Federico García Lorca

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir García et Lorca.
Federico García Lorca
Description de cette image, également commentée ci-après
García Lorca en 1914.
Naissance
Fuente Vaqueros (Province de Grenade, Espagne)
Décès (à 38 ans)
Entre Víznar et Alfacar (Province de Grenade, Espagne)
Activité principale
Auteur
Langue d’écritureespagnol
MouvementGénération de 27
Genres
Signature de Federico García Lorca
Statue de García Lorca sur la place Santa Ana à Madrid.

Federico García Lorca est un poète et dramaturge espagnol, également peintre, pianiste et compositeur, né le à Fuente Vaqueros près de Grenade et assassiné le entre Viznar et Alfacar par des milices franquistes.

Biographie

Jeunesse

Federico Garcia Lorca passe son enfance à la campagne, près de Grenade où son père possède une grande propriété. Il suit ensuite des études de lettres et de droit à l'université de Grenade où il devient l'ami de Manuel de Falla qui exerce une forte influence sur lui[1]. En 1922, les 13 et 14 juin, il organise en lien avec lui le Concurso de Cante Jondo de Granada (es) (Concours de Cante Jondo de Grenade).

Vie à Madrid

Après plusieurs années passées à Grenade, il décide d'aller vivre à Madrid pour rencontrer le succès[1]. Il y devient l'ami de Luis Buñuel, Salvador Dalí, Rafael Alberti, José Bergamín, Guillermo de Torre et Sánchez Mejías, parmi ceux qui deviendront des artistes influents en Espagne[1]. Là, il rencontre aussi Gregorio Martínez Sierra, le directeur du Teatro Eslava (es), à l'invitation duquel il écrit et met en scène sa première pièce en vers, El maleficio de la mariposa (Le Maléfice du papillon), en 1919-1920. Elle met en scène l'amour impossible entre un cafard et un papillon, avec de nombreux insectes en support. Elle est malheureusement l'objet de moquerie du public, et s'arrête après quatre représentations. Cela refroidit la passion de Lorca pour le théâtre pour le reste de sa carrière, il se justifie plus tard en 1927 au motif que Mariana Pineda était sa première pièce.

Pendant les quelques années qui suivent il s'implique de plus en plus dans son art et dans l'avant-garde espagnole. Il publie trois autres recueils de poèmes, dont Romancero Gitano (1928), son recueil de poèmes le plus connu[1].

Cependant, vers la fin des années 1920, Lorca est victime d'une dépression, exacerbée par une angoisse due à la difficulté grandissante de cacher son homosexualité à ses amis et sa famille. Cette disparité entre son succès comme auteur et la souffrance de sa vie privée atteint son paroxysme lors de la collaboration des deux surréalistes, Dalí et Buñuel, pour le film Un chien andalou (1929) que Lorca interprète, comme une allusion, voire une attaque à son encontre. En même temps, sa relation intense, passionnée, mais non réciproque, avec Salvador Dalí s'effondre quand ce dernier rencontre sa future épouse. Consciente de ces problèmes (mais peut-être pas de leurs causes) la famille de Lorca s'arrange pour lui faire faire un long voyage aux États-Unis d'Amérique en 1929-1930[1].

Dictature, guerre civile et mort

Son retour en Espagne en 1930 coïncide avec la chute de la dictature de Miguel Primo de Rivera et la proclamation de la République. En 1931, Lorca est nommé directeur de la société de théâtre étudiante subventionnée, La Barraca, dont la mission est de faire des tournées dans les provinces essentiellement rurales pour présenter le répertoire classique[1]. Il écrit alors la trilogie rurale de Bodas de sangre (« Noces de sang »), Yerma et La casa de Bernarda Alba (La Maison de Bernarda Alba)[1].

Quand la Guerre civile espagnole éclate en juillet 1936, il quitte Madrid pour Grenade, même s'il est conscient qu'il va vers une mort presque certaine dans une ville réputée pour avoir l'oligarchie la plus conservatrice d'Andalousie.

La date exacte de sa mort a fait l'objet d'une longue polémique, mais il semble définitivement établi que Federico García Lorca a été fusillé à 4 h 45 du matin le 19 août, sur le chemin qui va de Víznar à Alfacar par des rebelles anti-républicains[2]. Son corps serait toujours enterré dans une fosse commune anonyme, quelque part dans la zone, aux côtés du cadavre d'un maître d'école, Dióscoro Galindo, et ceux des anarchistes Francisco Galadí et Joaquín Arcollas, exécutés en même temps.

Le régime de Franco décide l'interdiction totale de ses œuvres jusqu'en 1953, quand Obras completas est publié dans une version très censurée.

Hommages

En 1956, on érige le premier monument à García Lorca. C'est bien sûr loin de l'Espagne de Franco, dans la ville de Salto, en Uruguay, grâce à l'initiative de son ami américain, l'écrivain Enrique Amorim. Sur la rive du fleuve Uruguay, un mur porte le poème d'Antonio Machado qui regrette la mort de García Lorca à Grenade.

Ce n'est qu'avec la mort de Franco en 1975 que la vie et la mort de Lorca peuvent être évoqués librement en Espagne. De nos jours, une statue de Lorca est en évidence sur la place Sainte-Anne à Madrid.

Jean Ferrat lui rend hommage dans sa chanson "Federico García Lorca", il en compose les paroles tandis que Claude-Henri Vic en compose la musique.

Recherche de sa dépouille

La fosse dans laquelle reposerait le poète est située non de loin de Fuente Grande, localité de la commune d'Alfacar[3]. En 2008, la justice espagnole accepte qu'elle soit ouverte dans l’intimité, en présence de la seule famille. Toutefois, de nombreuses controverses existent sur la présence de la dépouille du poète dans cette fosse commune[4]. En effet, des recherches, effectuées pendant plusieurs semaines, en vue d'une exhumation, sont abandonnées le 18 décembre 2009. Une autre équipe délimite en 2015 une zone de 10 mètres sur 28 qui pourrait contenir la dépouille de Lorca et de trois autres hommes fusillés avec lui, mais attend le visa des autorités andalouses pour procéder à l'exhumation[5]. On ignore si le poète a effectivement été assassiné dans le champ d'Alfacar ou s'il a été transféré dans un lieu inconnu.

Dans d'autres langues
azərbaycanca: Federiko Qarsiya Lorka
беларуская (тарашкевіца)‎: Фэдэрыка Гарсія-Лёрка
Bahasa Indonesia: Federico García Lorca
Lëtzebuergesch: Federico García Lorca
Lingua Franca Nova: Federico García Lorca
norsk nynorsk: Federico García Lorca
srpskohrvatski / српскохрватски: Federico García Lorca
Simple English: Federico García Lorca
slovenščina: Federico García Lorca
oʻzbekcha/ўзбекча: Garsia lorka Federiko
Tiếng Việt: Federico García Lorca
Bân-lâm-gú: Federico García Lorca
粵語: 羅卡