en mer Baltique. La ville a une superficie de 606 km2 (1 431 km2 en incluant les agglomérations annexées par la ville en 1999 comme Peterhof et Pouchkine), dont 10 % d'étendues d'eau. La ville compte 42 îles. À l'origine, il y en avait un plus grand nombre mais de nombreux canaux ont été comblés. La ville est construite 2 à 4 mètres au-dessus du niveau de la mer. La nappe phréatique est très proche de la surface. Les rives du fleuve ont été consolidées à l'aide de pierres granitiques qui non seulement protègent la ville des eaux mais également contribuent à lui donner son cachet. Alexandre Pouchkine écrit en parlant de Saint-Pétersbourg : « La Néva s’est habillée de granit[2]. »

Du fait de sa faible élévation au-dessus du niveau de la mer, Saint-Pétersbourg est souvent victime d'inondations. En 2003, les statistiques officielles décomptaient 295 inondations depuis sa fondation, dont 44 depuis 1980. Les inondations les plus sévères ont eu lieu en 1824 (elle aurait fait, selon les statistiques, de 200 à 500 victimes) et en 1924.

La Néva est un fleuve très court (74 km de long) mais son débit (2 510 m3/s) en fait un des plus puissants d'Europe : en effet la Néva collecte, via plusieurs lacs, les eaux d'un bassin versant de 218 000 km2 (2/5 de la superficie de la France). À Saint-Pétersbourg, la Néva est large de 600 mètres et la vitesse du courant est élevée. Sur les 74 km de son cours, 28 sont situés à l'intérieur des limites de la ville.

Jusqu'au XIXe siècle, les eaux peu profondes du golfe de Finlande arrivaient à recycler naturellement les effluents produits par la ville. D'ailleurs de nos jours, les eaux usées des 5 millions d'habitants et des nombreuses industries ne représentent toujours que 2 % des eaux déversées par la Néva. Mais, au milieu du XIXe siècle, une première épidémie de choléra et de typhus éclata à cause de la mauvaise qualité des eaux. En 1908, une épidémie de typhus fit 9 000 victimes. Le problème fut réglé en 1910 par une modification du lieu de captage des eaux de la ville. Dans les années 1950 et 1960, l'accroissement rapide de la population remit le sujet à l'ordre du jour. Circonstance aggravante, les eaux de la Néva étaient alors très polluées avant même de pénétrer dans la ville : issues du lac Ladoga, elles étaient à la fois dégradées par les nombreuses usines installées sur le pourtour de ce lac et par la qualité médiocre des eaux des rivières alimentant le lac. Une usine de traitement fut construite à l'époque mais, de nos jours, 25 à 30 % des eaux usées ne sont toujours pas traitées. Le golfe de Finlande abrite essentiellement des espèces d'eau douce et quelques espèces d'eau saumâtre. L'écosystème local est fortement menacé par les activités humaines.

Nuit blanche sur la place de l'insurrection (Восстания) le 28 juin 2006 à 23 h (59,6° N).

Pour protéger Léningrad des inondations, le gouvernement soviétique a lancé en 1978 la construction du barrage de Saint-Pétersbourg long de 25 km : celui-ci barre tout le fond du golfe à 20 km au large, à la hauteur de l'île de Kotline sur laquelle est édifiée Cronstadt. Ces inondations ne sont pas liées aux périodes de hautes eaux de la Néva, mais à la pression exercée par les vents d'ouest sur les eaux du golfe qui empêchent les eaux du fleuve de s'écouler dans le golfe et qui, dans les cas extrêmes, les refoulent vers l'amont. Pour des raisons écologiques, la construction du barrage fut arrêtée à la fin des années 1980 alors que la moitié nord était déjà achevée : on s'était rendu compte que le barrage perturbait fortement la circulation des eaux côtières et avait fortement fait baisser leur qualité en les rendant en partie stagnantes. On craignait à l'époque que tout le fond du golfe se transforme en marécage. La construction reprit en 1990 avec l'aide technique des Néerlandais, spécialistes reconnus dans ce domaine, et l'appui financier de la Banque européenne d'investissement. Dans la mesure où les menaces pour l'environnement existent toujours, le barrage reste un sujet très controversé chez les habitants de Saint-Pétersbourg.

Climat

Saint-Pétersbourg se trouve à la même latitude que les villes d'Oslo et de Stockholm ainsi que du Sud de l'Alaska ou de la pointe sud du Groenland. Elle bénéficie d'un climat continental humide caractérisé par de forts contrastes thermiques entre l'hiver et l'été. Les étés sont relativement chauds avec une température moyenne comprise entre 19 et 22 °C, tandis qu'en hiver la température moyenne se situe entre -4 et −8 °C. La neige est présente 123 jours par an. Les précipitations (625 mm par an) sont particulièrement importantes durant l'été. Du fait de sa latitude très septentrionale, les nuits qui encadrent le solstice d'été ne sont jamais complètement obscures (« nuits blanches »). Le record de température à Saint-Pétersbourg est de 37,1 °C le 7 août 2010.

Relevé météorologique de Saint-Pétersbourg
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −8,8 −8,8 −4,2 1 6,6 11,8 14,4 13 8,1 3,4 −2,1 −6,4 2,4
Température moyenne (°C) −6,1 −6 −1,4 4,4 10,9 15,8 18,1 16,4 11 5,6 −0,1 −3,9 5,4
Température maximale moyenne (°C) −3,6 −3,3 1,8 8,5 15,6 20,2 22,2 20,2 14,4 8,1 1,8 −1,7 8,8
Record de froid (°C)
date du record
−35,9
1883
−35,2
1956
−29,9
1883
−21,8
1881
−6,6
1885
0,1
1930
4,9
1968
1,3
1966
−3,1
1976
−12,9
1920
−22,2
1890
−34,4
1978
−35,9
1940
Record de chaleur (°C)
date du record
8,6
2007
10,2
1989
14,9
2007
25,3
2000
33
2014
34,6
1998
35,3
2010
37,1
2010
30,4
1992
21
1889
12,3
1967
9,1
1953
37,1
2010
Précipitations (mm) 40 31 35 33 38 64 78 77 67 65 56 49 633
Source : Pogoda.ru.net le


Dans d'autres langues
Afrikaans: Sint Petersburg
Alemannisch: Sankt Petersburg
aragonés: Sant Petersburgo
العربية: سانت بطرسبرغ
asturianu: San Petersburgu
Aymar aru: Santu Pitirwurhu
azərbaycanca: Sankt-Peterburq
башҡортса: Санкт-Петербург
žemaitėška: Sankt Peterborgs
беларуская: Санкт-Пецярбург
беларуская (тарашкевіца)‎: Санкт-Пецярбург
български: Санкт Петербург
Bislama: San-Peterburg
bamanankan: Saint Petersburg
brezhoneg: Sant-Petersbourg
bosanski: Sankt Peterburg
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Sankt-Peterburg
qırımtatarca: Sankt Peterburg
čeština: Petrohrad
словѣньскъ / ⰔⰎⰑⰂⰡⰐⰠⰔⰍⰟ: Санктъ Пєтєрбоургъ
Cymraeg: St Petersburg
dolnoserbski: Sankt Petersburg
Esperanto: Sankt-Peterburgo
español: San Petersburgo
eesti: Peterburi
estremeñu: San Petersburgu
Võro: Peterburk
føroyskt: St. Pætursborg
Gàidhlig: Sankt Peterburg
Avañe'ẽ: San Petersburgo
客家語/Hak-kâ-ngî: Sankt-Peterburg
Fiji Hindi: Saint Petersburg
hrvatski: Sankt-Peterburg
hornjoserbsce: Pětrohród
Kreyòl ayisyen: Saint-Pétersbourg
interlingua: Sancte Petroburgo
Bahasa Indonesia: Sankt-Peterburg
italiano: San Pietroburgo
la .lojban.: sankt. peterburg
Basa Jawa: St. Petersburg
Qaraqalpaqsha: Sankt Peterburg
Taqbaylit: Saint-Petersburg
Адыгэбзэ: Бытырбыху
kalaallisut: Sankt Petersborg
Перем Коми: Петракар
къарачай-малкъар: Санкт-Петербург
kernowek: Sen Pederburg
Latina: Petropolis
Lëtzebuergesch: Sankt Péitersbuerg
Limburgs: Sint-Petersburg
lumbaart: San Pederburgh
latgaļu: Pīterpiļs
latviešu: Sanktpēterburga
олык марий: Санкт-Петербург
македонски: Санкт Петербург
кырык мары: Санкт-Петербург
Bahasa Melayu: Saint Petersburg
Mirandés: San Petersburgo
مازِرونی: سن پترزبورگ
Dorerin Naoero: St. Petersburg
Napulitano: San Pietroburgo
Plattdüütsch: Sankt Petersborg
Nedersaksies: Sint-Petersborg
Nederlands: Sint-Petersburg
norsk nynorsk: St. Petersburg
Chi-Chewa: Saint Petersburg
Livvinkarjala: Piiteri
polski: Petersburg
Piemontèis: San Peroborgh
português: São Petersburgo
Runa Simi: Sankt Peterburg
tarandíne: San Pitreburghe
русиньскый: Санкт-Петербурґ
sicilianu: San Pietruburgu
srpskohrvatski / српскохрватски: Sankt Peterburg
Simple English: Saint Petersburg
slovenčina: Petrohrad
slovenščina: Sankt Peterburg
Soomaaliga: Saint Petersburg
српски / srpski: Санкт Петербург
Kiswahili: Sankt Peterburg
ślůnski: Pejtersburg
Türkmençe: Sankt-Peterburg
Türkçe: Sankt-Peterburg
татарча/tatarça: Санкт-Петербург
chiTumbuka: Saint Petersburg
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: Sankt-Pétérburg
українська: Санкт-Петербург
oʻzbekcha/ўзбекча: Sankt-Peterburg
vepsän kel’: Piter
Tiếng Việt: Sankt-Peterburg
West-Vlams: Sint-Petersburg
Volapük: Sankt-Peterburg
吴语: 圣彼得堡
ייִדיש: פעטערבורג
中文: 圣彼得堡
文言: 聖彼得堡
Bân-lâm-gú: Sankt-Peterburg
粵語: 聖彼得堡