Pères de l'Europe

Robert Schuman, un des Pères de l'Europe.
Konrad Adenauer.
Jean Monnet et Konrad Adenauer à Bonn.
Alcide de Gasperi.
Paul-Henri Spaak.

Le terme « Pères de l'Europe » est une expression figurée utilisée pour évoquer les pères fondateurs de l'Union européenne, c'est-à-dire les principaux promoteurs de la construction européenne au XXe siècle [1] en identifiant les Communautés européennes et l' Union européenne comme un ensemble uni.

Ce surnom a été attribué, par analogie avec les pères fondateurs des États-Unis d'Amérique, par la presse et l' historiographie [2], [3] à un groupe historiquement défini de sept personnalités politiques qui ont joué un rôle fondateur en œuvrant de façon déterminante à la mise en place de la CECA et de la CEE, institutions aux origines de l'actuelle Union européenne.

Il s'agit de l'Allemand Konrad Adenauer, du Luxembourgeois Joseph Bech, du Néerlandais Johan Willem Beyen, de l'Italien Alcide De Gasperi, des Français Jean Monnet, Robert Schuman et du Belge Paul-Henri Spaak. D'autres personnages marquants ont eu également un rôle notable dans l'histoire de la construction européenne comme le diplomate d'origine austro-hongroise Richard Coudenhove-Kalergi et le Français Robert Marjolin, à l'origine de l' Union économique et monétaire.

Cette liste n'a rien d'officiel, il existe quelques autres précurseurs de l'idée de la convergence des États d'Europe dans un État fédéral comme les Français Aristide Briand et Louis Loucheur. On peut également citer Winston Churchill qui, dans son « discours à la jeunesse étudiante » à l'université de Zurich en 1946, exprima à sa manière sa vision d'une Europe unie (bien qu'il en exclût le Royaume-Uni).

Quelques acteurs ont ensuite été des protagonistes essentiels pour le rôle majeur qui fut le leur dans les avancées de la construction européenne : on place parmi eux l'Allemand Walter Hallstein, premier Président de la Commission européenne, l'Italien Altiero Spinelli, auteur du Manifeste de Ventotene pendant la guerre et inspirateur d'un projet de « traité sur l'Union européenne » en 1984, ou encore le Néerlandais Sicco Mansholt qui prôna une politique agricole permettant une autosuffisance alimentaire du continent.