Dictature militaire de l'Uruguay

La dictature militaire de l'Uruguay commença avec le coup d'État du . Après l'échec du plébiscite de 1980, les militaires entamèrent une relative ouverture politique, qui conduit finalement aux premières élections démocratiques (en) en 1984.

Avec un prisonnier politique pour 450 habitants[1], soit environ « 6 000 détenus »[2] – certaines ONG parlent de 15 000 détenus[3] –, dont au moins 67 enfants[4], dans un pays de moins de 3 millions d'habitants, l'Uruguay a connu sous ce régime, qui a participé à la « guerre sale » généralisée sur le continent, une des pires répressions politiques au monde. Cent seize morts (assassinés, morts en détention et « suicides ») et cent soixante-douze disparitions forcées (la dernière en 1984) ont été recensés jusqu'à présent[2]. La torture, généralisée, s'appliquait aussi aux enfants et aux femmes enceintes[4]. Tout comme en Argentine, il y eut des bébés volés aux prisonniers politiques et adoptés par les familles des militaires et des policiers[4] (dont celui de la belle-fille du poète argentin Juan Gelman[5]).