Comité de salut public

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comité de salut public (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CSP.
République française
Première République
Comité de salut public
-
2 ans, 6 mois et 27 jours
CSPemblem.jpg.png
Caractéristiques
Créateur
Cause
La défaite de Neerwinden et l'insurrection vendéenne menacent la Convention qui, pour vaincre ses ennemis, augmente les pouvoirs de la commission de salut public.
Autre organe gouvernemental
Parlement
Informations générales
Type
Texte Fondamental
Décret du 6 avril 1793
Lieu
Deuxième étage du pavillon de Flore, rebaptisé pavillon de l'Égalité
Régime politique
Chef de l'état
Date des élections
tous les mois
Structure
Membres
Au départ, 9 puis 11 pendant la Terreur
Sections
Quatre : Guerre, Intérieur, Pétitions, Correspondance Générale
Histoire et événements
10-
L'Assemblée nationale cède la place à la Convention nationale qui constitue dix-huit comités et nomme les membres du Conseil exécutif (ex. provisoire).
Rétablissement du Tribunal révolutionnaire.
18-
Le Comité de défense générale devient la Commission de salut public qui se réunit le lendemain avec le Conseil Exécutif.
La Commission de salut public devient Comité de salut public.
31 mai-
Journées insurrectionnelles : les Montagnards font arrêter les Girondins et prennent la Convention, qui deviendra le « centre unique de l'impulsion du gouvernement révolutionnaire ». Le Tribunal révolutionnaire sera rétabli.
Danton quitte le Comité qui est pris par les robespierristes. Robespierre y entre le 27 juillet.
Billaud-Varenne et Collot d’Herbois entrent au Comité surnommé le Grand Comité de l’an II qui instaure la Terreur : levée en masse (23 août), loi des suspects (17 sep), loi du maximum général (29 sep).
La Constitution de l'an I est suspendue et le gouvernement révolutionnaire mis en place.
La Convention nationale supprime les ministres de la Convention avec le Conseil exécutif et crée les commissions exécutives gouvernementales dépendantes du Comité de salut public.
La Loi de Prairial instaure la Grande Terreur : 1 285 condamnations à mort sont prononcées du 10 juin au 27 juillet.
9 thermidor : chute de Robespierre, fin de la Terreur et du gouvernement révolutionnaire. La Convention nationale, dominée par les Thermidoriens reprend le pouvoir : la loi du maximum sera abolie et la liberté des cultes proclamée.
La Constitution de l'an III est votée. Le suffrage censitaire est rétabli.
12 -
Les comités cèdent la place au Directoire et la Convention nationale à deux assemblées : le Conseil des Cinq-Cents et Conseil des Anciens.
Liste des gouvernements de la France


Le Comité de salut public est le premier organe du gouvernement révolutionnaire mis en place par la Convention, le deuxième étant le Comité de sûreté générale.

Le Comité est créé le [1],[2] par un décret de la Convention[3]. Il se réunit au deuxième étage du pavillon de Flore, rebaptisé pavillon de l'Égalité. Ses membres étaient élus tous les mois[4].

Les historiens distinguent trois comités successifs : le Comité Danton[5], le Grand Comité[6] et le Comité thermidorien[7].

Le Comité est supprimé le 4 brumaire an an IV (), date de la dissolution de la Convention et de l'entrée en vigueur de la an III () qui établit le Directoire[1],[2].

Dans d'autres langues
Alemannisch: Wohlfahrtsausschuss
Bahasa Indonesia: Comité de Salut Public
Lëtzebuergesch: Comité de salut public
srpskohrvatski / српскохрватски: Komitet javnog spasa