Mafia

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir mafia (homonymie).
Représentation symbolique de la Mafia par la pieuvre : même décapitée, la piovra conserve un bon nombre de ses tentacules en activité, en particulier à l'étranger [1].

Une mafia est une organisation criminelle dont les activités sont soumises à une direction collégiale occulte et qui repose sur une stratégie d’infiltration de la société civile et des institutions. On parle également de système mafieux. Les membres sont appelés « mafieux » (sans distinction de nombre), ou parfois « mafiosi », d’après le nom italien (au singulier : « mafioso »).

Étymologie

Le terme « mafia » a diverses étymologies possibles plus ou moins vérifiables et crédibles. Dans les années 1860, le terme apparaît dans les documents officiels et les communications des fonctionnaires de l'époque pour désigner, tout à la fois, une association de malfaiteurs et un comportement de la société sicilienne couramment admis à l'époque [2].

Selon le compte rendu historique de Giuseppe Pitré sur les traditions populaires de cette époque (1841-1916) et dont les travaux furent fortement remis en question par certains historiens de la mafia même (John Dickie soulignera que Pitré était alors un proche collaborateur du député et mafieux notoire Raffaele Palizzolo [3]), le terme était également employé en tant que synonyme de beauté, bravache et audace dans la langue populaire d’un quartier de Palerme ( Italie). Ce même sens étymologique sera repris par Diego Gambetta, en 1993, dans son ouvrage The Sicilian Mafia : the Business of Private Protection [4], tandis que John Dickie insiste sur l'ambivalence du terme, désignant, à la fois et tour à tour, un comportement machiste dit « d'honneur » et une association criminelle proprement dite… Toujours selon Dickie, certains auteurs d'alors auraient ouvertement insisté sur le premier sens afin de faire croire à leurs contemporains l'absence de toute forme d'association criminelle.

L’expression prise dans son sens criminel proprement dit serait apparue [2] à partir de 1863, avec la pièce I mafiusi di la Vicaria de Giuseppe Rizzotto et Gaetano Mosc, laquelle connut un grand succès et fut traduite en italien, napolitain et meneghino, diffusant alors le sens véritable de ce terme sur tout le territoire national de l'Italie [2]. Dans cette pièce, le personnage du mafioso est le « camorista » ou l’homme d’honneur, c’est-à-dire celui qui adhère à une société s’opposant ouvertement aux institutions gouvernementales et exhibant, ainsi, courage et supériorité. Selon J. Dickie, l'abondante diffusion de cette pièce de théâtre serait à l'origine du mythe de la mafia protectrice des faibles et symbole de comportement honorable de la part de ses membres [2]. Dans son rapport de 1864 sur la sécurité publique en Sicile, le baron Niccolò Turrisi Colonna ne parle pas de mafia, mais plutôt de « secte» [2] et Dickie affirme que c'est le gouvernement italien qui popularisa le terme dans son sens criminel actuel [2].

Un document confidentiel signé en avril 1865 par le marquis et préfet de Palerme Filippo Antonio Gualterio, mentionne la présence et l'existence de la mafia sous la formulation « Mafia, o associazione malandrinesca » (en français : la mafia, ou association de malandrins). Selon Gualterio, la mafia offrait alors son aide et sa protection aux opposants du gouvernement [2]. Dès lors, tenant compte de ces recommandations, le gouvernement italien enverra en Sicile, pendant 6 mois, une troupe forte de 15 000 soldats afin d'y contrer toute forme d'opposition politique populaire [2]. Selon Dickie, Gualterio aurait sciemment décrit les agissements de la mafia en tant que manœuvres adverses visant à renverser ledit gouvernement, alors que certains de ses chefs parmi les plus importants tel Antonino Giammona, s'étaient plutôt rangés du côté du gouvernement [2]. Ce rapport suscitera en outre une longue controverse sur le sens du mot « mafia », certains affirmant qu'il signifiait « comportement honorable et brave », d'autres déclarant, au contraire, qu'il décrivait bel et bien une organisation criminelle [2]. De sorte qu'en 1877, le rapport de Leopoldo Franchetti et Sidney Sonnino décrira la mafia comme étant une « industrie de la violence » et la notion d'association criminelle sera donc à nouveau confirmée par le rapport Sangiorgi paru au tournant du XXe siècle.

D'autres sens et définitions étymologiques ultérieurement évoqués susciteront l'ironie dans la nouvelle Philologie de Leonardo Sciascia (1973, in La Mer couleur de vin) qui y mettra en scène deux mafieux proposant des significations opposées visant essentiellement à confondre et égarer le lecteur alors médusé [2].

Dans d'autres langues
العربية: مافيا
azərbaycanca: Mafiya
беларуская (тарашкевіца)‎: Мафія
български: Мафия
brezhoneg: Mafia
bosanski: Mafija
català: Màfia
čeština: Mafie
Cymraeg: Maffia
dansk: Mafia
Deutsch: Mafia
Ελληνικά: Μαφία
English: Mafia
Esperanto: Mafio
español: Mafia
eesti: Maffia
euskara: Mafia
فارسی: مافیا
suomi: Mafia
Gaeilge: Maifia
עברית: מאפיה
हिन्दी: माफ़िया
hrvatski: Mafija
magyar: Maffia
Հայերեն: Մաֆիա
Bahasa Indonesia: Mafia
Ido: Mafio
italiano: Mafia
日本語: マフィア
ქართული: მაფია
қазақша: Мафия
한국어: 마피아
Latina: Mafia
lietuvių: Mafija
latviešu: Mafija
македонски: Мафија
മലയാളം: മാഫിയ
Bahasa Melayu: Mafia
Malti: Mafja
Napulitano: Mafia
Nederlands: Maffia
norsk: Mafia
occitan: Màfia
polski: Mafia
português: Máfia
română: Mafie
русский: Мафия
sicilianu: Mafia
Scots: Mafia
srpskohrvatski / српскохрватски: Mafija
Simple English: Mafia
slovenčina: Mafia
slovenščina: Mafija
shqip: Mafia
српски / srpski: Мафија
svenska: Maffia
тоҷикӣ: Мафия
Tagalog: Mafia
Türkçe: Mafya
українська: Мафія
اردو: مافیا
oʻzbekcha/ўзбекча: Mafiya
vèneto: Mafia
vepsän kel’: Mafii
Tiếng Việt: Mafia
Winaray: Mafia
ייִדיש: מאפיא
中文: 黑手党
粵語: 黑手黨