Hugues de Payns

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Payen.
Hugues de Payns
Hugues de Payns, premier maître de l'ordre du Temple (? – 1136), 1841, huile sur toile, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Hugues de Payns, premier maître de l'ordre du Temple (? – 1136), 1841, huile sur toile, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Titre
Ier maître de l'ordre du Temple
1136/ 1137
Prédécesseur Fondation de l'ordre
Successeur Robert de Craon
Biographie
Date de naissance vers 1070
Date de décès
Père Hugues Ier de Payns

Hugues de Payns

Hugues II de Payns est un chevalier champenois, fondateur et premier maître de l' ordre du Temple (né en 1070 et mort en 1136).

Dans le contexte de la croisade prêchée par le pape Urbain II en 1095, le chevalier Hugues de Payns organisa, en 1119, la milice des Pauvres Chevaliers du Christ au service des chanoines du Saint-Sépulcre à Jérusalem. En 1129, cette milice fut fondée en ordre monastique et militaire qui prit le nom d' ordre du Temple.

Son nom

Dans sa traduction française de l' Eraclès, Guillaume de Tyr le nomme ainsi : « Hues de Paiens delez Troies ». Le village de Payns dont il porte le nom se situe à 12 km au nord-ouest de Troyes, ancienne capitale de la province et résidence des comtes.

L'orthographe n'étant pas stabilisée, on peut relever une grande variabilité de graphies (plus de cinquante) du nom du domaine de Payns dans 65 manuscrits des XIIe et XIIIe siècles : « Peanz, Painz, Pahans, Pedaneis, Paienz, Paaent, Pedannus, Pedannis, Paencio, Peantio, Paanz, Painis, Pedano, Pedans, Pedaneis, Pedennagio, Paens, Paianis, Paieno… » Ces différences de graphies, si elles concernent également des membres de sa famille ou directement le domaine, se retrouvent dans des documents concernant Hugues lui-même. On note la récurrence de la racine « ped » dans un certain nombre de ces graphies. La base « Hugo de Paganis » émanant de chroniques et de copies de document du XVIIIe siècle, la prudence est donc de mise concernant cet usage.

La prononciation actuelle qu'il convient d'employer est « pin ».

Il existe une hypothèse ardéchoise mentionnée, entre autres, par Michel des Chaliards [1], avec Hugues de Payens, né en 1070 au château de Mahun, en Vivarais. Cette hypothèse se retrouve dans la Revue du Vivarais, tome LXXXVI no 2 d'avril – juin 1982, qui cite en page 125, une référence à Hugues de Pagan, « originaire du Vivarais, d'un château proche de Vérines, prieuré dépendant de celui de Macheville », selon le Père Odo de Gissey, Histoire de N.D. du Puy, 1644. La liaison est faite avec le château de Mahun, commune de St-Symphorien-de-Mahun. Mention est faite d'Aymon Ier, qui serait le grand-père de Hugues de Pagan. Différentes références à des armoiries sont ensuite données (article de F. Malartre). Ainsi : Anno millesimo centesimo trigesimo, Hugo de Paganis, vivariensi, primo militiæ Templi magistro…, de Polycarpe de La Rivière : Carpentras, Bibl. municip., ms 515, p. 679.

Dans d'autres langues
العربية: هيوجز دي بانز
български: Юг дьо Пайен
brezhoneg: Hugues de Payns
čeština: Hugues de Payens
Ελληνικά: Ούγος ντε Παιν
Esperanto: Hugo de Payns
español: Hugo de Payns
hrvatski: Hugo de Payens
Bahasa Indonesia: Hugues de Payens
italiano: Hugues de Payns
latviešu: Hugo de Peins
македонски: Иг де Пајен
Nederlands: Hugo van Payns
português: Hugo de Payens
română: Hugo de Payens
русский: Пейн, Гуго де
srpskohrvatski / српскохрватски: Hugues de Payens
slovenčina: Hugues de Payens
српски / srpski: Ig de Pejen
українська: Гуго де Пейн