Mercedes-Benz

Page d'aide sur l'homonymie Pour la chanson de Janis Joplin, voir Mercedes Benz (chanson).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercedes et Benz.
Mercedes-Benz
logo de Mercedes-Benz
Logo de Mercedes-Benz.

Création1926
FondateursPaul Daimler, Carl Benz et Emil Jellinek-Mercedes
Personnages clés- Paul Daimler (fondateur de la marque et créateur du logo)
- Carl Benz (fondateur de la marque)
- Emil Jellinek (fondateur de la marque)
- Gottlieb Daimler (co-inventeur du moteur à explosion)
- Wilhelm Maybach (disciple de Gottlieb Daimler)
Forme juridiqueDivision de Daimler
ActionConstructeur automobiles
Slogan« Le meilleur sinon rien »
Allemand : « Das Beste oder nichts »
Anglais : « The best or nothing »
Siège socialStuttgart
Drapeau d'Allemagne Allemagne
DirectionDrapeau : Allemagne Dieter Zetsche (PDG)
ActionnairesDaimler AGVoir et modifier les données sur Wikidata
ActivitéIndustrie automobile
ProduitsVéhicules particuliers, sportifs, utilitaires, camions, autocars et autobus
Société mère- Daimler-Benz (? - 1998)
- Daimler-Chrysler (1998-2007)
- Daimler (depuis 2007)
Sociétés sœurs- Maybach
- Brabus
- Carlsson (en)
- Lorinser
Filiales- Mercedes-AMG
- Mercedes-Benz Trucks
- EvoBus (Mercedes-Benz Bus)
- Mercedes Grand Prix
- Ionity
Effectif93 000 salariés (octobre 2008)
Site webmercedes-benz.fr

Capitalisation38 Milliards d'Euros

Mercedes-Benz (prononcé en allemand : [mɛʁˈtseːdəsˌbɛnts]) est un constructeur allemand d'automobiles (modèles premium, de sport et de luxe), de camions, d'autocars et d'autobus indépendant fondé en 1926 par trois autres constructeurs : Daimler-Motoren-Gesellschaft, Mercedes et Benz & Cie.

Historique

Origines

L'équipe Mercédès au Grand Prix de France à Lyon en 1914.
Gottlieb Daimler

Daimler-Motoren-Gesellschaft (DMG)

Article connexe : Daimler-Motoren-Gesellschaft.

En 1886, l'inventeur allemand Gottlieb Daimler améliore le moteur à combustion interne avec l'aide de Wilhelm Maybach dans la ville de Cannstatt près de Stuttgart (Royaume de Wurtemberg).

En 1890, ils fondent ensuite la société « Daimler-Motoren-Gesellschaft » (DMG) avec Paul Daimler (fils de Gottlieb) qui lui succédera après son décès en 1900. DMG produira principalement des moteurs.

En 1896, DMG entre dans l'ère de l'industrie automobile avec la création de son premier camion d'un PTAC d'1,5 tonne avec moteur à l'arrière[réf. nécessaire].

Mercedes

Emil Jellinek
Article connexe : Mercédès.

En 1902, Emil Jellinek, important concessionnaire automobile DMG français du début du XXe siècle (situé sur la Côte d'Azur), dépose et protège légalement et officiellement, la marque commerciale « Mercédès », du surnom de sa fille alors âgée de 13 ans, et signe un « contrat d'exclusivité commerciale » pour les automobiles DMG pour l'Autriche-Hongrie, la France, la Belgique et les États-Unis. Il fait légalement modifier son nom en « Emil Jellinek-Mercedes ». Il construira par Paul Daimler et Wilhelm Maybach de Daimler-Motoren-Gesellschaft, les premières Mercédès Simplex et les Mercédès 35 CV de course qu'il se chargera de commercialiser. Grâce à cela, il entra au conseil d'administration de DMG.

En 1909, Mercédès dépose la célèbre étoile à trois pointes (dessinée par Paul Daimler), pour représenter les trois voies que Gottlieb Daimler avait choisies pour ses moteurs : terre, mer et air, emblème de toutes ses voitures à partir de 1911.

En 1923, un camion Daimler à moteur Diesel fut exposé à la foire de Berlin.[réf. nécessaire]

Benz & Cie.

Carl Benz
Article connexe : Benz & Cie..

En 1879, de son côté Karl Benz améliore le moteur thermique à deux temps. Il créa le Sylvestermotor et en vendra plus de 800 exemplaires en 1883.

En 1886, Benz & Cie. obtiennent un brevet et créé le Benz Patent Motorwagen, leurs tout premier véhicule.

De 1887 à 1899, le nombre d'employés est passé de 40 à 430.

En 1924, Daimler-Motoren-Gesellschaft met ses intérêts en commun avec « Benz & Cie. ».

Création de Mercedes-Benz

Le 28 juin 1926, Daimler-Motoren-Gesellschaft, Mercédès et Benz & Cie. fusionnent en « Mercedes-Benz AG »[1].

Lancement

En 1926, Mercedes-Benz commence la production de voitures de tourisme. Les modèles sont désignés par le préfixe W (pour Wagen, « Voiture » en français). Quelques mois après la création de la marque, Mercedes-Benz crée donc la W01 avec l'aide de Ferdinand Porsche en 8 exemplaires. Elles servent de prototype pour créer une voiture de tourisme. Les Types W02 et W03 sont alors fabriqués et commercialisés. Les trois modèles sont présentés au Salon de l'automobile de Berlin en octobre de la même année.

En 1931, les modèles sont désignés par le préfixe L (pour lastwagen, « camion » en français). Pendant la guerre, plus de 64 000 camions utilitaires sont produits, presque exclusivement pour les forces armées.

Sous le Troisième Reich

Un L 3000S en 1944.

Dès 1933, le régime nazi utilise des Mercedes-Benz tel que les W136/138, W142 ou encore les fameuses W07/W150 souvent associées aux hauts gradés.

En 1938, le gouvernement allemand établit des restrictions. Mercedes-Benz se voit forcé à produire uniquement des camions deux essieux de 3 t, 4,5 t, et 6 tonnes.

Début 1939, la marque allemande crée le T80 : un prototype de vitesse. La vitesse de 634 km/h aurait été atteinte sur une section droite d'autoroute allemande. Unique exemplaire, il aurait certainement permis de dépasser les 700 km/h. Avec ce véhicule, Hitler voulait démontrer la supériorité allemande.

Pendant la guerre, les usines de Untertürkheim sont bombardées, obligeant l'entreprise à se concentrer sur d'autres produits, dont des bicyclettes. La production d'automobiles reprend dans les usines de Sindelfingen, ayant survécu aux bombardements. À la fin de la guerre, la firme fabriquera une série de camions appelés Opel Blitz. À partir de 1941, sous la pression et l'obligation de Hitler[réf. nécessaire], Mercedes-Benz exploite des travailleurs soviétiques et français. Cette force de travail deviendra rapidement indispensable au fonctionnement de l'entreprise, qui équipe la Luftwaffe et la machine de guerre allemande. Les conditions de travail étant très dures, des grèves ont lieu et les protestataires sont envoyés en camps de concentration. En décembre 1944, Mercedes-Benz exploite 26 958 travailleurs forcés et 4 887 prisonniers de guerre[réf. nécessaire].

D'après le magazine d'affaire allemand WirtschafsWoche, Daimler, propriétaire de Mercedes-Benz, a reconnu dès 1986 qu'il avait employé 40 000 travailleurs forcés dans des conditions épouvantables pendant la guerre, lui permettant de générer d'énormes sommes d'argent[2].

L'après Seconde Guerre mondiale

Quelque temps après, Mercedes-Benz décida de changer le design de ses voitures de tourisme en incorporant les optiques avant dans les ailes. Ils lanceront également les Classe E, S et SL.

En 1951, les Type W186, W187 et W188 font leurs apparitions. Luxe, confort et élégance sont au rendez-vous. La fabrication des camions mi-lourds et lourds est à nouveau autorisée et bientôt apparaissent les premiers camions à cabine avancée. Daimler-Benz acquiert les droits d'Unimog.

En 1952, la classe SL est créée avec la W194 de course.

En 1953, la carrosserie Ponton est lancée. Cinq modèles utilisent cette carrosserie.

La majestueuse 300SL (W198) lancée en 1954.

En 1955, Mercedes-Benz sort une nouvelle gamme de poids-lourds nommée « LP ». Ce nom est utilisé pour démontrer le confort des camions qui ressemblait à celui des wagons Pullman. Les camions lourds sont construits à l'usine de Gaggenau qui fabrique aussi les Unimog, les mi-lourds sont produits à Mannheim. La limite de 32 tonnes avec remorque est autorisée en 1958 par le gouvernement allemand.

En 1958, Daimler-Benz AG, possède plusieurs usines en Allemagne et dans vingt-quatre autres pays. Gaggenau, reste la principale usine de camions et Mercedes-Benz réalise près de 75 % des exportations de camions allemands.

En 1963, un nouveau camion à cabine avancée est présenté au salon de Francfort. Une usine devient opérationnelle à Wörth.

En 1964, la firme crée la branche nord-américaine « Mercedes of North America ».

En 1965, le gouvernement allemand autorise des camions de 38 tonnes.

En 1968, Daimler-Benz reprend la distribution et l'usine de camion de Krupp AG d'Essen.

En 1970, Daimler-Benz reprend Hanomag-Henschel Fahrzeugwerke, dont les usines sont situées à Cassel, Hanovre et Brême, en Allemagne. L'usine de camionnettes de la firme est une importante acquisition qui permet de combler un vide dans sa gamme de poids lourds.

En 1973, Mercedes lance une nouvelle gamme de camion : la gamme New generation, ainsi nommée en raison du style adouci de sa cabine basculante. À partir de cette date, les camions sont principalement à cabine avancée et les types à capot progressivement éliminés. Les premiers modèles sont des véhicules de travaux publics à deux ou trois essieux, deux ans plus tard suit la gamme des camions lourds. En Argentine et au Chili, la firme profite des dictatures de Pinochet et de Videla pour éliminer physiquement les syndicalistes, en plus de la dégradation des conditions de travail et la diminution des salaires[3].

En 1981, Daimler-Benz acquiert la compagnie américaine Freightliner LLC Corporation. En 1982, la firme rachète NAW, la société jointe formée par Saurer et FBW à Arbon et Wetzikon, en Suisse.

En 1990, Mercedes-Benz acquiert IFA de Ludwigsfelde dans l'ancienne RDA. En 1997, Daimler-Benz et Freightliner LLC absorbent l'usine de productions de camions lourds Ford et du modèle Cargo, ensuite renomment la nouvelle division « Sterling Trucks ».

Aujourd'hui

Le Mercedes-Benz ML (W 166) devenu GLE en 2015 (restylage) suite à la modernisation d'appellations de la gamme Mercedes-Benz.

En 1998, Daimler-Benz fusionne avec Chrysler, ce qui entraîne par la suite la transmission de nombreux éléments de Mercedes-Benz vers des modèles Chrysler.

En 2006, Mercedes-Benz, Smart et Maybach rompent les liens avec Chrysler, et Daimler redevient indépendant.

En 2015, le constructeur à l'étoile revoit la désignation de ses modèles pour une meilleure visibilité. Au gré des restylages et renouvellements, celle-ci s'articule autour de cinq familles de modèles, désignés par les lettres A, B, C, E et S. Leurs dérivés tout-terrains sont regroupés sous l'appellation GL, suivie d'une lettre indiquant la place du modèle dans la hiérarchie (Le Mercedes-Benz Classe GLA dérive de la Classe A). Cela concerne les ML, GL et GLK, mais pas le "G" tout normal de 1979 qui conserve cette appellation historique. Ainsi sont nommés le GLA, le GLC (remplaçant du GLK), le GLE (ex-ML) et GLS (ex-GL), respectivement affiliés aux Classe A, C, E et S. Les coupés quatre portes portent les lettres CL (CLS et nouveau CLA), alors que la famille des roadsters conserve le SL. Ainsi le SLK devient SLC. Pour les motorisations, l'appellation est allégée : les diesels sont indiqués par un "d", les hybrides rechargeables et électriques par un "e", les hybrides par un "h", les gaz naturel par un "c" (compressed natural gas) et les piles à combustible par un "f" (fuel cell). Ainsi, la Classe S 300 Plug-in Hybrid s'appelle désormais S 300e[4].

En 2017, la marque a pour projet de créer sa propre filiale dédiée à des modèles 100 % électriques[5]. Elle signe à cet effet un accord de coopération avec Bosch en matière de développement, en vue de mettre en circulation des voitures automatisées et sans conducteur au début des années 2020[6].

Dans d'autres langues
Afrikaans: Mercedes-Benz
العربية: مرسيدس-بنز
asturianu: Mercedes-Benz
azərbaycanca: Mercedes-Benz
башҡортса: Mercedes-Benz
Boarisch: Mercedes-Benz
беларуская: Mercedes-Benz
беларуская (тарашкевіца)‎: Mercedes-Benz
български: Мерцедес-Бенц
brezhoneg: Mercedes-Benz
bosanski: Mercedes-Benz
català: Mercedes-Benz
čeština: Mercedes-Benz
Deutsch: Mercedes-Benz
Ελληνικά: Mercedes-Benz
English: Mercedes-Benz
Esperanto: Mercedes-Benz
español: Mercedes-Benz
euskara: Mercedes-Benz
فارسی: مرسدس بنز
עברית: מרצדס-בנץ
hrvatski: Mercedes-Benz
Հայերեն: Mercedes-Benz
Bahasa Indonesia: Mercedes-Benz
íslenska: Mercedes-Benz
italiano: Mercedes-Benz
Basa Jawa: Mercedes-Benz
ქართული: Mercedes-Benz
Qaraqalpaqsha: Mercedes-Benz
қазақша: Mercedes-Benz
lietuvių: Mercedes-Benz
latviešu: Mercedes-Benz
македонски: Мерцедес-Бенц
Bahasa Melayu: Mercedes-Benz
Nāhuatl: Mercedes-Benz
Nederlands: Mercedes-Benz
norsk nynorsk: Mercedes-Benz
occitan: Mercedes-Benz
Ирон: Mercedes-Benz
پنجابی: مرسڈیز
português: Mercedes-Benz
Runa Simi: Mercedes-Benz
română: Mercedes-Benz
русский: Mercedes-Benz
sicilianu: Mercedes-Benz
srpskohrvatski / српскохрватски: Mercedes-Benz
Simple English: Mercedes-Benz
slovenčina: Mercedes-Benz
slovenščina: Mercedes-Benz
српски / srpski: Мерцедес-Бенц
svenska: Mercedes-Benz
Kiswahili: Mercedes Benz
тоҷикӣ: Mercedes-Benz
Türkmençe: Mercedes Benz
Türkçe: Mercedes-Benz
татарча/tatarça: Mercedes-Benz
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: مېرسېدېس - بېنز
українська: Mercedes-Benz
oʻzbekcha/ўзбекча: Mercedes-Benz
Tiếng Việt: Mercedes-Benz
Yorùbá: Mercedes-Benz
Zeêuws: Mercedes-Benz
粵語: 平治