Noir

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noir (homonymie).

Le noir est un champ chromatique regroupant les teintes les plus obscures. Les objets noirs n'émettent ou ne reflètent qu'une part négligeable du spectre de la lumière visible. Le noir s'oppose ainsi à toutes les couleurs, mais surtout au blanc, la plus claire de toutes les couleurs. Certains auteurs, qui prennent le mot « couleur » dans un sens restreint, estiment que le noir n'est pas une couleur.

La culture occidentale associe principalement le noir au renoncement, involontaire dans le deuil ou volontaire dans la sobriété.

Définition

La couleur noire n'est pas l'obscurité totale. Quand l' éclairement lumineux est inférieur à 0,01 lux, l'être humain ne distingue pas les couleurs. On parle de vision scotopique. Quand la luminance d'un objet est moindre de 1 µcd m−2, on ne perçoit rien du tout ( SC, p. 26). Cependant, cette absence de perception n'est pas du noir ; l' eigengrau représente, en quelque sorte, le bruit de fond de la perception visuelle.

Le noir absolu peut plutôt se définir comme une luminosité si faible, par rapport au reste du champ visuel, qu'on ne peut y distinguer aucun détail.

Cette définition a l'avantage de rester valable dans les domaines de la vision mésopique (jusqu'à une centaine de lux) ou de la vision photopique (au-delà), où on discerne des couleurs. On décrit comme noire une surface qui réfléchit dans la direction de l'observateur moins de 0,3 % de la lumière incidente ( PRV3).

On décrit comme noires des obscurités où on ne peut pas distinguer de détails, mais où on peut discerner une faible tendance vers une autre couleur. C'est ainsi qu'on connaît des nuances de noir bleuté, violacé ou autre. Le « noir » se trouve ainsi être, en même temps qu'une couleur, un champ chromatique.

La norme AFNOR X-08-010 « Classification méthodique générale des couleurs » propose des limites de luminosité pour les tons neutres, L*=20 % ( CIE L*a*b*), soit 3 % de la plus forte luminance. Lorsque le noir a une tendance, la limite s'abaisse sensiblement, dans une proportion d'autant plus grande que la coloration est forte, variant selon la dominante ( SC, p. 248sq).

Dans la synthèse additive (superposition de faisceaux lumineux), le noir est une absence de couleur. Un noir parfait exigerait qu'il n'y ait aucune fuite ni lumière parasite dans le système. En pratique, les dispositifs ont chacun une nuance de noir qui dépend de leurs caractéristiques techniques, principalement de leur contraste, c'est-à-dire du rapport maximal entre le niveau de la plus forte lumière possible, et le niveau résiduel de la plus faible.

Dans la synthèse soustractive, les noirs peuvent s'obtenir soit par un pigment absorbant toutes les lumières visibles, soit par un mélange de pigments absorbant chacun une plage de longueurs d'ondes, combinés de manière à toutes les absorber.

On oppose le noir au blanc ; par définition, ce sont la moins lumineuse et la plus lumineuse des couleurs. Elles ont en commun de ne pas avoir de longueur d'onde monochromatique dominante. Lorsqu'on combine les trois couleurs primaires en proportions adéquates et constantes dans la synthèse additive, on va du noir au blanc en passant par toutes les nuances de gris.

« Le noir n'est pas une couleur »

« Le noir n'est pas une couleur », ont affirmé bon nombre d'auteurs [1]. Cette opinion, ou cette appréciation, selon le cas, est devenue en France doctrine de l'éducation primaire [2]. Elle se base sur l'ambiguïté de la définition de la couleur, difficulté qui a alimenté un vaste champ de recherches philosophiques [3]. La couleur est une qualité d'un objet ou d'une lumière qui le distingue d'un autre, même si tous ses autres caractères sont identiques [4]. On dit d'un objet qu'il est coloré quand cette qualité s'éloigne de la grisaille ; mais bien souvent, est « coloré » tout ce qui n'est pas blanc ou transparent [4].

Du point de vue d'un teinturier, l'absence de couleur, c'est l' écru, le grège du matériau brut ; le noir est une couleur, et même une couleur difficile à obtenir. C'est ce que rappellent d'anciens théoriciens de la couleur, comme le père Castel [5]. L’Optique de Newton, reliant la couleur à la lumière, semblait s'opposer à cette constation pratique. Si la couleur procède de la lumière, le noir, qui est absence de lumière, ne pouvait être de la couleur. En 1913, un auteur résume ce qu'ont écrit des dizaines d'autres depuis le début du XVIIIe siècle, « Physiquement et physiologiquement, le noir n'est pas une couleur mais comme pour le produire, il faut de la matière, il est considéré comme couleur dans le langage d'atelier [6] ».

Pour éviter les quiproquos, les études modernes sur la couleur distinguent la couleur, au sens large, qualité de la lumière ou d'une surface, de la chromaticité, une grandeur descriptive de la couleur. Une couleur vive a une chromaticité élevée ; une couleur pâle ou terne, une chromaticité faible. La chromaticité ne dépend pas, comme la couleur, de la luminosité. Elle se décompose entre une teinte dominante qu'on peut situer par une longueur d'onde de rayonnement et une pureté qui est la proportion de cette teinte et de blanc nécessaire pour obtenir une teinte identique à celle de l'échantillon [7]. Avec cette distinction, les noirs, gris et blancs sont des couleurs dont la chromaticité est faible ou nulle.

Ceux qui s'occupent de symbolique des couleurs traitent du noir comme d'une couleur [8], en même temps que comme l'opposé ou la négation des deux couleurs majeures, le blanc et le rouge [9].

Le point de vue de l' artiste-peintre est plus proche de l' esthétique, même quand il interprète des travaux scientifiques, comme les néo-impressionnistes, très opposés à l'usage de la couleur noire. Il ne manque pas de constater les mauvais résultats obtenus en peignant les ombres avec du noir, et de reprendre une opinion attribuée à Léonard de Vinci : « le noir n'est pas une couleur [10] ». De fait, on peut peindre en s'en dispensant entièrement, même pour obtenir des fonds obscurs où on ne distingue aucune dominante colorée, ce qu'on appelle « un beau noir [11] », c'est-à-dire qui réalise avec perfection l'« absence de couleur, définition issue de la théorie de la synthèse des couleurs [12] ». Renoir avait banni le noir de sa palette, estimant qu' « on ne pouvait s'en servir sans rompre l'unité chromatique de la surface [13] » ; Matisse, lui, déclarait fermement « le noir est une couleur [14] ».

Dans d'autres langues
Afrikaans: Swart
አማርኛ: ጥቁር
aragonés: Negro
Ænglisc: Sweart
العربية: أسود (لون)
ܐܪܡܝܐ: ܐܘܟܡܐ
asturianu: Prietu
Aymar aru: Ch'iyara
azərbaycanca: Qara
تۆرکجه: قارا
žemaitėška: Jouda
беларуская: Чорны колер
български: Черен цвят
Bahasa Banjar: Hirang
বাংলা: কালো
བོད་ཡིག: ནག་པོ།
brezhoneg: Du (liv)
bosanski: Crna
ᨅᨔ ᨕᨘᨁᨗ: Lotong
català: Negre
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Ŭ-sáik
нохчийн: Ӏаьржа
Cebuano: Itom
Chamoru: Áttilong
کوردی: ڕەش
čeština: Černá
Cymraeg: Du
dansk: Sort
Deutsch: Schwarz
Ελληνικά: Μαύρο
emiliàn e rumagnòl: Negher
English: Black
Esperanto: Nigro
español: Negro (color)
eesti: Must
euskara: Beltz
فارسی: سیاه
suomi: Musta
Võro: Must
furlan: Neri
Gaeilge: Dubh
贛語:
galego: Negro (cor)
Avañe'ẽ:
ગુજરાતી: કાળો
客家語/Hak-kâ-ngî: Vû-set
עברית: שחור
हिन्दी: काला
hrvatski: Crna
Kreyòl ayisyen: Nwa (koulè)
magyar: Fekete
Հայերեն: Սև
Bahasa Indonesia: Hitam
Interlingue: Nigri
íslenska: Svartur
italiano: Nero
日本語:
Patois: Blak
Basa Jawa: Ireng
Kabɩyɛ: Kɩkpɛɛdɩm
қазақша: Қара түс
ಕನ್ನಡ: ಕಪ್ಪು
한국어: 검정
Ripoarisch: Schwaaz
Kurdî: Reş
лакку: ЛухӀисса
lumbaart: Negher
lingála: Moíndo
lietuvių: Juoda
latviešu: Melnā krāsa
мокшень: Равжа
македонски: Црна боја
മലയാളം: കറുപ്പ്
मराठी: काळा
Bahasa Melayu: Hitam
Malti: Iswed
Mirandés: Negro
эрзянь: Раужо
Dorerin Naoero: Etangang
Nāhuatl: Tlīltic
नेपाली: कालो
नेपाल भाषा: हाकु
Nederlands: Zwart (kleur)
norsk nynorsk: Svart
norsk: Svart
Nouormand: Nièr
Sesotho sa Leboa: Ntsho
occitan: Negre
Deitsch: Schwatz
polski: Barwa czarna
پنجابی: کالا
پښتو: تور (رنگ)
português: Preto
Runa Simi: Yana
română: Negru
armãneashti: Negru
русский: Чёрный цвет
संस्कृतम्: कृष्ण वर्णः
саха тыла: Хара өҥ
sicilianu: Nìuru
Scots: Black
سنڌي: ڪارو
srpskohrvatski / српскохрватски: Crno
Simple English: Black
slovenčina: Čierna
slovenščina: Črna
Soomaaliga: Madaw
српски / srpski: Црно
Basa Sunda: Hideung
svenska: Svart
தமிழ்: கருப்பு
తెలుగు: నలుపు
тоҷикӣ: Сиёҳ
ไทย: สีดำ
Tagalog: Itim
Türkçe: Siyah
Xitsonga: Ntima
українська: Чорний колір
اردو: سیاہ
vèneto: Negro
vepsän kel’: Must muju
Tiếng Việt: Đen
Winaray: Itom
хальмг: Хар өңг
ייִדיש: שווארץ
Vahcuengh: Saekndaem
中文: 黑色
文言:
Bân-lâm-gú: O͘-sek
粵語: