Jacques VI et Ier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Jacques Ier, Jacques Stuart et Stuart.
Jacques VI
Jacques VI et Ier par John de Critz, 1604, Galerie nationale d'Écosse.
Jacques VI et Ier par John de Critz, 1604, Galerie nationale d'Écosse.
Titre
Roi des Écossais
Jacques VI

(57 ans, 8 mois et 3 jours)
Couronnement
en l' Église de la Sainte Croix de Stirling
Prédécesseur Marie Marie Ire
Successeur Charles Charles Ier
Roi d'Angleterre et d'Irlande
Jacques Ier

(22 ans et 3 jours)
Couronnement
en l' Abbaye de Westminster
Prédécesseur Élisabeth Élisabeth Ire
Successeur Charles Charles Ier
Biographie
Dynastie Maison Stuart
Date de naissance
Lieu de naissance Château d'Édimbourg ( Écosse)
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Theobalds House ( Angleterre)
Sépulture Abbaye de Westminster
Père Henry Stuart, duc d'Albany
Mère Marie Marie Ire d'Écosse
Conjoint Anne de Danemark
Enfants Henri, prince de Galles
Élisabeth, princesse royale
Charles Charles Ier Red crown.png
Religion Presbytérianisme puis anglicanisme

Signature de Jacques VI

Jacques VI et Ier
Monarques d'Angleterre

Jacques Stuart (19 juin 1566 – 27 mars 1625) est roi des Écossais sous le nom de Jacques VI (Seumas VI Stiùbhairt en gaélique écossais) à partir du 24 juillet 1567, ainsi que roi d'Angleterre et d'Irlande sous le nom de Jacques Ier (James I Stuart en anglais) à partir du 24 mars 1603. Jacques règne jusqu'à sa mort en union personnelle sur les trois royaumes, qui conservent néanmoins leur indépendance et leurs institutions propres.

Jacques devient roi d'Écosse à l'âge d'un an, après que sa mère, Marie Marie Ire, a été contrainte d'abdiquer en sa faveur. Quatre régents se succèdent jusqu'à sa majorité, en 1578, mais il ne prend réellement en main les rênes de l'État qu'en 1583. En 1603, il succède à Élisabeth Élisabeth Ire, dernière représentante de la maison Tudor, sur le trône des royaumes d'Angleterre et d'Irlande. À compter de cette date, il se donne le titre de « roi de Grande-Bretagne et d'Irlande ». Désormais, les couronnes d'Angleterre et d'Écosse sont réunies, c'est l' Union des Couronnes. Le roi s'installe en Angleterre et il ne retournera qu'à une seule reprise en Écosse en 1617. C'est sous son règne que débutent les plantations en Irlande et la colonisation britannique des Amériques.

Son règne en Écosse, le plus long de l'histoire du pays (57 ans et 246 jours), s'avère couronné de succès dans l'ensemble, mais il rencontre davantage de difficultés en Angleterre : il s'oppose fréquemment au Parlement anglais et fait l'objet de plusieurs tentatives d'assassinat, dont la Conspiration des poudres en 1605. Culturellement, « l'âge d'or » élisabéthain se poursuit durant l'«  ère jacobéenne », avec des écrivains comme William Shakespeare, John Donne, Ben Jonson ou Francis Bacon. Jacques lui-même est l'auteur de plusieurs traités et recueils de vers, et il est à l'origine de la traduction de la Bible qui porte son nom, la Bible du roi Jacques.

Jacques et sa femme Anne de Danemark ont sept enfants. Son deuxième fils, Charles, lui succède à la tête des trois royaumes en 1625.

Enfance

Naissance

Jacques enfant, d'après un portrait par Arnold Bronckorst, 1574.

Jacques Charles Stuart naît le 18 juin 1566 au château d'Édimbourg. Il est le premier enfant de la reine Marie Marie Ire d'Écosse et de son second mari, Henry Stuart, Lord Darnley. Ses deux parents sont des descendants du roi Henri VII par sa fille Marguerite Tudor, la sœur aînée d' Henri VIII [1]. En tant que fils aîné de la reine et héritier présomptif du trône, Jacques reçoit dès sa naissance les titres de duc de Rothesay, prince d'Écosse et grand intendant d'Écosse. Il est baptisé suivant le rite catholique le 17 décembre au château de Stirling. Il a pour parrains Charles IX de France, représenté par le comte de Brienne, Élisabeth d'Angleterre, représentée par le comte de Bedford (celui-ci étant protestant, il est remplacé par la comtesse d'Argyll durant la cérémonie) et le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, représenté par l'ambassadeur Philibert du Croc [2].

La reine Marie Stuart connaît un règne agité : elle et son mari sont catholiques, à la merci d'une rébellion de la noblesse protestante du royaume. Leur mariage est également troublé [3], et Darnley, jaloux de l'amitié de sa femme pour son secrétaire David Rizzio, s'allie en secret avec les rebelles pour le faire assassiner en mars 1566 [4]. Darnley ne lui survit pas un an : il est assassiné le 10 février 1567, peut-être par vengeance. De lourds soupçons pèsent sur le comte de Bothwell, et lorsque la reine épouse ce dernier, à peine trois mois plus tard, le ressentiment à son égard est à son comble. Elle est arrêtée par les rebelles en juin et enfermée au château de Loch Leven. Le 24 juillet, elle doit abdiquer en faveur de son fils, Jacques, et nommer régent son demi-frère illégitime, le comte de Moray James Stuart [5].

Régences

James Stuart, comte de Moray.

Le prince Jacques est confié au comte et à la comtesse de Mar, afin qu'il grandisse en sécurité au château de Stirling [6]. Il est couronné roi des Écossais à l'âge d'un an et un mois, le 29 juillet 1567, en l' église de la Sainte Croix de Stirling, par l' évêque des Orcades, Adam Bothwell [7]. Le calviniste John Knox prononce un sermon à cette occasion. En accord avec les croyances de la majeure partie de la noblesse écossaise de l'époque, Jacques est élevé au sein de l' Église d'Écosse. Il a pour précepteurs George Buchanan, Peter Young  (en), l'abbé laïc de Cambuskenneth  (en) Adam Erskine et l'abbé laïc de Dryburgh  (en) David Erskine [8]. Buchanan inflige des corrections régulières au jeune prince, mais il lui inculque également l'amour de la littérature et de la connaissance qui l'animera toute sa vie [9].

Marie s'évade de Loch Leven en 1568, prélude à plusieurs années de troubles. Ses troupes sont battues par le comte de Moray à Langside  (en), et elle doit s'enfuir en Angleterre, où sa cousine Élisabeth la retient prisonnière à nouveau. Le 23 janvier 1570, Moray est assassiné par James Hamilton de Bothwellhaugh. Le grand-père paternel de Jacques, le comte de Lennox, le remplace comme régent, mais il est mortellement blessé l'année suivante à la suite d'un raid mené par des partisans de Marie [10]. Son successeur, le comte de Mar, tombe malade après un banquet organisé par le comte de Morton et meurt le 28 octobre 1572.

Élu pour remplacer Mar, Morton s'avère le plus compétent des régents de Jacques [11], mais son avarice lui vaut de nombreux ennemis [12]. Il tombe en disgrâce après l'arrivée en Écosse d' Esmé Stuart, seigneur d'Aubigny, un cousin de Lord Darnley qui devient rapidement le favori du jeune roi [13]. Morton est finalement exécuté le 2 juin 1581 pour complicité dans le meurtre de Darnley [14]. Le 8 août, Jacques octroie à Esmé Stuart le titre de duc de Lennox, faisant de lui le seul duc de la pairie d'Écosse [14]. Le roi est alors âgé de quinze ans, et va rester sous l'influence de Lennox pendant encore une année [15].

Dans d'autres langues
azərbaycanca: I Ceyms
български: Джеймс I (Англия)
čeština: Jakub I. Stuart
Հայերեն: Հակոբ Ա
Bahasa Indonesia: James I dari Inggris
Lëtzebuergesch: James I. vun England
lietuvių: Jokūbas VI
Malagasy: James VI and I
македонски: Јаков I (Англија)
Bahasa Melayu: James VI dan I
occitan: Jaume Stuart
srpskohrvatski / српскохрватски: James I Stuart
Simple English: James I of England
slovenčina: Jakub I. (Anglicko)
slovenščina: Jakob I. Angleški
српски / srpski: Џејмс I Стјуарт
Tiếng Việt: James I của Anh
Bân-lâm-gú: James 1-sè