Déportation

Déportation illégale (dite déportation de Bisbee) de mineurs et d'une partie de la population, expulsés par un groupe de « vigilants » armés à Bisbee, en Arizona, le .

La déportation est l'action pour un pouvoir politique d'obliger une catégorie ou un groupe de personnes, à quitter son habitat (territoire ou pays), soit pour l'obliger à s'installer ailleurs (déplacement forcé, regroupement forcé ou «  purification ethnique »), soit pour le retenir dans des camps ( travail forcé).

On a parlé de populicide, actuellement de génocide, lorsque la déportation n'a pas seulement pour objectif ou pour effet l'éviction d'une population d'un territoire, mais sa destruction physique et culturelle.

Histoire

La déportation collective et forcée de populations civiles vaincues ou rebelles contre leur domination, est attestée dans l' Antiquité, comme le montrent la Bible avec l' exil à Babylone, les Commentaires sur la guerre des Gaules de Jules César, ou La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Entre le Xe siècle Xe siècle av. J.-C. et le VIIIe siècle VIIIe siècle av. J.-C., on estime que 4,5 millions de personnes ont été déportées par le pouvoir assyrien, notamment vers la Haute-Mésopotamie [1].

Le bannissement, qui est une mesure individuelle, semble avoir été une peine fréquente dans différentes civilisations ou systèmes tribaux. La déportation politique, ou exil, en était la forme la plus arbitraire [2].

Dans l' Empire romain, le banni perdait les droits de cité et ses droits de famille [2]. Après la conquête de la Gaule, Jules César fait déporter de nombreux Gaulois [3]. Cette pratique fut souvent employée sous l'Empire romain ( Suétone évoque 40 000 Sicambres déportés; déportation des Carpes, sous la Tétrarchie, etc.), parfois en association avec la constitution de troupes auxiliaires. Voir aussi lètes.

À la fin du e siècle, l' empereur byzantin Justinien II fait déporter en Asie mineure un grand nombre de familles slaves capturées en Thrace (100 à 250 000 personnes selon les sources) et les installe en Bithynie.

Lors de la conquête de la Saxe (772–804), Charlemagne déporte massivement les rebelles saxons (ils sont dispersés en Gaule avec leurs femmes et leurs enfants) et les remplace par des Francs pour éviter de nouvelles révoltes.

En Russie, elle a été un temps substituée à la peine de mort (abolie en 1741, sauf de rares exceptions, sous le règne d' Élisabeth Élisabeth Ire) [2], avant de devenir un moyen massif de peupler la Sibérie et l' Asie centrale à l'époque soviétique.

La déportation de bagnards a été utilisée par plusieurs pays pour peupler ses colonies lointaines. En particulier, l' Empire britannique eut comme lieu de destination Botany Bay (près de Sydney) où un premier convoi arriva en 1788 avec la First Fleet (« Première flotte ») [2], [4].

Dans d'autres langues
العربية: إبعاد
azərbaycanca: Deportasiya
беларуская: Дэпартацыя
беларуская (тарашкевіца)‎: Дэпартацыя
bosanski: Deportacija
català: Deportació
čeština: Deportace
Deutsch: Deportation
Ελληνικά: Απέλαση
English: Deportation
Esperanto: Deporto
español: Deportación
euskara: Deportazio
فارسی: نفی بلد
galego: Deportación
hrvatski: Deportacija
Bahasa Indonesia: Deportasi
italiano: Deportazione
日本語: 退去強制
ქართული: დეპორტაცია
қазақша: Депортация
lietuvių: Tremtis
Baso Minangkabau: Deportasi
Nederlands: Deportatie
português: Deportação
Runa Simi: Ayqichiy
română: Deportare
русский: Депортация
srpskohrvatski / српскохрватски: Deportacija
Simple English: Deportation
slovenčina: Deportácia
slovenščina: Deportacija
Soomaaliga: Tarxiil
српски / srpski: Депортација
svenska: Deportation
Türkçe: Tehcir
українська: Депортація
oʻzbekcha/ўзбекча: Deportatsiya
中文: 驱逐出境