Comité de sûreté générale

Mandat d'arrêt de Danton et de ses amis par le Comité de salut public et le Comité de sûreté générale le 30 mars 1794. Archives Nationales, Paris.
On relève les signatures de Vadier, Amar, Voulland, Le Bas, Lacoste, etc. Rühl fut le seul membre du Comité de sûreté générale à refuser de signer.

Le Comité de sûreté générale est une institution de la première République française, chargé de diriger la police et la justice révolutionnaire.

Dans d'autres langues