March Engineering

March Engineering
Logo
Discipline Formule 1
Formule 2
Formule 3
Formule 3000
CART
Localisation Drapeau du Royaume-Uni Bicester, Royaume-Uni
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau du Royaume-Uni Max Mosley
Directeur Drapeau du Royaume-Uni Robin Herd
Directeur technique Drapeau du Royaume-Uni Robin Herd
Drapeau du Royaume-Uni Gordon Coppuck
Drapeau du Royaume-Uni Adrian Newey
Drapeau du Royaume-Uni Chris Murphy
Pilotes Drapeau du Royaume-Uni Jackie Stewart
Drapeau des États-Unis Mario Andretti
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon
Drapeau de la Suède Ronnie Peterson
Drapeau du Royaume-Uni James Hunt
Drapeau de l'Italie Vittorio Brambilla
Drapeau de l'Italie Ivan Capelli
Drapeau du Brésil Maurício Gugelmin
Caractéristiques techniques
Châssis March
Moteurs Ford-Cosworth
Alfa Romeo
Judd
Ilmor
Pneumatiques Firestone, Goodyear, Avon, Michelin, Pirelli
Résultats
Début Grand Prix d'Afrique du Sud 1970
Dernière course Grand Prix d'Afrique du Sud 1993
Courses disputées 240 (227 départs)
Points marqués 181,50
Victoires 3
Podiums 22
Pole positions 5
Meilleurs tours en course 7

March est un ancien constructeur britannique de sport automobile, présent en Formule 1 entre 1970 et 1992, mais également dans d'autres disciplines telles que la Formule 3, la Formule 2, la Formule 3000 et le CART.

Historique

Les années 1970

Hans Stuck sur March 761 en 1976
Le curieux prototype March 2-4-0 à six roues de 1976

March a été fondé en 1969 par Max Mosley, Alan Rees, Graham Coaker et Robin Herd. Ce sont leurs initiales, liées par un A qui ont donné son nom à la nouvelle entreprise [réf. nécessaire].

Dès l'année suivante, March se lance en Formule 1. L'arrivée de March en F1 s'effectue à deux niveaux : tout d'abord de manière classique avec la création d'une écurie, mais également en tant que fournisseur pour d'autres équipes. Alors que la première March F1 n'a pas encore vu le jour, le rusé Max Mosley parvient ainsi à convaincre plusieurs équipes, dont Tyrrell (qui compte dans ses rangs le champion du monde en titre Jackie Stewart) de lui acheter des voitures pour la saison à venir. Les débuts sont prometteurs puisque Jackie Stewart réalise la pole position dès la première course de la saison et s'impose dès la course suivante en Espagne. Mais il s'agit de débuts en trompe-l'œil, et la March 701, de conception classique, va rapidement être dépassée par la concurrence, à tel point que l'équipe Tyrrell décidera en cours de saison d'abandonner les châssis March et de devenir constructeur à part entière. En 1971, grâce aux exploits à répétition du fougueux pilote suédois Ronnie Peterson, les March brilleront également par intermittence (Peterson termine vice-champion du monde), mais sans jamais donner le sentiment de pouvoir faire jeu égal avec les équipes les plus huppées. Les saisons suivantes voient les March rapidement s'embourber dans la deuxième moitié du peloton. Signalons tout de même au milieu de résultats particulièrement médiocres la victoire heureuse de Vittorio Brambilla (sous le déluge) au Grand Prix d'Autriche 1975, et celle de Ronnie Peterson au Grand Prix d'Italie 1976.

Mais March (dont l'ambition d'origine est d'être un compétiteur mais également un vendeur) trouve son salut économique dans la cohorte d'écuries de fond de grille qu'elle fournit (comme celle de Frank Williams par exemple), attirées par les productions certes peu performantes mais financièrement très abordables et faciles d'exploitation du constructeur de Bicester. March est également un constructeur très prisé dans les diverses formules de promotion. Néanmoins, fin 1977, l'équilibre financier est rompu et les propriétaires de March décident de mettre un terme à leur engagement en Formule 1, tout en poursuivant l'activité du constructeur dans d'autres disciplines, notamment la Formule 3 et la Formule 2.

Les années 1980

March 822 BMW 1982 de Christian Danner
La March-Leyton House CG901 pilotée par Ivan Capelli en 1990

En 1981, le département F1 de March est relancé à la demande de l'entrepreneur britannique John McDonald, fondateur de l'écurie RAM. Mais en trois saisons, les March F1 n'inscriront pas le moindre point et enchaîneront les non-qualifications. À la fin de 1983, à la suite de ce fiasco, et tandis que l'activité en Formule 2 et en Formule 3 est également stoppée, March concentre ses efforts sur le championnat CART, tout en préparant le futur championnat de F3000.

Les succès en F3000 ( Christian Danner champion en 1985, Ivan Capelli en 1986 et Stefano Modena en 1987) font pourtant rapidement resurgir les envies de Formule 1 du côté de Bicester, et cela d'autant plus que la disparition programmée des moteurs Turbo (prévue fin 1988) doit favoriser l'accession à la F1 de structures modestes telles que March. Avec le soutien du puissant groupe japonais Leyton House, March effectue ainsi son deuxième retour à la F1 en 1987. Les premiers résultats ne sont guère brillants (la nouvelle March F1 n'est en réalité qu'une F3000 modifiée). Mais l'écurie va progressivement faire parler d'elle grâce à l'apport du jeune ingénieur Adrian Newey, dont les conceptions très pointues permettent ponctuellement au premier pilote de l'écurie Ivan Capelli de lutter avec les meilleurs en 1988.

Après des résultats décevants en 1989, l'écurie est rachetée et rebaptisée Leyton House Racing par Leyton House, le sponsor principal de l'écurie. En 1990, toujours grâce au tandem Newey-Capelli, on retrouve les performances de 1988. À nouveau de conception extrême, le châssis de Newey est capable du pire comme du meilleur. Le pire comme au Grand Prix du Mexique où, sur un circuit bosselé, les March ne parviennent pas à se qualifier, le meilleur deux semaines plus tard sur le revêtement parfaitement lisse du circuit Paul-Ricard où Capelli s'intercale sur le podium entre Alain Prost et Ayrton Senna après avoir laissé échapper la victoire dans les derniers tours en raison de coupures moteur. Mais il s'agit du dernier exploit de March en Formule 1. En 1991, les Leyton House retrouvent les fonds de grille, puis en fin d'année, le groupe Leyton House est emporté par un scandale politico-financier. En 1992, l'écurie retrouve le nom "March" mais disparaît en fin de saison, faute d'argent.

Dans d'autres langues