Premier ministre du Québec

Premier ministre du Québec
image illustrative de l’article Premier ministre du Québec
Ministère du Conseil exécutif du Québec, ou « ministère du Premier ministre »[1]

image illustrative de l’article Premier ministre du Québec
Titulaire actuel
Philippe Couillard
depuis le

Création
MandantLieutenant-gouverneur du Québec[2]
Premier titulairePierre-Joseph-Olivier Chauveau
Résidence officielleÉdifice Price
16e et 17e étages
65, rue Sainte-Anne
Québec

Bureau officiel :
Édifice Honoré-Mercier
835, boul. René-Lévesque Est
Québec, G1A 1B4

Rémunération186 243 dollars canadiens annuels[3],[4],[5],[6]
Site internet http://www.premier.gouv.qc.ca/

Le premier ministre du Québec est le chef du gouvernement au Québec et président du Conseil des ministres. Formellement, le premier ministre conseille le lieutenant-gouverneur, représentant du chef d'État dans la province de Québec. Dans la pratique, le premier ministre est le détenteur du pouvoir exécutif et représente le gouvernement à l'Assemblée nationale.

Le premier ministre du Québec est choisi comme président du Conseil exécutif du Québec par le lieutenant-gouverneur, le représentant du monarque au Québec. De coutume, c'est le chef du parti politique détenant le plus de sièges dans l'Assemblée nationale où il est lui-même député. Si le chef a perdu dans la circonscription électorale où il était candidat lors de l'élection générale, il peut se porter candidat lors d'une élection partielle, après que l'un des députés nouvellement élus de son parti accepte de démissionner pour lui céder sa place ; tel fut le cas de Robert Bourassa en 1985.

Le premier ministre nommé par le lieutenant-gouverneur prête les serments de discrétion et d'office. En tant que député, il est au préalable assermenté comme membre de l'Assemblée nationale : comme il en est la tradition, il prête alors, main sur la Bible, les serments de fidélité et de vraie allégeance à la reine du Canada ainsi que de loyauté envers le peuple du Québec[7].

Depuis 2013, le mandat du premier ministre a une durée généralement déterminée par les élections à date fixe (4 ans)[8], mais le lieutenant-gouverneur peut y mettre fin, particulièrement s'il n'a plus la confiance de l'Assemblée nationale.