Conquête du pays de Galles par Édouard Ier

Conquête du pays de Galles par Édouard Ier
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument à Llywelyn ap Gruffudd érigé près du site de la bataille d'Orewin Bridge, durant laquelle il a trouvé la mort.
Informations générales
Date1277-1283
LieuPays de Galles
IssueLe royaume d'Angleterre conquiert les dernières principautés galloises indépendantes
Belligérants
Royal Arms of England.svg Royaume d'AngleterreArms of Llywelyn.svg Principauté de Galles
Commandants
Royal Arms of England.svg Édouard Édouard Ier
Arms of the House of Mortimer.svg Roger Mortimer
CoA Gilbert de Clare.svg Gilbert de Clare
Blason Guillaume de Valence (William of Pembroke).svg Guillaume de Valence
Roger Lestrange
Arms of Llywelyn.svg Llywelyn ap Gruffudd
Arms of Dafydd ap Gruffydd.svg Dafydd ap Gruffudd

Batailles

La conquête du pays de Galles par Édouard Ier, parfois appelée conquête édouardienne du pays de Galles pour la distinguer de l'invasion normande du pays de Galles (partielle et antérieure), a eu lieu entre 1277 et 1283. Elle s'est achevée par la défaite et l'annexion de la principauté du pays de Galles et des autres principautés galloises par Édouard Édouard Ier d'Angleterre.

Au e siècle, le pays de Galles était divisé entre principautés galloises et territoires sous la domination des seigneurs anglo-normands des Marches. La principauté la plus puissante était le Gwynedd, dont les princes avaient établi leur autorité sur la majeure partie du pays de Galles, faisant des autres princes gallois leurs vassaux, et avaient pris le titre de princes de Galles. Bien qu'ils aient essayé à plusieurs reprises de s'emparer de ces territoires gallois indépendants, les rois d'Angleterre n'ont jamais réussi à établir pleinement leur autorité avant la guerre de conquête menée par Édouard Ier contre Llywelyn ap Gruffydd (dit aussi Llywelyn le Dernier).

Au cours de deux campagnes, menées respectivement en 1277 et 1282-1283, Édouard a réduit significativement le territoire de la principauté du pays de Galles avant de la conquérir totalement et de faire subir le même sort aux autres principautés galloises. La plupart des territoires conquis ont été érigés en fief royal et sont ensuite devenus l'apanage territorial de l'héritier au trône anglais, qui porte le titre de prince de Galles. Le reste des territoires a été divisé et octroyé par Édouard Ier à ses fidèles, devenus seigneurs des Marches. Bien que les terres galloises ne soient pas officiellement annexées par le royaume d'Angleterre avant l'Acte d'Union de 1536, la conquête d'Édouard Ier marque la fin du pays de Galles indépendant.

Contexte

Après une succession d'invasions ayant commencé peu après leur conquête de l'Angleterre en 1066, les Normands s'étaient emparés de la majeure partie du pays de Galles et avaient établi des Marches quasi indépendantes sous suzeraineté de la Couronne anglaise. Cependant, des principautés galloises telles que le Gwynedd, le Powys et le Deheubarth avaient survécu et, à partir de la fin du XIe siècle, les Gallois avaient commencé à repousser les Normands. Durant le siècle suivant, la reconquête galloise connut des hauts et des bas et les rois anglais, surtout Henri II, songèrent plusieurs fois à conquérir les principautés galloises ou à leur imposer leur suzeraineté. Néanmoins, rien ne fut fait et, à la fin du XIIe siècle, les Marches n'occupaient plus que le sud et le sud-est du pays.

La situation en 1267, après le traité de Montgomery. L'autorité de Llywelyn le Dernier s'étend sur les zones colorées en vert (son domaine propre), en violet (ses conquêtes) et en bleu (ses vassaux).

La principauté de Gwynedd était la puissance dominante au pays de Galles pendant la première moitié du XIIIe siècle, le Powys et le Deheubarth devenant des États vassaux. Les princes de Gwynedd portaient désormais le titre de "Prince de Galles". Cependant, les guerres contre l'Angleterre, en 1241 et 1245, suivies d'une querelle dynastique à propos de la succession au trône affaiblirent le Gwynedd et permirent à Henri III de s'emparer du Perfeddwlad (la partie orientale de la principauté). À partir de 1256, le Gwynedd regagna en force sous le règne de Llywelyn ap Gruffydd, reprit la guerre contre Henri III et récupéra le Perfeddwlad. Le traité de Montgomery, signé en 1267, rétablit la paix et, en échange de son hommage au roi anglais, Henri III reconnut à Llywelyn le titre de Prince de Galles et la possession du Perfeddwlad. Il y eut néanmoins par la suite d'autres conflits opposant Llywelyn et quelques seigneurs des Marches tels que Gilbert de Clare, Roger Mortimer et Humphrey de Bohun.