Départements de la Colombie

La Colombie est divisée en 32 départements et un district capital (Bogota D.C.).

Historique

Évolution territoriale de la Colombie (1886-2018)
Les États souverains des États-Unis de Colombie entre 1863 et 1886.
Les départements colombiens en 1905.
Les départements colombiens en 1908.
Les départements colombiens en 1912.
Les départements colombiens en 1916.
Les départements colombiens en 1928.
Les départements colombiens en 1942.
Les départements colombiens en 1958.
Les départements colombiens en 1966.
Les départements colombiens en 1990.
Les départements colombiens en 2000.

L'organisation territoriale colombienne actuelle est issue de la constitution de 1886. Auparavant, la Colombie (alors les États-Unis de Colombie) était divisée en États souverains : Antioquia, Bolívar, Boyacá, Cauca, Cundinamarca, Magdalena, Panama, Santander et Tolima.

La nouvelle constitution de 1886 abolit le fédéralisme qui prévalait jusque-là ainsi que sa conséquence, les États souverains. 26 départements sont créés[1].

En 1903, le département de Panama déclare son indépendance et devient la République du Panama.

Le département d'Atlántico est créé dans le cadre du plan de modernisation du président Rafael Reyes[2], qui nomme le général Diego A. De Castro gouverneur. Le département est formé par les provinces de Sabanalarga et Barranquilla, séparées du département de Bolívar, avec Barranquilla comme capitale.

En 1911 est créée la Comisaría Especial de Arauca, avec la ville d'Arauca pour capitale, qui devient en 1955 Intendencia Nacional. L'Arauca est séparé de Boyacá en 1960 et intégré au département de Meta. En 1963 est institué le Consejo Intendencial d'Arauca.

En 1928 est créé le Commissariat de l'Amazonas (Comisaría del Amazonas), qui devient en 1931 l'Intendance de l'Amazonas (Intendencia del Amazonas). Celle-ci devient Comisaría Especial del Amazonas en 1943 puis à nouveau Intendencia Nacional del Amazonas en 1951 et enfin Comisaría del Amazonas en 1957.

En 1951, le département de Córdoba est créé par la Loi 9 de 1951, retranchant 23 981,93 km2 au territoire du Bolívar[3].

Le 17 décembre 1954, le décret 3640 organise Bogota comme un Distrito Especial de Bogotá[4]. Par l'ordonnance n° 7 du Conseil administratif de Cundinamarca sont annexées les municipalités voisines d'Engativá, Fontibón, Suba, Usme, Usaquén et Bosa. Le territoire de Sumapaz est annexé en 1955, donnant au district sa configuration finale.

En 1966 est créé le département de Sucre, par la Loi 47 de 1966, qui enlève 10 783 km2 du département de Bolívar[5] et lui donne sa forme actuelle.

La constitution de 1991, via son article 309, transforme en département les Intendencias d'Arauca, Casanare, Putumayo et San Andrés, Providencia y Santa Catalina, et les Comisarías d'Amazonas, Guaviare, Guainía, Vaupés et Vichada[6], tandis que via les articles 322 à 327 le Distrito Especial de Bogotá devient le district capital de Santafé de Bogota, ou Santafé de Bogota, Distrito Capital, nom changé en 2000 pour « Bogotá, Distrito Capital », faisant disparaître la référence à Santafé héritée de l'époque coloniale[7].

Dans d'autres langues
Bahasa Melayu: Jabatan di Colombia
norsk nynorsk: Departement i Colombia
Simple English: Departments of Colombia