Panzerkampfwagen VI Tiger

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Panzer VI.
Panzerkampfwagen VI Tiger I Ausf. E F (SdKfz 181)
Image illustrative de l'article Panzerkampfwagen VI Tiger
Tigre I de la schwere SS Panzer-Abteilung 101 photographié par la propagande dans le nord de la France
Caractéristiques de service
Type Char d'assaut lourd
Service août 1942 - 1945
Utilisateurs Drapeau de l'Allemagne nazie  Reich allemand
Conflits Seconde Guerre mondiale
Production
Concepteur Caisse : Henschel
Tourelle : Krupp
Année de conception 1937
Constructeur Henschel (assemblage final)
Production août 1942 à août 1944
Unités produites 1354
Variantes Bergetiger (char de dépannage),
Sturmtiger (canon d'assaut lourd),
Panzerbefehlswagen Tiger (char de commandement)
Caractéristiques générales
Équipage 5 (Chef de bord, conducteur, tireur, chargeur, opérateur-radio)
Longueur 6,31 m (caisse) 8,45 m (avec le canon pointé à 12h)
Largeur 3,72 m avec les chenilles de combat
Hauteur 3 m
Masse au combat 57,25 tonnes en ordre de combat
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 25 à 120 mm
Armement
Armement principal un canon de 88 mm Kw.K. 36 L/56 (92 obus)
Armement secondaire deux à trois mitrailleuses MG 34 de 7,92 mm, 4 800 cartouches
Lanceurs de grenades/mines/fumigènes ou mortier
Mobilité
Moteur Maybach HL 210 P45
Maybach HL 230 P45 (à partir du 251ème exemplaire)
Puissance 650 ch (478 kW) à 3 000 tr/min (HL 210)

700 ch (514 kW) à 3 000 tr/min (HL 230)

Transmission boîte de vitesses à présélection Maybach Olvar Type OG 40 12 16 à 12 rapports (8 AV et 4 AR) avec une direction assistée hydrauliquement Argus Lenkapparat L, ST, 0, 2 à double différentiel
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 45 km/h, 9,2 km/h en marche-arrière
Vitesse tout terrain 20 km/h
Puissance massique 11 ch/tonne à 12 ch/tonne
Réservoir 569
Autonomie 125 km
Autonomie tout terrain 80 km

Le Tiger I (Tigre I), diminutif de Panzerkampfwagen VI Tiger Ausführung E - Sonderkraftfahrzeug 181, char d'assaut lourd allemand en service de 1942 à 1945, est l'un des chars les plus connus de la Seconde Guerre mondiale, bien qu'il n'ait été que très peu produit par rapport au T-34 soviétique ou au Sherman américain.

Ce sont ses dimensions, ses lignes très carrées, sa résistance au combat, sa puissance ainsi que les équipages expérimentés l'ayant mené au feu qui ont marqué les esprits, notamment du fait de la propagande allemande.

Il convient cependant de ne pas le confondre avec la série de chars à laquelle il appartient, le nom de "Tigre" est donné à l'ensemble des Panzer. VI. Le Panzerkampfwagen VI Ausf. B (H) Tiger II (ou Königstiger) n'est qu'une version du char Tigre, certes très différente des précédentes.

Son développement a commencé en 1937 et, quand il apparaît pour la première fois sur le front, le 29 août 1942, près de Léningrad, il est alors le char techniquement le plus avancé, le mieux protégé et le plus puissant aligné par l' Axe, affichant une mobilité limitée mais exceptionnelle pour un engin qui fait plus de deux fois le poids de ses prédécesseurs et de la majorité de ses adversaires chenillés. Mais ce char lourd a pâti tout au long de sa carrière de sa mécanique très fragile réduisant considérablement sa disponibilité au feu, et qui, avec sa faible autonomie et son poids excessif, compliquait sa mise en œuvre opérationnelle.

Construit à seulement 1 350 exemplaires, il n'a été que rarement endivisionné mais plutôt engagé dans des unités indépendantes.

Développement et production

Développement

De 1937 à 1941, divers projets de chars lourds ont été menés par les firmes Henschel et Porsche, à partir de 1940 la Wehrmacht cherchant un char mieux protégé que le Panzerkampfwagen IV, notamment sur le projet VK36.01 (Vollkettenkraftfahrzeug 36.01, véhicule motorisé tout chenillé de 36 tonnes no 1), dont Albert Speer testera le prototype Henschel lui-même. Ce n'est qu'en mai 1941 que Hitler demanda à ces firmes de concevoir un char lourd pour l'été 1942. Nom de code : Tigerprogramm.

Le nouveau char devait peser 45 tonnes (VK 45.01) et être armé d'un dérivé du fameux 8,8 8,8 cm Flak qui a fait preuve de sa redoutable capacité antichar non seulement en Afrique du Nord mais aussi dans les campagnes précédentes. Il est également spécifié que le char doit être capable d'encaisser de face les coups d'une pièce aux capacités semblables à plus de 1 500 m et doit donc posséder un blindage d'environ 100 mm d'acier. Le char doit également pouvoir se déplacer à 40 km/h.

Les deux firmes construisirent chacune un prototype de caisse. Les 19 et 20 avril 1942, les deux prototypes sont confrontés, notamment devant Hitler. Le prototype Porsche ( VK 45.01 (P)), ambitieux sur le plan technique, s'avère plus rapide, mais moins mobile que le Henschel (VK 45.01 (H)), lequel se montre aussi plus fiable lors de tests ultérieurs et remporte alors le contrat.
La tourelle qui devait accueillir le 8,8 cm Kwk36 est, quant à elle, conçue par Krupp. Néanmoins, l'engin proposé par Henschel, une fois la tourelle ajoutée, pesait une dizaine de tonnes de plus que les 45 tonnes voulues, et les 650 ch développés à plein régime par le Maybach HL 210 P 45 qui l'équipait s'avèrent quelque peu insuffisants. Néanmoins c'est cette dernière qui récupère le contrat de la production, le prototype présenté par Porsche étant jugé trop complexe à produire.

Le nouveau char lourd reçut le nom officiel de Pzkpfw. VI Tiger Ausf. H - Sd.Kfz.181, puis le 27 février 1944, sur ordre de Hitler, le char prend son nom officiel définitif de Panzerkampfwagen VI Tiger Ausführung E - Sonderkraftfahrzeug 181 (Véhicule de combat blindé VI Tigre modèle E - Véhicule motorisé spécial No 181).

Coût

Le prix sans équipements (armement, optique, radio) est fixé à 250 800 Reichsmarks (contre environ 115 000 pour un Panzer IV à canon long) et tout équipé de 300 000 Reichmarks. Toutefois ce prix est indicatif, le coût du char pour l'économie allemande augmentant avec la raréfaction des matériaux stratégiques ainsi que de la main d'œuvre de qualité, ce qui était aussi valable pour les autres chars allemands en fonction de leur consommation en matériaux stratégiques et de temps de travail qualifié. Il n'est pas non plus évident, que pour un Tiger produit on aurait pu produire deux ou trois Panzer IV.

Il n'en reste pas moins que le Tiger fut coûteux pour l'économie allemande, nécessitant un nombre élevé d'heures de travail d'une main d’œuvre de qualité. Le char est en effet d'une grande finition, caractéristique de l'industrie allemande au moment de son développement, qui ne cherchait pas à optimiser la production mais plutôt la qualité.

Modifications

Chaine de production des Tigre 1
Chaine de fabrication des Tigre I.

Tout au long de sa carrière, il subit diverses modifications, par exemple pour permettre l'usage de certaines pièces standardisées avec le Panther et le Königstiger (Tigre Royal), cela dans le but de rationaliser la production de pièces détachées. ce désir de rationalisation et de simplification du char constitue d'ailleurs la motivation principale justifiant la suppression de certains dispositifs  : les pré-filtreurs d'air Feifel et le système d'immersion du char disparaissent en 1943. Les lance-grenades / fumigènes / mines disparaissent également la même année. Le train de roulement est modifié en 1944. Le moteur est remplacé par un modèle plus puissant. Pour permettre l'emport d'une MG-34 de défense anti-aérienne et rapprochée, un rail est installé sur le tourelleau, lequel subit également diverses modifications, etc.

Cependant, aucune de ces évolutions ne change la silhouette si typique du Tiger I.

Production

L'assemblage final s'effectue à l'usine Henschel de Kassel-Mittelfeld mais les pièces sont fabriquées dans diverses usines, dont voici les fournisseurs les plus importants  :

Étalement de la production du Tigre I
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total
1942 1 8 3 11 25 30 78
1943 35 32 41 46 50 60 65 60 85 50 60 65 649
1944 93 95 86 104 100 75 64 6 623
Pose de la tourelle dans une usine. Le char est ici équipé de ses chenilles de transport, plus étroites.

La numérotation des châssis des Tiger débute au numéro 250001. La production est arrêtée au cours de l'été 1944 pour laisser entièrement place à celle de son successeur, le Tiger II, laquelle avait commencé depuis plusieurs mois. Avec 1 350 exemplaires seulement en deux ans, la production du Tiger I est très inférieure à ce que réalisent les Américains et les Soviétiques dont les deux principaux chars étaient le Sherman, construit à près de 50 000 unités, et le T-34, construit à près de 60 000 unités. Les Allemands ont par ailleurs produit en quantité modeste de nombreux chars différents : Panzer III, IV, Panther, Tiger I, StuG III et IV, Hetzer, etc. Leur stratégie était ainsi bien différente de celle de leurs adversaires, qui avaient choisi une production standardisée et moins diversifiée pour fabriquer rapidement et en masse des chars moyens polyvalents, fiables et plus maniables.

La comparaison entre les chars des deux camps est toutefois peu pertinente puisque le Tiger I est un char lourd, les chars moyens de la Panzerwaffe étant les Panzer IV, 9000 unités, et Panther, 6000 unités seulement. Le char allié comparable au Tiger I, le char lourd soviétique IS-2, a été produit à 3 500 unités.

Dans d'autres langues
العربية: دبابة النمر 1
azərbaycanca: Tiger (tank)
български: Тигър I
bosanski: Panzer VI
čeština: Tiger
Ελληνικά: Tiger I
English: Tiger I
Esperanto: Pz. VI Tiger
español: Panzer VI Tiger
eesti: Tiger I
فارسی: تایگر ۱
suomi: Tiger
עברית: טיגר
hrvatski: Tiger I
Հայերեն: Վագր (տանկ)
Bahasa Indonesia: Tiger I
íslenska: Tiger I
日本語: ティーガーI
Lëtzebuergesch: Panzerkampfwagen VI Tiger
latviešu: Tiger I
монгол: Барс танк
မြန်မာဘာသာ: Tiger I
Nederlands: Tiger I
norsk: Panzer VI
occitan: Tiger I
română: Tiger I
русский: Тигр (танк)
srpskohrvatski / српскохрватски: Tigar (tenk)
slovenščina: Panzer VI Tiger I
српски / srpski: Панцер VI Тигар
svenska: Tiger I
தமிழ்: டைகர் 1
українська: Panzer VI Tiger
Tiếng Việt: Xe tăng Tiger I
中文: 虎I戰車