Espérance sportive Troyes Aube Champagne

ESTAC Troyes
Généralités
Nom complet Espérance Sportive Troyes Aube Champagne
Noms précédents Association Troyes Aube Champagne (ATAC) (1986-2000)
Fondation 1986
Statut professionnel depuis juillet 1996
Couleurs Bleu, Blanc et Champagne
Stade Stade de l'Aube
(20 400 places)
Siège 126 Avenue Robert SCHUMAN
BP 801
10000 Troyes
Championnat actuel Ligue 1
Président Drapeau : France Daniel Masoni
Entraîneur Drapeau : France Jean-Louis Garcia
Joueur le plus capé Drapeau : France Benjamin Nivet (383)
Meilleur buteur Drapeau : France Benjamin Nivet (81)
Site web www.estac.fr
Palmarès principal
National [1] Ligue 2 (1)
International [1] Coupe Intertoto (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2017-2018 de l'ES Troyes AC
0

L'Espérance sportive Troyes Aube Champagne (ESTAC) est un club de football français, fondé le à Troyes, dans l' Aube.

Créé le par Maurice Cacciaguerra et Angel Masoni, il est le troisième club de football professionnel basé à Troyes.

Le club est actuellement présidé par Daniel Masoni. L'équipe professionnelle est entraînée par Jean-Louis Garcia, et joue ses matchs au Stade de l'Aube lorsqu'elle évolue à domicile. L'équipe première évolue dans le championnat de Ligue 1. Le club est relégué en Ligue 2 à l'issue d'une saison 2015-2016 difficile. Il remonte en Ligue 1 à l'issue de la saison 2016-2017 en terminant 3e de son championnat, et après avoir battu Lorient lors des barrages d'accession en Ligue 1 (2-1 ; 0-0).

Histoire

Le football professionnel à Troyes avant l'ESTAC

L'Union sportive troyenne (UST) est le premier club de football français basé à Troyes. Fondé en 1900, il fusionne, en 1931, avec l'AS Savinienne. Donnant un premier élan au football troyen, l'Association Sportive Troyes Sainte-Savine obtient son statut professionnel en 1935. L'entraîneur Rudolf Hanak se voit alors confier la tâche de constituer un groupe performant en s'appuyant sur quelques joueurs du club (Roessler et Cartery) et en recrutant, malgré des moyens limités, quelques professionnels déjà aguerris. Ainsi, lors de sa première sortie professionnelle le 18 août 1935, en présence du maire de Troyes, l'équipe, emmenée par Roessler, s'impose 3-1 devant les quelque 3 000 spectateurs du Stade de l'Aube.

Le club atteint la première division au cours de la saison 1954-1955, grâce à l'expérience de l'entraîneur Roger Courtois qui s'appuie sur quelques internationaux ( Pierre Flamion et Marcel Artelesa, notamment). Les années 1950 représentent l'âge d'or de l'ASTS.

En 1956, l'ASTS parvient en finale de la Coupe de France, éliminant Nîmes en 8e de finale, la grande équipe des rivaux du Stade de Reims en 1/4 de finale ainsi que le FC Nancy en demi-finale. Malheureusement, l'équipe troyenne s'incline sur le score de trois buts à un, laissant la coupe aux rivaux de l' UA Sedan. Cette même saison, les équipes jeunes du club remportent, eux, la Coupe Gambardella. L'équipe professionnelle ne parvient pas à se maintenir au plus haut niveau, réapparaissant brièvement dans l'élite pour une pige lors de la saison 1960-1961. Connaissant de grosses difficultés financières, le club est dissout en 1967.

Après la dissolution de l'ASTS, les activités de football à Troyes sont reprises par le Troyes Omnisports, d'où sera fondé le Troyes Aube Football en 1970 [2]. Le TAF se relance en troisième division pour la saison 1970-1971. Le club réussit d'emblée à se hisser en 2e Division. Entrainés par Pierre Flamion, l'équipe rate de peu une seconde promotion, échouant à la seconde place de son groupe. En 1973, une première place dans le groupe B offre au club le privilège de retrouver la première division, bien qu'échouant en finale de championnat contre le RC Lens.

Les Troyens vont alors connaitre leur plus longue période de longévité au sein de l'élite. Le club aubois finit successivement 17e, 16e, 17e et 15e avant d'être relégué en D2 en 1979, malgré la présence de joueurs tels que Gérard Tonnel, Guy Formici ou encore Ilija Petković. Pire, le club se retrouve en redressement judiciaire et connait une seconde relégation. L'association est alors reprise par les Patronages Laïques de Troyes et évoluent au sein des divisions régionales. Les résultats sportifs ne seront pas au rendez-vous.

Angel Masoni, en litige avec le comité directeur rachète le club troyen en 1986 [2].

Naissance de l'ESTAC et relatif anonymat (1986-1999)

Localisation de Troyes.
Troyes
Voir l’image vierge
Localisation de Troyes.

Pour sa première saison, L'Atac se retrouve engagé en Division d'Honneur de la Ligue de Champagne-Ardenne de football. Les Aubois remportent facilement le championnat et connaissent une seconde promotion immédiate à l'issue de la saison 1987-1988. Au terme de trois années passées en 4e division, Troyes est promu à l'échelon supérieur. Malgré de bons résultats, le club ne parvient pas à se hisser en 2e division.

En 1993, Angel Masoni désigne Alain Perrin comme entraîneur. Ce dernier permet au club d’atteindre la 2e division dès 1996 et la 1re division en 1999. Lors de la saison suivante, l’ATAC parvient à se maintenir lors de la dernière journée en obtenant un match nul face au PSG 2-2 et en terminant à la 14e place.

Les années Ligue 1 (1999-2007)

Le club est contraint de changer de nom, en raison d'une plainte des supermarchés Atac. Il sera rebaptisé « Espérance sportive Troyes Aube Champagne » (ESTAC) en 2000 [3].

En 2001, le club termine 7e de D1. Ce sont les grandes années du club aubois, notamment les années Rothen, Heurtebis, Goussé, Djukic et Loko. L'Estac se qualifie pour la Coupe Intertoto. Les Troyens effectuent un parcours brillant, éliminant notamment Wolfsbourg, et remportent la compétition au terme d'une victoire épique contre Newcastle (0-0 ; 4-4). Troyes est alors qualifié pour la Coupe de l'UEFA pour la première fois de son histoire. Disposant des slovaques du MFK Ruzomberok (6-1, 0-1) lors du 1re tour de la Coupe de l'UEFA, l'Estac affronte Leeds United. S'inclinant à Elland Road (4-2), Troyes rate de peu la qualification au Stade de l'Aube (3-2 [4]). L'aventure en Coupe de l'UEFA représente une des plus belles histoires du football professionnel à Troyes.

L'Estac est d'ailleurs à deux doigts de renouveler l'exploit. Disposant de Villarreal en demi-finale de Coupe Intertoto, le club est exclu de la compétition par l' UEFA. (David Vairelles, non qualifié pour la compétition, jouera seulement quelques minutes). Au terme de la saison et après 4 années passées dans l'élite, le club redescend en Ligue 2. Année noire pour les Troyens.

À la suite de problèmes financiers, la DNCG demande que l'ESTAC soit relégué en national en 2004. Le club est sauvé in extremis grâce à la démission de Daniel Vacelet [5]. Thierry Gomez, le nouveau président, confie les rênes du club troyen à Jean-Marc Furlan. L'ESTAC parvient, lors de la saison 2004-2005, à finir à la 3e place du championnat et remonte en Ligue 1.

Troyes termine la saison à la 17e place de Ligue 1, se maintenant lors de la réception de l' AC Ajaccio le devant 19 825 spectateurs.

En 2007, le club redescend en Ligue 2 après deux saisons dans l'élite. Le contrat de Jean-Marc Furlan n'est pas renouvelé, Denis Troch le remplace. Lors de la saison 2007-2008, le club est à deux doigts de retrouver la Ligue 1, rêve brisé par une fin de championnat catastrophique. Denis Troch est limogé [6] et est remplacé par Ludovic Batelli [7]

Les années sombres (2007-2012)

À la suite de la défaite face à Montpellier HSC le 24 avril 2009, le Président Thierry Gomez décide de confier la gestion des 5 derniers matchs à Claude Robin [8]. Le club termine l'année à la 19e place et est relégué en National.

Daniel Masoni, fils d'Angel Masoni, succède à Thierry Gomez, qui aura dirigé le club aubois pendant 9 ans. Le nouveau président ambitionne une remontée immédiate et fait confiance à Patrick Remy. Grâce à sa victoire face à Cassis-Carnoux lors de la 37e journée (2-0), le club remonte en Ligue 2. Patrick Remy est remercié par le club malgré ces bons résultats. Jean-Marc Furlan, ayant déjà entraîné le club de 2004 à 2007, lui succède [9].

L'ESTAC se maintient en terminant 16e du championnat de France de football de Ligue 2 2010-2011. Au cours de la saison 2011-2012, l'ESTAC vient s'installer sur le podium et s'affiche comme un prétendant sérieux pour la montée en Ligue 1. Le 11 mai 2012, l'ES Troyes Aube Champagne retrouve de nouveau la première division. La dernière rencontre au Stade de l'aube face à Amiens permet au club de battre son record d'affluence avec 20 346 spectateurs venus célébrer l'accession à l'élite [10].

L'ascenseur entre Ligue 1 et Ligue 2 (2012-2016)

Pour sa remontée en Ligue 1, l'Estac décroche sa première victoire contre l' Olympique de Marseille, à domicile. Le club troyen, apprécié pour son bon jeu, est à la peine. Les résultats ne suivent pas. Distancée en championnat, l'Estac brille en coupe. Les Bleus et Blancs se qualifient pour les demi-finale de la coupe de France, au cours desquels ils se feront éliminer par les Girondins de Bordeaux qui remporteront la compétition. Relégables et en difficulté depuis la 2e journée, les Troyens croiront au miracle jusqu'à la dernière journée avant que la défaite contre Valenciennes ne les condamne à la Ligue 2 [11].

Lors de la saison 2013-2014, les aubois connaissent de bons résultats lors de la première partie de saison. Cependant, l'inconstance des prestations n'offriront aux supporters troyens rien de plus qu'une place dans le ventre mou de Ligue 2. De nouveau, l'Estac se distingue de par son jeu agréable et ses bons résultats en Coupe de la Ligue. L' Olympique lyonnais met un terme aux ambitions troyennes en demi-finale.

La saison 2014-2015 est la saison de domination absolue de l'équipe troyenne dans le championnat de Ligue 2. Installée très tôt sur le podium, dès la 2e journée, elle ne le quittera qu'une seule fois (après une défaite 2-1 contre l'AC Ajaccio lors de la 14e journée) pour ensuite ne jamais lâcher la première place à la suite du titre honorifique de champion d'automne. Au terme de la 34e journée et une victoire (2-1) sur Angers, le club valide son accession en Ligue 1, deux ans après sa relégation [12]. Il s'adjuge 3 jours plus tard le premier titre de champion de L2 de son histoire face au Nîmes Olympique (35e journée, victoire 1-2) grâce à des réalisations de Thiago Xavier et Darbion. Cette remarquable saison est récompensée aux Trophées UNFP, Jean-Marc Furlan y reçoit le trophée de meilleur entraineur de Ligue 2, Denis Petric celui de meilleur gardien alors que Jonathan Martins Pereira, Rincon, Lionel Carole et Benjamin Nivet figurent dans l'équipe type [13]. Meilleure attaque et défense du championnat (61 buts marqués pour 24 encaissés), le club finit par une dernière victoire face à Châteauroux (4-1), la vingt-quatrième de la saison. Le titre de champion est célébré au stade en présence de Cyril Hanouna, Michael Youn et Pierre Ménès. Au mois de juin 2015, la DNCG refuse la montée au club aubois, le club présentant un trou de 5 millions d'euros dans ses comptes [14]. À la suite des ventes de Corentin Jean et Lionel Carole, cette sanction est levée en appel [15].

L'Estac fait son retour en Ligue 1 deux saisons après l'avoir quitté. Celui-ci est compliqué, après deux nuls contre le Gazélec Ajaccio (0-0) et l' OGC Nice (3-3) puis une lourde défaite 6 à 0 au stade Vélodrome, le club se retrouve relégable. Au terme de la 11e journée, il est lanterne rouge du championnat, et aucune victoire n'a encore été remportée. Le 3 novembre 2015, Nouredine Bouachera, chargé du recrutement depuis 2010, est licencié [16].

Jean-Marc Furlan et son président s'entendent pour mettre fin à leur collaboration le 3 décembre, au lendemain d'une défaite à domicile 3-0 face à Toulouse [17]. Il est remplacé par Claude Robin, qui a déjà assuré l'intérim en 2009 lors du limogeage de Ludovic Batelli. Lors de la 19e journée face à l' AS Monaco le 19 décembre 2015, le club devient la première équipe à ne pas remporter le moindre match lors d'une phase aller de championnat.

Le 23 janvier 2016, pour le compte de la 22e journée de Ligue 1, le club remporte sa première victoire en championnat de la saison 3 à 1 à l'extérieur contre le Lille OSC. Après avoir été mené 1-0 à la mi-temps à la suite d'un pénalty de Sofiane Boufal, les troyens inscrivent 3 buts dans le dernier quart d'heure grâce à un doublé de Jimmy Cabot et une réalisation de Jessy Pi. En dépit d'un meilleur bilan que son prédécesseur (3 victoires, 2 nuls et 4 défaites, toutes compétitions confondues), Claude Robin est limogé au lendemain d'une défaite 4 à 0 à Guingamp (24e journée) et à la suite de différends tactiques avec son président. Le trio Michel Padovani, Mohamed Bradja et Olivier Tingry lui succède dans l'attente de la nomination d'un nouvel entraineur [18]. Le 13 mars 2016, l'ESTAC s'incline 9 à 0 face au Paris Saint-Germain, record pour une défaite à domicile. Lors de la 32e journée de championnat, le club est officiellement relégué en Ligue 2 à la suite de sa vingt-deuxième défaite de la saison, face au SCO Angers (0-1).

Passage sous pavillon américain avorté (2016)

Gary Allen, propriétaire du club de football Spartans FC de Portland (Oregon, États-Unis) qui possède notamment une Académie de développement forte de 2000 jeunes, pose un premier pied en Europe au sein du club aubois à la fin de la saison 2015-2016.

« Il présentera son projet le moment venu », souligne Daniel Masoni, qui sera accompagné du futur repreneur du club, mercredi 8 juin 2016 à la Ligue Nationale de Football, pour la première audition devant la DNCG. Le 9 juin 2016, les comptes sont validés. Sportivement, Gary Allen (qui est le frère de Mark Allen, le multiple champion du monde de triathlon), « ne vient pas pour faire de la figuration », insiste Daniel Masoni. « Il espère faire remonter le club en Ligue 1 et le stabiliser. ». Éric Descombes, ancien joueur professionnel (Montpellier et États-Unis) officiera au club en tant que « président délégué ».

À la mi-octobre 2016, après avoir accordé plusieurs jours de délais supplémentaire aux repreneurs, le Président Daniel Masoni referme le dossier alors que les fonds nécessaires au rachat du club n'ont pu être rassemblés.

Dans d'autres langues
العربية: نادي تروا
беларуская (тарашкевіца)‎: Труа (футбольны клюб)
български: Троа ОШ
čeština: Troyes AC
dansk: Troyes AC
Deutsch: ES Troyes AC
Ελληνικά: ΕΣ Τρουά ΑΚ
English: Troyes AC
euskara: ES Troyes AC
galego: Troyes AC
magyar: ES Troyes AC
Հայերեն: Տրուա ՖԱ
Bahasa Indonesia: Troyes AC
日本語: トロワAC
한국어: 트루아 AC
latviešu: Troyes AC
Nederlands: Troyes AC
norsk: Troyes AC
polski: Troyes AC
română: Troyes AC
Scots: Troyes AC
Simple English: E.S. Troyes A.C.
slovenčina: Troyes AC
svenska: Troyes AC
Türkçe: Troyes AC