Charles de Valois

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles de Valois (homonymie), Charles de France et Charles d'Anjou.

Charles de Valois (né à Vincennes le 12 mars[1] 1270[2], mort au Perray[3] (aujourd'hui Le Perray-en-Yvelines), le ) est un des fils du roi Philippe le Hardi et d'Isabelle d'Aragon. Charles de Valois collectionne les principautés. Il eut en apanage les comtés de Valois, d'Alençon et du Perche. Il devint en 1290 comte d'Anjou et du Maine, par son mariage avec Marguerite, fille aînée de Charles Charles II d'Anjou, roi nominal de Sicile ; par un deuxième mariage, contracté avec l'héritière de Baudouin Baudouin II de Courtenay, dernier empereur latin de Constantinople, il avait aussi des prétentions sur ce trône.

Petit-fils de saint Louis, Charles de Valois est fils, frère, beau-frère et gendre de rois ou de reines (de France, de Navarre, d'Angleterre et de Naples), en attendant d'être de surcroît, après sa mort, père du roi Philippe Philippe VI, donnant ainsi naissance à la lignée des Valois.

Enfance et famille

Gisant de Charles de Valois à la basilique de Saint-Denis, France

Charles est le quatrième fils de Philippe de France, fils du roi Louis IX, et Isabelle d'Aragon. Ses trois frères aînés sont les princes Louis, Philippe (né en 1268) et Robert (né en 1269). Lorsqu'il vient au monde au début du printemps 1270[N 1], son père accompagne son grand-père le roi Louis IX à la huitième croisade. Quelques mois plus tard, en août 1270, le roi meurt devant Tunis, laissant le trône à Philippe III qui rentre en France. Mais sur le chemin du retour, sa mère, la reine Isabelle d'Aragon, meurt en janvier 1271 des suites d'une chute de cheval, laissant Charles et ses frères orphelins.

L'enfance de Charles est très mal connue. Son aîné Louis meurt en 1276, faisant de son frère Philippe l'héritier du trône[4]. Son autre frère Robert décède à la même époque. Entretemps, Philippe III s'est remarié avec Marie de Brabant, avec laquelle il a trois enfants: Louis, futur comte d'Évreux, Marguerite qui épousera Édouard Édouard Ier d'Angleterre, et Blanche qui s'unira au duc d'Autriche Rodolphe III.

La campagne d'Aragon

Le se déroule à Palerme les Vêpres siciliennes. Mécontents de leur roi Charles d'Anjou, oncle de Philippe III de France, les Siciliens massacrent ses troupes et le chassent du pouvoir. Peu après, ils offrent la couronne au roi Pierre III d'Aragon, débarqué à Palerme à la tête d'une flotte aragono-catalane. Par mariage, Pierre III est lié aux Hohenstaufen, anciens rois de Sicile et ennemis jurés de la papauté. Son armée chasse ensuite de l'île l'armée fidèle à Charles d'Anjou, lequel se réfugie à Naples dans la partie continentale de son royaume.

Furieux et inquiet de cette intrusion aragonaise en Italie, le pape Martin IV excommunie Pierre III et lui confisque son royaume d'Aragon. Le pape prépare par la suite avec le roi de France une croisade anti-aragonaise. Reste à trouver un nouveau souverain pour ce royaume. Leur choix se porte sur le jeune Charles de Valois, fils d'Isabelle d'Aragon, sœur de Pierre III. Charles épouse alors Marguerite, petite-fille de Charles d'Anjou pour renforcer sa position en Sicile. En , une assemblée réunie à Paris le proclame, à quatorze ans, roi d'Aragon sous l'autorité du Saint-Siège, la première de ces couronnes imaginaires qui allaient jalonner son existence.

Le , Philippe III prend l'étendard à Saint-Denis et lance l'expédition contre l'Aragon. Charles l'accompagne. En juin, ils pénètrent dans le royaume, et c'est au château de Lhers que Charles est couronné roi par le cardinal légat. Cependant, celui-ci n'ayant aucune couronne à disposition, il doit se contenter de le sacrer avec son chapeau cardinalice. Cette croisade d'Aragon entreprise par son père tourne bien vite au désastre. La flotte française est détruite à la bataille des Formigues, tandis que la dysenterie décime la troupe. Charles a cru conquérir un royaume et n'a gagné que le ridicule d'avoir été couronné avec un chapeau de cardinal, ce qui lui valut le sobriquet de « roi du chapeau[5] ». Il n'osa jamais user du sceau royal qu'il s'est fait faire à cette occasion et dut renoncer au titre.

Au retour de la campagne, Philippe III meurt le à Perpignan. Son fils Philippe le Bel, frère aîné de Charles, devient le roi Philippe IV.

Dans d'autres langues
تۆرکجه: شارل والوا
беларуская: Карл Валуа
беларуская (тарашкевіца)‎: Карл Валюа
български: Шарл Валоа
hrvatski: Karlo Valois
italiano: Carlo di Valois
latviešu: Šarls Valuā
Bahasa Melayu: Charles dari Valois
português: Carlos de Valois
română: Carol de Valois
русский: Карл Валуа
srpskohrvatski / српскохрватски: Karlo Valois
Simple English: Charles of Valois
slovenčina: Karol z Valois
српски / srpski: Шарл Валоа
Tiếng Việt: Charles de Valois