Royaume wisigoth

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Royaumes goths.
Royaume wisigoth
Gutthiuda Thiudinassus (got)

Regnum Visigothorum (la)

418 – 711

Description de cette image, également commentée ci-après
Situation des Royaumes wisigoth et ostrogoth en Europe.
Description de cette image, également commentée ci-après
Extension du royaume wisigoth de Toulouse vers 500 500 apr. J.-C.. La partie de l'Hispanie qui n'est pas sous leur contrôle, à savoir le Royaume suève, tombe en 584.
Informations générales
StatutMonarchie
CapitaleToulouse puis Narbonne, Barcelone, et enfin Tolède
LangueGotique, Latin
Religionchristianisme nicéen et arianisme
Histoire et événements
418Création
507Bataille de Vouillé
711Bataille du Guadalete

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Art wisigoth : couronne votive de Suintila, VIIe siècle (musée archéologique national, Madrid).

Le royaume wisigoth a existé de 418 à 711, à la suite des grandes invasions et jusqu'au haut Moyen Âge.

Il a d'abord Toulouse comme capitale (il englobe la partie de la France actuelle située entre la Loire et les Pyrénées). Après la victoire des Francs menés par Clovis Clovis Ier sur les Wisigoths d'Alaric II à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers conservent uniquement la Septimanie (correspondant au Languedoc) et une partie de la Provence avec l'aide des Ostrogoths installés en Italie. Après la perte de Toulouse en 508, les Wisigoths installent leur capitale à Tolède ; en 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice.

En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

Le royaume de Toulouse (418–507)

Les origines : les Wisigoths au service de l'empereur d'Occident

Après avoir occupé l'Italie, mis à sac Rome, en 410, les Goths dirigés par Alaric Alaric 1er partent vers le Sud de l'Italie et notamment la Sicile, mais soudain Alaric meurt, et Athaulf est élu roi. Il décide alors de se mettre au service de l'empereur d'Occident Honorius. Ce dernier les incite à repartir en Gaule pour mater les barbares et les rébellions des militaires romains et en particulier mettre fin à l'usurpation de Jovin. En échange il leur donne l'Aquitaine. Toulouse, Bordeaux et Narbonne accueillent les Wisigoths en pacificateurs. Athaulf s'installe à Narbonne, où il épouse en 414 sa jeune captive, Ælia Galla Placida, fille de Théodose et sœur d'Honorius. Il devient ainsi le beau-frère de l'empereur, ce qui déplaît à ce dernier, qui doit s'en accommoder. Il incite alors les Wisigoths à reconquérir l'Espagne, envahie par les Suèves, les Alains et les Vandales. Ils traversent les Pyrénées et s'installent à Barcelone, mais Athaulf est assassiné en 415. Wallia lui succède. Il continue la conquête de l'Espagne jusqu'à Gibraltar. Après une longue guerre de 415 à 418, il chasse tous les barbares ennemis de l'Empire romain.

La réussite de cette entreprise conduit l'assemblée générale des Sept-provinces méridionales, réunie en Arles le 17 avril 418, à faire la demande à l'empereur Honorius de rappeler les Wisigoths pour y restaurer la sécurité et repousser les Saxons[1].

Le royaume fédéré (418–466)

Le fœdus de 418 autorise alors les Wisigoths à se fixer en Novempopulanie et en Aquitaine seconde, ce qui permet enfin une installation durable. Théodoric Théodoric Ier choisit Toulouse comme capitale du nouveau royaume. Les Wisigoths s'entendent avec les riches propriétaires fonciers gallo-romains. L'ordre social existant est ainsi maintenu. Toujours comme fédéré, Théodoric Théodoric Ier combat alors aux côtés d'Aetius contre Attila en 451, mais trouve la mort (probablement de la main du roi ostrogoth Valamir) à la bataille dite des Champs catalauniques.

Le royaume autonome (466–507)

Le roi Euric (466-484) rompt le fœdus après la disparition de la famille impériale. Il en profite alors pour agrandir son territoire aux dépens du Royaume suève, battu en Hispanie en 468, et des Gallo-Romains alliés aux Armoricains à la bataille de Déols, où il affronte Ægidius et Ecdicius. En 475, il se fait concéder officiellement par Julius Nepos l'Aquitaine première, la Narbonnaise première et l'Hispanie.

Des relations entre le régime impérial romain et l'épiscopat, les Wisigoths ont hérité de la notion de statut divin du monarque qui, sous l'influence de l'arianisme, établit une analogie entre la subordination du Fils au Père et celle due à un roi qui reçoit « directement de Dieu sa sacralisation et sa mission de conduire les hommes au salut ». Tête de l'Église chrétienne de son peuple, le roi l'est également de l'Église à laquelle appartiennent ses sujets romains. La politique des rois wisigoths envers les évêques dépendant du pape est en général placée sous le signe de la tolérance. Alaric II convoque même le concile d'Agde en septembre 506 pour tenter de parvenir à la réconciliation entre ariens et trinitaires.

Alors que les Suèves subsistent en Galice, le Nord de l'Italie est conquis dès 487 par les Ostrogoths de Théodoric et, à l'est du Rhône, les Burgondes fondent un royaume qui atteint les rives de la Méditerranée. Enfin, au bord de la Loire, les Francs se regroupent autour de Clovis, qui se convertit au christianisme nicéen vers 496499. Clovis occupe le royaume de Toulouse tandis que les Wisigoths se replient au sud des Pyrénées.

L'Hispanie wisigothe (507–554)

Dans d'autres langues
Alemannisch: Westgotenreich
aragonés: Reino visigodo
asturianu: Reinu visigodu
Esperanto: Regno Visigota
español: Reino visigodo
Bahasa Indonesia: Kerajaan Visigoth
italiano: Regno visigoto
한국어: 서고트 왕국
Mirandés: Visigotia
Nederlands: Visigotische Rijk
português: Reino Visigótico
srpskohrvatski / српскохрватски: Vizigotsko Kraljevstvo
slovenščina: Vizigotsko kraljestvo
Tiếng Việt: Vương quốc Visigoth