Qumrân

Qumrân
(he) קומראן - (ar) خربة قمران
La grotte n°4 à droite. Au fond, le Wadi Qumrân.
La grotte n°4 à droite. Au fond, le Wadi Qumrân.
Localisation
Désert de Judée
Coordonnées 31° 44′ 27″ nord, 35° 27′ 31″ est

Géolocalisation sur la carte : Palestine (administrative)

(Voir situation sur carte : Palestine (administrative))
Qumrân
Qumrân

Qumrân (en hébreu קומראן et en arabe Khirbet Qumran خربة قمران : « ruines de Qumrân ») est un site archéologique en Cisjordanie en surplomb de la rive ouest de la mer Morte, à la limite historique de la Judée, de l' Idumée et de la Pérée et sur le territoire de la province romaine de Judée au moment où le site a été attaqué et détruit par les Romains (vers 68- 70). L'implantation a eu lieu pendant l' époque hellénistique et pourrait avoir été construite durant le règne de Jean Hyrcan, (134-104 avant notre ère) ou un peu plus tard, et a été occupée la plupart du temps jusqu'à ce qu'elle soit détruite par les Romains vers 70.

L'établissement a été construit sur les ruines d'un fortin israélite de l' âge du fer. Le site est surtout connu comme étant le plus proche des grottes dans lesquelles les Manuscrits de la mer Morte ont été cachés dans des grottes situées sur des falaises abruptes et désertiques ou en dessous, dans la terrasse marneuse. Dans le « modèle standard » au sujet de la « secte de Qumrân », le site aurait été un centre essénien dès la création de ce mouvement dans la première partie du IIe siècle IIe siècle av. J.-C. où auraient été écrits les Manuscrits de la mer Morte retrouvés dans onze grottes à proximité. Toutefois l'archéologie ne confirme pas cette thèse, car tout porte à croire que Qumrân a eu une destination militaire, pendant la période hasmonéenne, jusqu'à ce qu'il la perde après un tremblement de terre au Ier siècle Ier siècle av. J.-C. — peut-être le tremblement de terre de -31 dont parle Flavius Josèphe — qui a affaibli son mur principal. Certains défenseurs de la thèse qui veut que cela ait été un centre essénien estiment désormais que l'occupation essénienne a eu lieu à partir de ce moment [1].

Pourtant, aucun lien n'a pu être établi entre les manuscrits et les ruines de Qumrân si ce n'est la proximité des grottes où ils ont été cachés. Les plus de 800 écritures individuelles différentes montrent de plus que les manuscrits n'ont pas été copiés sur place. D'autre-part, il ne semble pas que le site soit celui dont parle Pline l'Ancien dans une description idéalisée, car il insiste pour dire que les « esséniens » qu'il décrit n'ont pas de femmes, or dans le cimetière d'environ 1 200 tombes un tiers des quelques tombes explorées étaient occupées par des femmes et les manuscrits donnent des règles spécifiques concernant le mariage.

Pour certains chercheurs [2], comme Norman Golb, André Paul, Michaël Wise, Bruno Bioul, les manuscrits, malgré leur proximité géographique avec le site, n'auraient pas de lien avec lui et pourraient provenir de diverses bibliothèques y compris éventuellement celle du Temple. Une partie d'entre-eux estiment que les manuscrits accompagnés des objets de grande valeur inventoriés sur le rouleau de cuivre ont été cachés là lors de la Grande révolte qui débute en 66, par un des groupes de révoltés. Le contenu de la centaine de manuscrits que l'on dit « sectaires » étaient très anti-romains, ceux qui contrôlaient le site à l'arrivée des Romains ayant résisté [3], comme en témoigne l'archéologie [4] et le seul autre endroit où l'on a trouvé des copies de manuscrits « sectaires » est la forteresse de Massada contrôlée pendant toute la révolte par des Sicaires ou des Zélotes. D'autres pensent qu'on ne peut rejeter le lien entre le site archéologique et les grottes, de par leur proximité et les signes d'une vie spirituelle intense dans ces bâtiments [5].

De 1951 à 1956, les fouilles étaient dirigées par Roland de Vaux [6]. Le site de Qumran est aujourd'hui sous l'administration des Parcs nationaux israéliens [7]. Il est situé à proximité du kiboutz Kalya.

Identification

Le site est visité dès le XIXe siècle par des explorateurs dont Félicien de Saulcy qui avait proposé d'identifier les ruines à Gomorrhe (ʿămōrâh en hébreu). En 1947, la découverte de manuscrits anciens par des bédouins, dans des grottes situées à proximité, relance l'intérêt pour le site. Qumrân est le nom du site en arabe moderne. Son nom originel n'est pas connu. Les ruines que l'on voit sur le site ont été construites sur une forteresse datant de l' Âge de fer ( e –  e siècle av. J.-C.) [8], [9]. Certains historiens pensent que le site correspond à Sokoka ou Ir hammelah, l'une des villes du désert mentionnée dans le livre de Josué (15,61) [10]. Après les découvertes des manuscrits, le professeur Eleazar Sukenik proposa d'y voir Sokoka [11](sĕkākâh) [12]. D'autres estiment qu'il s'agit plutôt de la « Ville du Sel » (Ir hammelah) [13], [14].

L'identification de la nature du site à partir de l'époque hasmonéenne, époque où le site a été reconstruit après une période d'abandon, pose beaucoup plus de questions.

Dans d'autres langues
العربية: خربة قمران
български: Кумран
català: Qumran
čeština: Kumrán
dansk: Qumran
Deutsch: Qumran
English: Qumran
Esperanto: Qumran
español: Qumrán
euskara: Qumran
suomi: Qumran
Frysk: Qumran
עברית: קומראן
hrvatski: Kumran
magyar: Kumrán
interlingua: Qumran
Bahasa Indonesia: Qumran
italiano: Qumran
한국어: 쿰란
Latina: Qumran
മലയാളം: ഖുംറാൻ
Nederlands: Qumran
norsk: Qumran
polski: Qumran
português: Qumran
română: Qumran
русский: Кумран
sardu: Qumran
srpskohrvatski / српскохрватски: Kumran
slovenčina: Chirba Kumrán
svenska: Qumran
தமிழ்: கும்ரான்
українська: Кумран
Tiếng Việt: Qumran
中文: 库姆兰