Lapin du métro parisien

Lapin du métro parisien
Graffiti à l'effigie du lapinsur une camionnette à Paris.
Graffiti à l'effigie du lapin
sur une camionnette à Paris.

Nom originalSerge
AliasLapin RATP
Naissance1977
OrigineMétro de Paris
EspèceLapin
CheveuxRoses
YeuxNoirs
ActivitéAgent de prévention
AdresseMétro de Paris
AffiliationRATP

Créé parAnne Le Lagadec

Le lapin du métro parisien, nommé Serge et parfois appelé lapin RATP, est un personnage de fiction figurant sur divers dessins que la RATP affiche depuis la fin des années 1970 dans le métro parisien, afin d'avertir le jeune public de certains dangers. Plusieurs lapins de couleurs et d'allures différentes suivant les époques se sont succédé pour prévenir de certains dangers, notamment du risque de se faire pincer les doigts dans la porte des voitures composant la rame, de coincer ses pieds dans les escaliers mécaniques ou encore de se coincer la main dans les battants des portillons automatiques.

Dans certaines rames (MF 67, MP 59, MP 73 et MP 89 notamment), le risque contre lequel ce lapin met en garde ne concerne pas la fermeture, mais l'ouverture des portes : en s'ouvrant, la porte glisse vivement à l'intérieur de la paroi de la voiture, une main d'enfant plaquée sur cette porte peut être entraînée et se retrouver coincée entre la porte et la paroi.

Description

Contexte

Les affiches mettant en scène ce lapin se présentent sous la forme de vignettes autocollantes, apposées à l'intérieur des rames du métro de Paris et du RER, sur les portes coulissantes dont elles sont équipées et à proximité. En effet, comme leur ouverture et leur fermeture est automatisée, elles constituent un danger pour les jeunes enfants, car ils ne sont pas conscients du risque de s'y pincer les doigts. Le lapin rose assure donc un rôle pédagogique de prévention.

Il n'est pas présent dans les autres types de transport en commun parisiens (autobus, tramway), mais on le retrouve dans des réseaux métropolitains ailleurs en France (voir plus bas).

Depuis le début de l'année 2017, Serge le Lapin a investi les escaliers mécaniques du réseau parisien pour avertir les voyageurs et notamment les jeunes enfants aux comportements à risques. Il est déployé sur les 115 escaliers mécaniques qui nécessitent une attention plus particulière[1].

Illustration

Évolution graphique du lapin.

Plusieurs lapins ont été représentés sur les affiches apposées par la RATP ; l'entreprise en présente une rétrospective sur son site Internet. Par anthropomorphisme, tous ces lapins étaient bipèdes et portaient des vêtements et leurs pieds étaient parfois chaussés. En revanche, ils ne portaient aucun autre accessoire.

Le premier lapin, créé en 1977, mettant en garde contre les dangers des portillons automatiques, portait une salopette rouge et un pull jaune à motifs noirs. Le second lapin est apparu en 1982. Le troisième lapin, apparu en 1986, met en garde contre les dangers des portes des trains, et est de couleur rose. Il est dessiné par Serge Maury[2]. Sa tenue est également résolument plus moderne. Il a abandonné sa salopette rouge pour ce qui semble être un tee-shirt jaune vif et un pantalon de survêtement assorti qui ne laisse plus sortir sa queue. Sa tête a également été modifiée ; il ressemble plus à Bugs Bunny que les anciennes versions. Capitalisant sur le succès de son lapin, la RATP l'a illustré sur un tee-shirt dans sa collection « Patrimoine ».

En 2014, une nouvelle version dessinée par l'agence 4uatre est progressivement apposée sur les portes des rames des lignes de métro et de RER en commençant, depuis le 28 mai, par les rames de la ligne 1 et celles de la ligne 14 du métro[3].

Message

Aujourd'hui, ces affiches d'avertissement ne subsistent plus que sur les portes des métros.

Le lapin rose possède trois doigts à chaque main et à chaque pied. Apparaissant de trois-quarts profil, sa posture arc-boutée converge vers sa main gauche, dont les doigts sont coincés entre l'une des portes et son châssis. Son visage exprime la surprise et son regard est tourné vers l'objet de sa douleur qui, comme dans la tradition graphique de la bande dessinée, est soulignée par un éclair afin d'attirer l'attention de ceux à qui le message est adressé.

On compte deux formats pour cette affiche, et de l'un à l'autre, le message diffère sur deux points : la ponctuation qui sépare les deux propositions (un deux-points dans un cas, une virgule dans l'autre), et la présence de l'exclamation « Attention ! ».

Dans la version la plus concise, l'illustration est surmontée d'un message écrit en italique, en blanc sur fond rouge, et centré horizontalement.

Dans la version plus longue, le message se trouve en dessous de l'illustration et se voit décliné dans quatre autres langues en plus du français. Le message traduit n'est pas rigoureusement identique à l'original :

  • français, « Attention ! Ne mets pas tes mains sur la porte, tu risques de te faire pincer très fort. »
  • anglais, dont le texte, qui est le plus court, est celui qui insiste le moins sur la perspective de la douleur : « Beware of trapping your hands in the doors. » ;
  • allemand, dont le texte devrait être ponctué d'un point d'exclamation : « Finger weg von den Türen, Du könntest Dir sehr weh tun. » ;
  • espagnol : « No pongas las manos sobre las puertas, te expones a una magulladura. » ;
  • italien, « Non mettere le mani sulle porte, rischi di farti schiacciare le dita ! ».

Le texte, aligné à gauche, est écrit en blanc sur fond gris, en italique et en caractères plus petits pour les traductions. Il est suivi d'un cadre rouge.

Chaque couple de portes est pourvu d'un exemplaire de la plus petite version, et de deux exemplaires de la plus grande.

Cible

Le choix de l'animal représenté, les couleurs vives, le tutoiement dénotent la cible visée : les enfants.

Dans d'autres langues