Pyrrhon d'Élis

Pyrrhon d'Élis
Pyrrho in Thomas Stanley History of Philosophy.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Domaine
Mouvement
Pyrrhonisme ( en) Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Élèves

Pyrrhon d'Élis (en grec ancien Πύρρων / Pýrrhôn) (vers 365275 av. J.-C.) est un philosophe sceptique originaire d' Élis, ville provinciale du nord-ouest du Péloponnèse. Son activité philosophique se situe vers 320 av. J.-C., avec, pour disciples, Philon d'Athènes et Timon de Phlionte (à ne pas confondre avec Timon d'Athènes), un brillant poète-philosophe qui vécut dans sa familiarité pendant vingt ans. Il est considéré par les sceptiques anciens comme le fondateur de ce que l'on a appelé le pyrrhonisme.

Biographie

Pyrrhon impassible dans la tempête.

Nous ne savons à peu près rien de sa vie, et les renseignements dont nous disposons ne s'accordent pas.

Il est le fils de Plistarque [1] et fut élève de Bryson, fils de Stilpon. Vivant dans la pauvreté, il reçut une formation de peintre, mais il était un artiste médiocre. Il fut l'élève d' Euclide de Mégare, puis d' Anaxarque qu'il suivit en Inde dans la campagne d' Asie d' Alexandre le Grand, en 334 av. J.-C.. Il y étudia avec les gymnosophistes (probablement des ascètes jaïns, qui respectent une doctrine de nécessaire pluralité de points de vue nommée «  Anekantavada » qui a pu inspirer le scepticisme à venir, ou des ascètes shivaïtes, ces ordres religieux pratiquant une nudité liée au vœu de non-possession/aparigraha) ; et en Perse, où il fut instruit par les Mages. Ces informations sont bien sûr douteuses, et l'on trouve en fait ici le parcours idéal d'un philosophe.

À son retour à Élis, il mena une vie simple et régulière, indifférent et serein, avec sa sœur Philista en vendant des cochons de lait. Il aimait rester seul pour méditer. D'après Diogène Laërce, son égalité d'âme ne fut prise en défaut que deux fois : il s'enfuit devant un chien, et se mit en colère contre sa sœur.

On suppose qu'il était devenu agnostique et s'abstenait de donner son opinion sur tout sujet. Il niait qu'une chose fût bonne ou mauvaise, vraie ou fausse en soi. Il doutait de l'existence de toute chose, disait que nos actions étaient dictées par les habitudes et les conventions et n'admettait pas qu'une chose soit, en elle-même, plutôt ceci que cela. Son attitude semblait ainsi résignée et pessimiste ; il répétait souvent le vers d' Homère [réf. nécessaire] : « Les hommes sont semblables aux feuilles des arbres. »

Il est à ce titre considéré comme le créateur du scepticisme (ou plus exactement du pyrrhonisme), mais il ne semble pas avoir eu l'intention de créer un courant de pensée philosophique.

Pyrrhon n'a rien écrit, mais son disciple Timon de Phlionte, et les sceptiques tardifs comme Énésidème, et surtout Sextus Empiricus, nous ont laissé des textes dans lesquels ils discutaient de la méthode pour parvenir à l'état d'incompréhension ( acatalepsie) et au bonheur de ne savoir absolument rien, c'est-à-dire de n'avoir aucune certitude sur sa propre existence, celle d'autre chose, ou encore la possibilité d'une existence.

Dans d'autres langues
العربية: بيرو (فيلسوف)
azərbaycanca: Pirron
български: Пирон от Елида
brezhoneg: Pyrrhon
bosanski: Piron iz Elide
català: Pirró d'Elis
Ελληνικά: Πύρρων
English: Pyrrho
Esperanto: Pirono
español: Pirrón
eesti: Pyrrhon
euskara: Pirron
فارسی: پیرهون
suomi: Pyrrhon
hrvatski: Piron
magyar: Pürrhón
Հայերեն: Պիհռոն
Bahasa Indonesia: Pyrron
íslenska: Pyrrhon
italiano: Pirrone
日本語: ピュロン
қазақша: Пиррон
한국어: 피론
Latina: Pyrrho
Nederlands: Pyrrho van Elis
norsk: Pyrrhon
português: Pirro de Élis
русский: Пиррон
srpskohrvatski / српскохрватски: Piron
slovenčina: Pyrrhón z Élidy
slovenščina: Piron
српски / srpski: Пирон
svenska: Pyrrhon
தமிழ்: பிரோ
Türkçe: Phyrrhon
українська: Піррон
Tiếng Việt: Pyrrho
中文: 皮浪