Dopage (sport)

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dopage (semi-conducteur).
Ne doit pas être confondu avec Dopage mécanique.
Le cycliste américain Lance Armstrong en 2002

Dans le sport, le dopage est la pratique consistant à absorber des substances chimiques ou à utiliser des actes médicaux définis par des organismes ad hoc afin d'augmenter les performances physiques et mentales d'un sportif.

Historique

De l'Antiquité aux Jeux Olympiques de Rome

Le dopage est une pratique ancienne, qui semble être née en même temps que les premières compétitions sportives. Dans les Jeux olympiques antiques[1], l'alcool était prohibé[2]. Un juge placé à l'entrée des stades reniflait l'haleine des compétiteurs[3].

Le premier cas moderne avéré remonte à 1865 : des nageurs à Amsterdam. À la même époque, le vin Mariani était conseillé aux sportifs. Il était « aromatisé » avec des feuilles de coca. Le premier mort à cause du dopage fut Arthur Linton, en 1896.

On considère que le dopage s'est professionnalisé et généralisé dans certains sports à la fin des années 1950 et au début des années 1960 avec l'arrivée des sympathicomimétiques, de produits à activité hormonale comme l'hormone de croissance, ou des corticoïdes. Sur l'épreuve d'athlétisme du 100 mètres, dans les années 1960, les performances connaissent un bond avant de se stabiliser dans les années 1970-80. Mais les performances redécollent à partir des années 1980, soit au moment où l'EPO et de nouvelles hormones, anabolisants et produits masquant indétectables sont mis sur le marché.

Le terme anglais « doping » fut largement employé avant que le Comité du langage scientifique n'impose une francisation en 1958.

Préserver les résultats de 1960 à nos jours

À la suite du décès de Knud Enemark Jensen aux JO de Rome en 1960, la fédération internationale de cyclisme effectue des contrôles officieux sur les cyclistes sélectionnés aux Jeux de Tokyo en 1964. Ces résultats n'ont jamais été divulgués mais, à Mexico, lors des Jeux olympiques d'été de 1968 le CIO officialise les contrôles anti-dopage et oblige les femmes à se soumettre à des tests de féminité. Pour éviter les contrôles positifs aux JO de Montréal, les Soviétiques installent sur le Saint-Laurent, un bateau laboratoire, dont l'objectif était de vérifier les échantillons d'urine des sportifs soviétiques avant de les engager dans les compétitions. Il faudra attendre 1989, pour que le CIO mette en place les contrôles inopinés.

En 1996, la fédération internationale d'haltérophilie annule tous les records du monde en changeant les catégories de poids, car il était avéré qu'ils avaient tous été obtenus par dopage.

En 1998, un scandale (affaire Festina) éclabousse le Tour de France. Le soigneur de l'équipe cycliste Festina Willy Voet, à laquelle appartient Richard Virenque est interpellé à la frontière en possession de 500 doses de produits dopants et stupéfiants dont 235 ampoules d'EPO. Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe, avoue l'existence d'une « gestion concertée de l'approvisionnement des coureurs en produits dopants ». Le grand public découvre alors l'étendue de ces pratiques dopantes. Dans la publication des recherches (2000) menées sur les échantillons d'urine congelés des coureurs du Tour de France 1998, le laboratoire national de dépistage du dopage estime qu'« il est hautement vraisemblable que nous pourrions retrouver les traces d'une prise d'EPO sur un nombre élevé des 102 échantillons, peut-être même sur tous ». À la suite de cette affaire, les contrôles sont renforcés et la France se dote d'une loi antidopage plus contraignante.

Plusieurs affaires de dopage suivront notamment en Italie avec le Blitz du Giro 2001, le procès de la Juventus, le procès du docteur Michele Ferrari (conseiller médical et ami de Lance Armstrong) ou l'affaire des veuves du Calcio et aux États-Unis avec l'affaire Balco (voir Tim Montgomery).

En 2005, le journal L'Équipe, se basant sur des tests urinaires du laboratoire de Châtenay-Malabry, accuse Lance Armstrong d'avoir pris de l'EPO en 1999[4].

Associé aux contrôles inopinés, le suivi longitudinal des sportifs semblait être l'arme la plus efficace pour lutter contre le dopage et ses pratiques masquantes, puisqu'il permet non plus de détecter les produits dopants, mais une modification anormale de la physiologie du sportif.

À noter que plusieurs sportifs affirment avoir été dopés à leur insu ; le centre de recherche de prévention du dopage de Cologne met en garde contre la présence de produits dopants dans des préparations dénommées compléments alimentaires[5] où on peut retrouver de l'ephedra sinica, de la sibutramine ou de la méthylhexanamine, parfois des stéroïdes anabolisants (stanazolole, oxandrolone, etc.) dans des tablettes de vitamine C. Il est fortement conseillé de ne pas se fier à l'étiquetage et de se renseigner auprès de centres de référence[6],[7],[8],[9].

Dans d'autres langues
asturianu: Dopaxe
беларуская: Допінг
беларуская (тарашкевіца)‎: Допінг
български: Допинг
brezhoneg: Doperezh
bosanski: Doping
català: Dopatge
čeština: Doping
Cymraeg: Amhureddu
dansk: Doping
Deutsch: Doping
Esperanto: Dopado
español: Dopaje
eesti: Doping
euskara: Dopin
فارسی: دوپینگ
suomi: Doping
galego: Dopaxe
hrvatski: Doping
Bahasa Indonesia: Doping
italiano: Doping
日本語: ドーピング
Basa Jawa: Doping
қазақша: Допинг
한국어: 도핑
kurdî: Dopîng
lietuvių: Dopingas
latviešu: Dopings
монгол: Сэргээш
Nederlands: Doping
norsk: Doping
Piemontèis: Bomba (spòrt)
română: Dopaj (sport)
русский: Допинг
sicilianu: Doping
Simple English: Doping in sport
slovenčina: Doping
slovenščina: Doping
српски / srpski: Допинг
svenska: Dopning
Türkçe: Doping
українська: Допінг
oʻzbekcha/ўзбекча: Doping
Tiếng Việt: Doping
West-Vlams: Dopienge
中文: 體育禁藥
粵語: 運動禁藥