Legio X Fretensis

La Legio X Fretensis (litt : Xe légion des détroits [maritimes]) fut une légion[N 1] de l’armée romaine créée en 41 ou 40 av. J.-C. par Octave, héritier de Jules César, dans le cadre de la guerre civile qui l’opposait à Pompée.

Après la bataille d’Actium, la légion fut envoyée en Macédoine avant d’être transférée dans la province romaine de Syrie pour mettre fin à la révolte des Juifs qui suivit la mort d’Hérode le Grand. Il est probable que la légion prit ensuite part à la campagne de Lucius Vitellius contre l’empire parthe en 37/38; il est certain toutefois qu’elle était sous les ordres de Gnaeus Domitius Corbulo (Corbulon), lorsque la guerre reprit avec les Parthes dans les années 60 au sujet de l’Arménie.

Cette légion est surtout connue pour le rôle qu’elle joua dans la première guerre judéo-romaine. Après avoir conquis diverses villes de Galilée et de Judée elle participa, sous les ordres du commandant en chef Titus, au siège de Jérusalem où l’utilisation de ses machines de guerre sophistiquées pour l’époque s’avéra déterminante dans l’issue du conflit. Après la chute de Jérusalem, elle participa également au célèbre siège de Massada où, encore une fois, ses catapultes assurèrent la victoire des armées romaines.

La légion devait demeurer plus d’un siècle et demi en Judée où elle avait comme tâche de maintenir la paix à Jérusalem alors que la construction par l’empereur Hadrien d’un temple dédié à Jupiter provoqua une révolte conduite par Simon bar Kokhba qui fit de lourdes pertes parmi les Romains et obligea à faire venir en renfort des troupes du Danube.

Sous le règne de Gallien, alors que des détachements de l’armée romaine opéraient de façon de plus en plus indépendante de leur légion d’origine, une partie de la Legio X Fretensis demeura à Jérusalem comme garde-frontières (limitanei) mais fut transférée à Aila, où elle se trouvait toujours au début du e siècle alors qu’une autre partie était intégrée dans l’armée mobile (comitatenses) qui accompagna l’empereur en Gaule ou en Bretagne.

Monnaie émise sous Domitien, montrant le sanglier et le dauphin, deux des emblèmes de la légion.

La légion eut plusieurs emblèmes : un taureau, une galère, un dauphin, le dieu Neptune et un sanglier[1]. L’emblème originel devait être le taureau, animal favori de Vénus qui fut aussi l’emblème de plusieurs légions levées par Julius César[2]; la galère pourrait être une réminiscence de la bataille maritime de Nauloque dans le détroit de Messine (Fretum Siculum) qui donna également son cognomen à la légion, quoique ceci soit contesté. Après la bataille d’Actium, s’y ajouta un dauphin[3], puis vint le sanglier. Sous l’empereur Hadrien (r. 117-138) apparut le dieu Neptune[2].

Dans d'autres langues
Nederlands: Legio X Fretensis
português: Legio X Fretensis
srpskohrvatski / српскохрватски: Legio X Fretensis
українська: Legio X Fretensis
Tiếng Việt: Legio X Fretensis