Free (groupe)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Free.
Free
Description de cette image, également commentée ci-après
Steve Winwood, avec Free à Amsterdam en juillet 1970. De gauche à droite : Steve Winwood, Andy Fraser, Paul Rodgers, Simon Kirke et Paul Kossoff.
Informations générales
Pays d'origineDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musicalBlues rock, hard rock
Années actives19681971, 19721973
LabelsIsland Records, A&M Records, Polydor Records
Site officielfreetheband.co.uk
Composition du groupe
Anciens membresAndy Fraser
Simon Kirke
Paul Kossoff
Paul Rodgers

Free est un groupe de rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Le groupe se sépare en 1973 et les membres se consacreront à des parcours différents ; le chanteur, Paul Rodgers deviendra chanteur du groupe Bad Company[1] Le style musical, largement influencée par le blues, a contribué à l'évolution du rock des années 1960, du blues rock vers le hard rock, au même titre que des groupes comme Cream ou Led Zeppelin.

Rolling Stone considère les membres du groupe comme « les pionniers britanniques du hard rock[2]. » Le magazine classe d'ailleurs Rodgers 55e de sa liste des « 100 meilleurs chanteurs de tous les temps »[3] et Kossoff est classé 51e de la liste des « 100 meilleurs guitaristes de tous les temps »[2].

Biographie

Origines

Les quatre membres de Free, Paul Rodgers et Simon Kirke âgés de 18 ans ainsi que le bassiste Andy Fraser de 15 ans à peine et le guitariste Paul Kossof de 17 ans, jouent ensemble en tant que groupe pour la première fois le 19 avril 1968 au pub Nag's Head à Londres. Paul Kossoff et Simon Kirke se connaissent déjà et jouaient dans un groupe de rhythm and blues appelé Black Cat Bones. Alors qu'ils ont l'intention de quitter ce groupe, ils assistent un jour au Fickle Pickle, un club de rhythm and blues londonien, à un concert d'un groupe nommé Brown Sugar, dans lequel officie un chanteur répondant au nom de Paul Rodgers. Impressionnés par sa prestation, ils le contactent et les 3 compères deviennent vite amis. Ils commencent à jouer ensemble et forment le groupe Free, avec l'apport d'un quatrième membre : le bassiste Andy Fraser, qui malgré son jeune âge (15 ans), a déjà joué avec John Mayall et les Bluesbreakers.

La légende du blues britannique, Alexis Korner, jouera un rôle primordial dans la genèse du groupe : c'est en effet lui qui recommandera Fraser, un ami de sa fille et qui proposera le nom Free. Lui aussi qui encouragera les efforts du groupe à ses débuts.

Débuts et pause (1968–1971)

Stevie Winwood et Free in Amsterdam, en 1970. De gauche à droite : Winwood, Fraser, Rodgers, Kirke et Kossoff.

Free sort son premier album intitulé Tons of Sobs, en novembre 1968 chez le label Island Records. Malgré le succès timide de ce premier disque, on y entrevoit les bases du style si caractéristique du groupe : rythme lourd et basse élastique agrémentés de la voix magistrale de Paul Rodgers et du jeu de guitare très émotif de Paul Kossoff (qui inspirera entre autres le jeu de guitare d'Angus Young (AC/DC)). Le groupe sort en 1969 un album éponyme couronné d'un succès commercial grandissant. Mais l'apogée du groupe survient en juin 1970, avec la sortie de l'album Fire and Water : porté par le tube planétaire All Right Now, l'album atteint la 2e place des charts au Royaume-Uni et la 17e place aux États-Unis[4]. Ce succès permettra au groupe de se produire lors du Festival de l'île de Wight en aout 1970, devant plus de 600 000 spectateurs, aux côtés notamment de Jimi Hendrix et des Who. En 2000, un prix est décerné à Paul Rodgers par la British Music Industry lorsque All Right Now atteint les deux millions de diffusions radios au Royaume-Uni[5]

En décembre 1970, sort Highway, le quatrième album du groupe. Cet album, plus calme que les précédents sera boudé par la critique et par le public, bien qu'il regorge de morceaux comme Soon I Will be Gone ou Be My Friend[6]. Cet échec cinglant, ajouté aux problèmes de drogue et de dépression de Kossoff et aux mauvaises relations entre Paul Rodgers et Andy Fraser, entrainera la séparation du groupe en avril 1971. Tous les membres s'essaieront immédiatement à de nouveaux projets : Rodgers forme le groupe Peace avec le bassiste Stewart McDonald et le batteur Mick Underwood, Andy Fraser joue dans le groupe Toby, qu'il a formé avec le guitariste Adrian Fisher et le batteur Stan Speake. De leur côté, Paul Kossoff et Simon Kirke sortent l'album Kossoff, Kirke, Tetsu and Rabbit, en compagnie du claviériste texan « Rabbit » Bundrick, et du bassiste japonais Tetsu Yamauchi.

De son côté, Island Records sort un album live du groupe en septembre 1971. Malgré son évident but lucratif, ce disque se révèle être très bon musicalement, avec notamment le chef d'œuvre M. Big, ici transcendé. La bonne tenue des ventes de ce live incitera le groupe à se reformer en décembre 1971.

Retour et séparation (1972–1973)

Les quatre membres du groupe se retrouvent donc pour enregistrer un nouvel album : Free at Last. Tout le monde tente de maintenir un ensemble homogène autour de Paul Kossoff, de plus en plus absent, et dont la santé reste inquiétante. Cet album, s'il est moins abouti que les autres musicalement, obtient néanmoins un beau succès commercial, porté à bout de bras par Paul Rodgers, comblant comme il le peut le vide laissé par Kossoff. Cependant, les concerts de la tournée suivante se révèlent être désastreux, Kossoff se montrant physiquement incapable de tenir sa place. Excédé par tous ces problèmes relationnels, Andy Fraser, à peine âgé de 20 ans, quitte alors définitivement le groupe en juin 1972. Kossoff doit également se retirer de la tournée pour suivre une cure de désintoxication.

Simon Kirke fait alors appel à « Rabbit » Bundrick, et à Tetsu Yamauchi, avec qui il a collaboré un an plus tôt en compagnie de Paul Kossoff, pour continuer la tournée 1972. Ces deux musiciens deviennent même bientôt officiellement membres du groupe. En octobre 1972, c'est donc dans une nouvelle formation que Free entre en studio pour enregistrer ce qui va être son dernier album : Heartbreaker. Celui-ci, sorti en janvier 1973, se révèle être un album magnifique, marqué par le génie de Paul Rodgers, et où les parties de piano prédominent.

Post-séparation

C'est ainsi que s'achève la courte carrière de Free, groupe souvent sous-estimé mais dont le style unique a marqué la période 1968-1973. Le succès des membres du groupe ne sera d'ailleurs plus jamais le même, bien que Paul Rodgers et Simon Kirke aient sortis quelques tubes avec Bad Company à partir de 1973, Can't Get Enough, Bad Company et Ready for Love. Fraser formera un groupe appelé Sharks en 1972[7]. Les espoirs d'une nouvelle reformation du groupe s'envoleront le 19 mars 1976, avec le décès de Paul Kossoff, des suites de ses problèmes avec la drogue. Paul Rodgers poursuit une carrière solo et tourne également depuis 2005 avec le groupe Queen sous le nom de Queen + Paul Rodgers. Sans atteindre la majesté du défunt chanteur Freddie Mercury, il réussit à donner un nouveau sens aux morceaux du groupe britannique.

Le bassiste Andy Fraser s'éteint le dans sa maison de Californie après avoir longuement lutté contre le cancer et le SIDA[8]. Alors que le guitariste Paul Kossof s'en est allé le , suites à des problèmes cardiaques et une trop forte consommation d'héroïne lors d'un vol qui l'amenait de Los Angeles à New York. Simon Kirke est membre de l'association Road Recovery qui aide les jeunes à se remettre de leur dépendance aux drogues, il vit désormais dans Manhattan et a quatre enfants. Quant à Paul Rodgers, il est maintenant citoyen canadien et vit à Surrey, en Colombie-Britannique. En 2017, Paul Rodgers embarque dans une tournée Free Spirit UK Tour en mai.

Dans d'autres langues
български: Фрий
Deutsch: Free (Band)
Ελληνικά: Free
English: Free (band)
español: Free
galego: Free
hrvatski: Free
한국어: 프리 (밴드)
Nederlands: Free (band)
português: Free (banda)
русский: Free (группа)
Simple English: Free (band)
српски / srpski: Фри
svenska: Free