Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Richesse des nations
image illustrative de l’article Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations
Édition de Londres (1776) de la Richesse des nations

AuteurAdam Smith
PaysDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
GenreÉconomie
ÉditeurW. Strahan and t. Cadell, Londres
Date de parution1776

Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (en anglais, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations), ou plus simplement la Richesse des nations, est le plus célèbre ouvrage d’Adam Smith. Publié en 1776, c’est le premier livre moderne d’économie.

Smith y expose son analyse sur l’origine de la prospérité récente de certains pays, comme l’Angleterre ou les Pays-Bas. Il développe des théories économiques sur la division du travail, le marché, la monnaie, la nature de la richesse, le « prix des marchandises en travail », les salaires, les profits et l’accumulation du capital. Il examine différents systèmes d’économie politique, en particulier le mercantilisme et la physiocratie. Il développe aussi l’idée d’un ordre naturel, le « système de liberté naturelle », résultant de l’intérêt individuel se résolvant en intérêt général par le jeu de la libre entreprise, de la libre concurrence et de la liberté des échanges.

La Richesse des nations reste à ce jour un des ouvrages les plus importants de cette discipline (pour Amartya Sen, « le plus grand livre jamais écrit sur la vie économique[1] »). Il est le document fondateur de la théorie classique en économie et, selon certains[2], du libéralisme économique.

Genèse

Adam Smith

Adam Smith entame la rédaction de la Richesse des nations en 1764, alors qu’il est tuteur d'Henry Scott, jeune duc de Buccleugh alors âgé de 18 ans (charge pour laquelle il est généreusement rétribué, avec une pension à vie). À l’occasion d’un « Grand Tour » de l’Europe avec son élève, il séjourne dix-huit mois à Toulouse, sur l’invitation de l’abbé Seignelay Colbert. Smith parle peu le français, la plupart des écrivains et philosophes qu’il espérait rencontrer à Toulouse n’y sont pas, et il s’y ennuie rapidement[3]. Dans une lettre adressée à David Hume, Smith annonce qu’il a « commencé à rédiger un livre afin de passer le temps[4] ». Smith nourrissait en fait ce projet depuis qu’il était professeur à Glasgow[5], où il enseignait entre autres l’économie politique, et on en trouve une allusion à la fin du premier livre de la Théorie des sentiments moraux (1759), l’ouvrage de philosophie morale qui l’a fait connaître.

À la fin 1764, il profite d’un voyage à l’assemblée des États du Languedoc à Montpellier, région la plus libérale de l’Ancien Régime, où il fait adopter le libre commerce du grain[6] ; des traces en sont conservées dans le livre[7]. Il visite également la Suisse où il rencontre Voltaire, puis Paris où son ami le philosophe David Hume l’introduit dans les plus grands salons. Il y discute avec les physiocrates François Quesnay et Turgot, qui stimulent son inspiration[8], ainsi qu’avec Benjamin Franklin, Diderot, d’Alembert, Condillac et Necker ; il correspond pendant plusieurs années avec ce dernier.

Après son retour en Grande-Bretagne en 1766, Smith possède un patrimoine suffisant pour lui permettre de se consacrer à son ouvrage à plein temps, et il rentre à Kirkcaldy après quelques mois passés à Londres. La rédaction reste très lente, entre autres en raison des ennuis de santé de Smith. David Hume s’impatiente, et en novembre 1772 l’enjoint de finir son œuvre avant l’automne suivant « pour se faire pardonner[9] ». En 1773, Smith s’installe à Londres pour terminer son manuscrit et trouver un éditeur. Il faut encore trois ans pour que la Richesse des nations soit publiée, en mars 1776. Smith souhaitait dédier son livre à François Quesnay, mais la mort de ce dernier en 1774 l’en empêche.

Dans d'autres langues
العربية: ثروة الأمم
فارسی: ثروت ملل
日本語: 国富論
한국어: 국부론
Bahasa Melayu: The Wealth of Nations
नेपाल भाषा: द वेल्थ अफ नेसन्स
Simple English: The Wealth of Nations
吴语: 国富论
中文: 國富論
文言: 原富
粵語: 原富