Pétrone

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pétrone (homonymie).
Pétrone
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Petronius Arbiter par P. Bodart, 1707[1]
Nom de naissancePetronius Arbiter
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Latin
Genres

Œuvres principales

  • Satyricon
  • Fragments narratifs attribués à Pétrone
  • Poésies de Pétrone

Pétrone (en latin : Petronius Arbiter) est un écrivain romain, auteur du Satyricon selon les manuscrits qui nous sont parvenus. Il est généralement (mais pas unanimement) identifié avec Titus Petronius Niger, ancien consul, l'un des favoris de Néron, jouant à la cour le rôle d'arbitre du bon goût (elegantiae arbiter[2]) dans les années 60, avant de tomber en disgrâce et de se donner la mort en s'ouvrant les veines après avoir relaté par écrit les turpitudes de Néron (Tacite, Annales, livre XVI, 17 à 20). Toutefois, d'autres hypothèses quant à son identité ont été formulées.

Le Satyricon, que la tradition littéraire attribue à Pétrone, est considéré comme l'un des premiers romans de l'histoire de la littérature. Œuvre fragmentaire, il constitue une satire sociale, qui est, grâce à la psychologie des personnages et l'observation réaliste, une véritable innovation littéraire. Pétrone est également l'auteur de poèmes, bien que certains de ceux qui lui furent attribués se soient révélés ne pas être de sa main. On lui attribue également des fragments narratifs, retrouvés au cours des siècles et supposés intégrer le récit du Satyricon.

L'esthétique de Pétrone est essentiellement parodique et satirique : ses écrits interrogent le monde romain par la dérision et le travestissement. Cependant, nombre de spécialistes lui reconnaissent un message social novateur, un style littéraire innovant et une recherche dans l'observation réaliste qui en fait l'un des auteurs précurseurs du roman.

Pétrone a influencé la littérature, le cinéma et la musique. Henryk Sienkiewicz, dans son roman Quo vadis ? (1895), fait de Petronius Arbiter un personnage clé de l'intrigue alors que Federico Fellini adapte le Satyricon en 1969. Le compositeur italien Bruno Maderna en a composé un opéra en un acte. Plus généralement, la vie de Pétrone et son esthétique ont inspiré de nombreux auteurs tels, par exemple, Henry de Montherlant, Laurence Sterne, Tobias Smollett, Henry Fielding ou encore Marcel Schwob.

Sommaire

Dans d'autres langues
aragonés: Petronio
العربية: بترونيوس
asturianu: Petroniu
azərbaycanca: Petroni
تۆرکجه: پترونیوس
български: Петроний
català: Petroni
čeština: Petronius
dansk: Petronius
Ελληνικά: Πετρώνιος
English: Petronius
español: Petronio
euskara: Petronio
estremeñu: Petróniu
فارسی: پترونیوس
suomi: Petronius
furlan: Petroni
galego: Petronio
עברית: פטרוניוס
hrvatski: Petronije
Bahasa Indonesia: Petronius
íslenska: Petronius
lietuvių: Petronijus
македонски: Петрониј Арбитер
norsk: Petronius
occitan: Petròni
português: Petrônio
română: Petroniu
Scots: Petronius
srpskohrvatski / српскохрватски: Petronije
slovenčina: Petronius
svenska: Petronius
українська: Петроній Арбітр
Bân-lâm-gú: Petronius