Cryptographie asymétrique

La cryptographie asymétrique est un domaine de la cryptographie où il existe une distinction entre des données publiques et privées, en opposition à la cryptographie symétrique où la fonctionnalité est atteinte par la possession d'une donnée secrète commune entre les différents participants[1].

La cryptographie asymétrique peut être illustrée avec l'exemple du chiffrement à clef publique et privée, qui est une technique de chiffrement, c'est-à-dire que le but est de garantir la confidentialité d'une donnée. Le terme asymétrique s'applique dans le fait qu'il y a deux clefs de chiffrement (que l'utilisateur qui souhaite recevoir des messages fabrique lui-même), telles que si l'utilisateur utilise une première clef dans un algorithme dit « de chiffrement », la donnée devient inintelligible à tous ceux qui ne possèdent pas la deuxième clef, qui peut retrouver le message initial lorsque cette deuxième clef est donnée en entrée d'un algorithme dit « de déchiffrement »[2].

Par convention, on appelle la clef de déchiffrement la clef privée et la clef de chiffrement la clef publique.

La clef qui est choisie privée n'est jamais transmise à personne alors que la clef qui est choisie publique est transmissible sans restrictions.[3]

Ce système permet deux choses majeures :

  • Chiffrer le message à envoyer : l'expéditeur utilise la clef publique du destinataire pour coder son message. Le destinataire utilise sa clef privée pour décoder le message de l'expéditeur, garantissant la confidentialité du contenu.
  • S'assurer de l'authenticité de l'expéditeur : L'expéditeur utilise sa clef privée pour coder un message que le destinataire peut décoder avec la clef publique de l'expéditeur ; c'est le mécanisme utilisé par la signature numérique pour authentifier l'auteur d'un message.
Dans d'autres langues
日本語: 公開鍵暗号
norsk nynorsk: Asymmetrisk kryptering
Simple English: Public-key cryptography