Fabian Society

Fabian Society
Image illustrative de l'article Fabian Society

Domaine d'activité généraliste
Histoire
Création 1884
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Peter Archer, Président
Tim Horton, directeur des études
Siège Londres, Royaume-Uni
Publications Fabian review (trimestriel), rapports
Site web fabians.org.uk

La Fabian Society ou Société fabienne [1] (du nom du général romain Quintus Fabius Maximus Verrucosus, appelé aussi Fabius « Cunctator » c'est-à-dire « le temporisateur ») est à la fois un think tank et un club politique anglais de centre-gauche [2] créée en 1884. De mouvance socialiste et réformatrice, elle a été partie prenante de la création du Parti travailliste en 1900 et la refonte de celui-ci dans les années 1990 avec le New Labour. Elle a compté dans ses rangs tous les premiers ministres travaillistes anglais jusqu'à 2010, ainsi que les premiers chefs d'État et de gouvernement d'anciennes colonies britanniques tels que l' Inde, le Pakistan ou Singapour.

Des sociétés similaires existent aussi en Australie (The Australian Fabian Society), au Canada (The Douglas-Coldwell Foundation) et en Nouvelle-Zélande. La Société s'est particulièrement distinguée durant la période qui va de sa fondation à la Première Guerre mondiale. Elle a eu parmi ses rangs des personnalités éminentes telles que George Bernard Shaw ou Herbert George Wells, dont certaines l'ont plus ou moins rapidement quittée. La création de la London School of Economics est également à mettre à l'actif de cette période.

La société, qui compte une branche jeunesse (Young Fabian) et un réseau de femmes fabiennes (Fabian Women's Network), se propose d'analyser les défis que la mondialisation et les changements sociaux posent au Royaume-Uni et au reste des pays industrialisés. Elle veut, à travers ses études, participer à l'élaboration des idées politiques et des réformes qui permettront d'y répondre d'une façon progressiste au XXIe siècle [3].

Création

La Société fabienne est issue d'une scission en janvier 1884 au sein du groupe des «  Compagnons de la nouvelle vie » qui avait été fondé par le philosophe Thomas Davidson. Le 23 novembre 1883, cette société a adopté la résolution suivante :

« Les membres de la société affirment que le système compétitif assure le bonheur et le confort du petit nombre au détriment de la souffrance du plus grand nombre et que la Société doit être reconstruite de telle manière qu'elle garantisse le bien-être général et le bonheur » [4]

Cette résolution marque le début d'une scission entre ceux qui poursuivent une finalité purement spirituelle et ceux qui veulent s'occuper plus de problèmes économiques et politiques. La Fabian Society qui naît officiellement le 4 janvier 1884 s'inscrit résolument dans le deuxième courant et va faire de la résolution précédente la base de l'adhésion des nouveaux membres [4]. George Bernard Shaw adhère à la société en septembre 1884, Sydney Olivier, Sidney Webb en mars 1885, Graham Wallas en avril 1886 [5]. En 1889, ils publient les Fabians Essays in Socialism qui fera connaître leurs idées.

La Société durant la période allant de la fin du XIXe siècle et jusqu'à la Première Guerre mondiale a connu une période forte, elle est à l'origine du socialisme municipal, de la London School of Economics et elle a eu dans ses rangs parfois pour une période assez courte des personnalités telles que Walter Crane, Edith Nesbit, Leonard Woolf, Emmeline Pankhurst, H. G. Wells [6], Annie Besant, Beatrice Webb. D'une manière générale, ses membres étaient plutôt issus de la classe moyenne anglaise.

Dans d'autres langues