Dôme du Rocher

Dôme du Rocher
Qubbat As-Sakhrah
Dome du rocher.jpg

Vue générale du dôme du Rocher en 2017

Présentation
Type
Commanditaire
Localisation
Adresse
Jérusalem
Voir le statut de Jérusalem-Est
Coordonnées

Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher (en arabe : قبة الصخرة, Qubbat As-Sakhrah ; en hébreu : כיפת הסלע, Kippat ha-Sel‘a), appelé parfois mosquée d'Omar à tort [1], « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l'Islam » [2], est un sanctuaire érigé sur ordre du calife Abd al-Malik ben Marwan [3] à Jérusalem-Est, sur le « Haram al-Charif », troisième lieu saint musulman après La Mecque et Médine [4], où s'élève également la mosquée al-Aqsa.

Le Dôme du Rocher abrite le «  Rocher de la fondation », endroit où, selon la tradition musulmane, Mahomet serait arrivé depuis La Mecque, lors de l' Isra, ou voyage nocturne et d'où il serait monté au paradis, lors du Miraj, en chevauchant sa monture Bouraq. La tradition biblique y situe également le mont Moriah, nom donné au massif montagneux sur lequel Abraham monta avec son fils afin de l'offrir à Dieu en sacrifice [5], puis sur lequel ensuite Salomon bâtit l'ancien Temple de Jérusalem [6].

Achevé en l'an 691 ou dans la seconde partie de l'année 692 [7] (an 72 de l' hégire), il ne possède pas de minaret.

On retrouve les influences byzantine et perse sassanide qui sont les deux grandes sources d'inspiration de l'art islamique.

Histoire

Le Rocher de la Fondation à l'intérieur de l'édifice.

Comme cela est noté dans l'une des inscriptions en arabe qui courent dans le bâtiment, le dôme du Rocher est construit en l'an 72 de l' hégire, c’est-à-dire en 691 ou 692 de l'ère chrétienne, sous le règne d' Abd al-Malik [3], [8]. Il s'élève sur le Haram al-Charif. Le premier Temple des Juifs aurait été édifié à cet endroit par le roi biblique Salomon, et le second, au VIe siècle VIe siècle av. J.-C., agrandi au Ier siècle Ier siècle av. J.-C. par Hérode Hérode Ier le Grand. L'emplacement exact du temple n'est plus connu avec certitude. Il existe plusieurs opinions différentes à ce sujet (le temple serait plus au nord, ou plus au sud comme en témoigne par exemple l'exposé de l'architecte Tuvia Sagiv dans une étude [9]). Ce temple est finalement détruit en l'an 70 de l'ère chrétienne, sur ordre de Titus. l'esplanade était restée inoccupée, jalonnée seulement de quelques ruines [10].

Le calife et compagnon de Mahomet Omar ibn al-Khattab, aurait été horrifié de voir ce lieu saint dans un tel état, ordonné son nettoyage et y aurait prié. Selon la même source, il ordonne la construction d'une mosquée à cet emplacement. Certains historiens médiévaux, en particulier le chroniqueur byzantin Théophane le Confesseur indique que cette action de Omar ibn al-Khattab est saluée par les juifs de l'époque [11].

En plus du Dôme, le Haram al-Charif, appelé aujourd'hui « l'esplanade des mosquées » ou « esplanade du temple », compte également la mosquée al-Aqsa (construite avant 679) ou encore la coupole de la chaîne (qubbat al-Sakhra). Haram al-Charif signifie en langue arabe « le Noble sanctuaire ».

Élément central et majestueux de cet ensemble, le Dôme fut restauré à de nombreuses reprises. Dès le début du e siècle, le calife abbasside Al-Mamun faisait ainsi effacer le nom d'Abd al-Malik pour le remplacer par le sien sur l'inscription [12]. Ensuite, chaque dynastie maîtresse de Jérusalem depuis les Fatimides jusqu'aux Ottomans a cherché à poser sa marque sur l'édifice, tout en conservant sans doute le plan et les proportions originelles [13].

Durant les Croisades du e siècle, l'édifice est transformé en église sous le nom de «  Templum Domini » [16], tandis que la mosquée al-Aqsa toute proche est transformée en palais par Baudouin de Boulogne. Les deux monuments sont tous deux rendus au culte musulman en 1187 après la prise de Jérusalem par Saladin [17].

Néanmoins, de nombreux éléments ont été remplacés, dans les mosaïques intérieures, où l'on note en particulier des restaurations mamelouks maladroites, dans la coupole, de nombreuses fois reconstruite, ou encore dans les plafonds peints, dont les motifs peuvent être datés du e siècle. Cependant, c'est sans doute le décor extérieur qui est le plus marqué par ces restaurations : au milieu du e siècle (deux dates sont inscrites, équivalent à 1545 et 1551/1552), sur ordre de Soliman le Magnifique, il a été complètement remplacé par un revêtement de carreaux de céramique ottomans [18]. Entre le e siècle et le début du e siècle, le monument a fait l'objet d'au moins quatre campagnes de restauration : en 1720-1721 à la demande du sultan Ahmed III ; en 1817 pour Mahmoud II ; dans le troisième quart du e siècle (1853-1874), à l'initiative d' Abdülmecid, mais terminée par Abdülaziz ; entre 1918 et 1928 par l'architecte anglais C.R. Ashbee [19].

Monument majeur de l'art islamique, le dôme du Rocher a très tôt fait l'objet d'études. Dès 1900, l'archéologue suisse Max van Berchem a relevé les inscriptions [20], et Marguerite Van Berchem publie une étude sur les mosaïques en 1932 dans l'ouvrage de KAC Creswell, Early muslim architecture [21], qui lui-même propose une analyse approfondie du monument. Mais le scientifique qui s'est le plus penché sur le monument est sans contestes Oleg Grabar, qui publie ses premières hypothèses sur sa signification en 1959. Ses articles constituent le plus important corpus sur ce sujet, sur lequel de nombreux scientifiques ont travaillé.

Dans d'autres langues
العربية: قبة الصخرة
azərbaycanca: Qübbətüs-Səhra
български: Купол на Скалата
čeština: Skalní dóm
Deutsch: Felsendom
فارسی: قبةالصخره
עברית: כיפת הסלע
magyar: Sziklamecset
Bahasa Indonesia: Kubah Shakhrah
日本語: 岩のドーム
Basa Jawa: Kubah Shakhrah
한국어: 바위의 돔
Latina: Tholus Saxi
latviešu: Klints kupols
македонски: Златна купола
Bahasa Melayu: Qubbat As-Sakhrah
Nederlands: Rotskoepel
norsk nynorsk: Klippedomen
português: Cúpula da Rocha
română: Cupola Stâncii
русский: Купол Скалы
srpskohrvatski / српскохрватски: Kupola na stijeni
Simple English: Dome of the Rock
slovenčina: Skalný dóm
slovenščina: Kupola na skali
Basa Sunda: Masjid Umar
svenska: Klippdomen
татарча/tatarça: Кыя гөмбәзе мәчете
українська: Купол Скелі
吴语: 圆顶回庙