Kenzaburō Ōe

Kenzaburō Ōe
健三郎 大江
Description de cette image, également commentée ci-après

Kenzaburō Ōe lors du salon du livre de Paris en mars 2012.

Nom de naissance Ōe Kenzaburō
大江 健三郎
Naissance (82 ans)
Uchiko, Ehime, Shikoku, Drapeau du Japon  Japon
Activité principale
romancier, poète, novelliste
Distinctions
prix Akutagawa (1958), prix Europolia (1989), prix Nobel de littérature (1994)
Auteur
Langue d’écriture japonais
Mouvement naturalisme, symbolisme, existentialisme, anticonformisme
Genres
dramatique, mythique, mélancolique, philosophique, écologique

Kenzaburō Ōe (大江 健三郎, Ōe Kenzaburō ?) est un écrivain japonais né le , lauréat du prix Nobel de littérature. Ce dernier a consacré celui « qui, avec une grande force poétique crée un monde imaginaire où la vie et le mythe se condensent pour former un tableau déroutant de la fragile situation humaine actuelle. » [1].

Biographie

Kenzaburō Ōe est né dans un village « cerné par la forêt de l’île de Shikoku, où sa famille habitait depuis des centaines d’années sans qu’aucun de ses membres ne se soit jamais exilé » [2]. Dès l’école primaire, il s’intéresse aux cultures et aux littératures étrangères et découvre, grâce à sa mère Les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain d’abord dans une traduction japonaise qu’il apprend par cœur puis dans la version originale à laquelle il accède au moment de l’occupation américaine.

Son ouverture se renforce par la connaissance du travail de Kazuo Watanabe. À 18 ans, admis à l’ université de Tokyo, il quitte pour la première fois l’île de Shikoku pour étudier la littérature française. Étudiant brillant mais solitaire, moqué de ses camarades et honteux de son accent provincial, il s'essaie à l'écriture dès 1957 sous l'effet de l'alcool et de tranquillisants. [réf. nécessaire]

Il est alors fortement influencé par la littérature contemporaine occidentale, notamment française et américaine. Les œuvres de François Rabelais, Albert Camus et Jean-Paul Sartre, sur lequel porte son mémoire de fin d’études, nourrissent son inspiration. Ōe reconnait aussi en Louis-Ferdinand Céline, dont il étudie les ouvrages dans la version originale, l’une de ses influences majeures. Par ailleurs, il se plonge dans l'analyse de Dante et William Blake. Il ne se départira pas de sa curiosité pour les littératures occidentales et en 2006, il citera Pierre Gascar, Thomas Mann et Günter Grass parmi ses écrivains préférés [3] et dira, par exemple, en 2015, trouver admirable le travail de Pascal Quignard [4].

Son premier récit publié, Un drôle de travail, fait de lui le porte-parole de la jeune génération japonaise dont il incarne le désarroi [5]. En 1963, la naissance de son fils handicapé, Hikari, « modifie son univers avec autant de violence qu’une explosion solaire » [6]. Dans le prolongement immédiat de cet événement personnel, il écrit deux ouvrages : Une affaire personnelle, premier d’une série de récits dont le personnage central est le père d’un enfant handicapé mental puis Notes de Hiroshima, recueil d’essais sur les survivants d’ Hiroshima. Ils enregistrent les faits qui témoignent de la persistance vitale à la suite des bouleversements subits à l’échelle individuelle et mondiale. Ces expériences modifient définitivement sa vocation d’écrivain [7].

Après avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1994, Ōe annonce qu’il n’écrira plus de romans, arguant que son fils  (en), compositeur, a désormais sa propre voix et qu’il n’a donc plus besoin de lui apporter une possibilité d'expression par son œuvre de fiction.

En 1995, lors de la reprise des essais nucléaires français, à Fangataufa, il adresse une lettre de protestation au président Jacques Chirac, qui lui vaut une réponse virulente de Claude Simon, également lauréat du Prix Nobel [8].

Il reprend la plume à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima, en 2011, qu'il anticipe dans un article publié dans le quotidien Asahi le 10 mars, soit la veille du tremblement de terre [9].

« Je caresse depuis longtemps le projet de retracer l’histoire contemporaine du Japon en prenant comme référence trois groupes de personnes : les morts des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, les irradiés de Bikini et les victimes des explosions dans des installations nucléaires. Si l’on se penche sur l’histoire du Japon avec le regard de ces morts, victimes du nucléaire, la tragédie qui est la leur est une évidence [...] L’histoire du Japon est entrée dans une nouvelle phase, et une fois de plus nous sommes sous le regard des victimes du nucléaire [10]... ».

Ōe a été marqué par les dégâts causés par le nationalisme par une société militarisée [11]. Défenseur du pacifisme et de la démocratie, il milite avec d’autres intellectuels pour que le Japon ne remette pas en cause l’ article 9 de sa constitution [12]. Il a ainsi fondé en 2004 avec Shūichi Katō et d’autres, une association de défense de la Constitution pacifique [13]. Depuis 2011, il prend activement part aux manifestations antinucléaires consécutives à la catastrophe de Fukushima [4].

En mars 2012, Kenzaburō Ōe est l'invité d'honneur du salon du livre de Paris, où il participe à des débats avec la journaliste du Monde Josyane Savigneau (L'œuvre : « une affaire personnelle ») et l'écrivain japonais Satoshi Kamata (La Littérature de la catastrophe) sur l' « Agora » du Centre national du livre, qui attirent un public nombreux. La même année, il présente au Premier Ministre japonais une pétition de plus de 7 millions de signataires pour l'abandon de l'énergie nucléaire [4].

Dans d'autres langues
aragonés: Kenzaburō Ōe
العربية: كنزابورو أوي
azərbaycanca: Kendzaburo Oe
беларуская: Кэндзабура Оэ
беларуская (тарашкевіца)‎: Кэндзабура Оэ
български: Кендзабуро Ое
brezhoneg: Kenzaburō Ōe
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Ōe Kenzaburō
čeština: Kenzaburó Óe
Ελληνικά: Κενζαμπούρο Όε
Esperanto: Oe Kenzaburo
español: Kenzaburō Ōe
Gaeilge: Kenzaburo Ōe
Gàidhlig: Kenzaburo Oe
hrvatski: Kenzaburo Oe
Bahasa Indonesia: Kenzaburō Ōe
italiano: Kenzaburō Ōe
日本語: 大江健三郎
ქართული: კენძაბურო ოე
Kurdî: Kenzaburo Oe
Latina: Kenzaburo Oe
Lëtzebuergesch: Kenzaburō Ōe
lietuvių: Kenzaburo Oe
latviešu: Kendzaburo Oe
Malagasy: Kenzaburō Ōe
Mirandés: Kenzaburo Oe
Nederlands: Kenzaburo Oë
norsk nynorsk: Kenzaburō Ōe
occitan: Kenzaburo Oe
português: Kenzaburo Oe
română: Kenzaburō Ōe
sicilianu: Kenzaburō Ōe
srpskohrvatski / српскохрватски: Kenzaburō Ōe
Simple English: Kenzaburō Ōe
slovenčina: Kenzaburó Óe
српски / srpski: Кензабуро Ое
svenska: Kenzaburo Oe
Kiswahili: Kenzaburo Oe
Türkçe: Kenzaburo Oe
українська: Кендзабуро Ое
oʻzbekcha/ўзбекча: Kenzaburō Ōe
Tiếng Việt: Ōe Kenzaburo
Yorùbá: Kenzaburō Ōe