Chalet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalet (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Chalais.
Chalet du Grand Clé (alt. 1 837 m) au fond de la vallée de L'Étivaz (commune de Château-d'Œx, Vaud, Suisse). Milieu XVIIIe siècle.
« La Grande Maison » (1754) de Rossinière, dite Le Grand Chalet (alt. 905 m) depuis sa transformation en pension en 1857 (dernier lieu de vie du peintre Balthus).
Chalet du début du XVIIe siècle (alt. 1 254 m), à Leysin.
Chalet au Planet, Haute-Savoie, France.
Maison paysanne savoyarde (habitat permanent), appelée chalet en Savoie (vallée d'Abondance, Chablais français).
Chalet des Roses, construit en 1864 pour Achille Fould (Vichy, France).
Le chalet suisse, élément du palais idéal du facteur Cheval.

Le chalet est un bâtiment rural des régions de montagne[1], dont le bois est l'élément essentiel[2]. En Suisse romande, ce terme désigne aussi l'édifice où l'on fait le fromage en été dans les hauts alpages. Dans certaines vallées du Valais, il peut s'agir du pâturage lui-même. Dans le Haut-Jura, le mot désigne la fromagerie, et en Savoie, une maison d’alpage (habitation permanente)[3].

Peu à peu, le terme, glissant de la pierre aux matériaux ligneux, a pris des significations diverses pour décrire des édifices qui peuvent être très variés, mais réalisés en bois (traditionnellement construits en madriers, comportant un toit en forte saillie, couvert de bardeaux et de pierres pour retenir la neige)[4],[5]. Au XIXe siècle et au XXe siècle, sous l'influence du tourisme, l'appellation « chalet » s'est répandue dans l'ensemble du monde occidental. Ainsi, en Amérique du Nord, chalet peut définir une simple maison de campagne ou même une résidence au bord de la plage. Voir aussi les Belton Chalets dans le Montana américain.

Étymologie

Chalet est un mot suisse romand dérivé du préroman *cala, « lieu abrité »[6]. Il est l'un des rares mots d’origine dialectale à être passé dans la langue littéraire et dans la langue courante de l'ensemble de la francophonie[7], voire en allemand et en anglais.

Premières attestations : chaletum (Vaud, 1328), chaleis (Valais, 1379), chaslet (Fribourg, 1408)[8].

Chalet est attesté en France dès 1723, puis popularisé par Jean-Jacques Rousseau en 1761 dans la Nouvelle Héloïse[9].

« Autour de l'habitation principale sont épars assez loin quelques chalets. »

— Rousseau, Éloïse, I, 36

Significations multiples

Au sens premier, le terme de « chalet » désigne, en montagne, une construction en pierre et/ou en bois où les vachers-fromagers (armaillis) séjournent à la belle saison pour s'occuper du bétail et confectionner le fromage. On trouve souvent la forme « chalet d’alpage », qui est en fait une tautologie.

À cet emploi ancien sont venus se superposer des usages plus récents :

  • par extension, petite habitation de montagne, rudimentaire et sans confort ;
  • maison de bois servant le plus souvent de résidence secondaire, mais assez bien aménagée (chalet de vacances) ;
  • chalet d’habitation, non lié à la vie paysanne, destiné à servir de résidence permanente (villa en bois) ;
  • style chalet, ou Swiss chalet, style architectural d’inspiration prétendument vernaculaire qui s'est développé au XIXe siècle, à partir surtout de l’Angleterre, mais qui a pris une extension européenne.

« Chalet » a donc des acceptions bien précises et il faut éviter la confusion de termes spécifiques : on fabrique le fromage au chalet, mais le reste de l'année on habite une maison, accompagnée d’une grange-écurie attenante ou séparée pour abriter le bétail et le foin. Le grenier sert à mettre en sécurité les céréales, ainsi que les provisions qui doivent rester au sec, les archives, parfois les habits du dimanche.

En Valais, le raccard abrite les gerbes après la moisson, de part et d’autre de l’aire où on les battait au fléau. Les mazots relèvent de l'architecture viticole, puisqu'ils servent de pied-à-terre aux paysans des villages de montagne pour travailler leurs vignes en bordure de la plaine du Rhône. Les mayens représentent les étapes entre les villages et les hauts alpages. (Le mot mazot a été utilisé anciennement dans certains lieux pour la zone des mayens, ce qui est à l'origine, sans doute, d'une certaine confusion dans la terminologie)[10].

Tous ces bâtiments, édifiés en madriers, mais aussi partiellement ou entièrement en maçonnerie selon les vallées et les époques, tendent à perdre leur utilité depuis que la mécanisation atteint l’agriculture de montagne au milieu du XXe siècle. Cela ne dispense pas d’essayer de comprendre leur fonction d’origine et de les appeler par leur nom.

En tenant compte de toutes les variantes locales, ces remarques concernent aussi la Savoie, en particulier la vallée d’Abondance[11].

Dans d'autres langues
Afrikaans: Chalet
العربية: شاليه
català: Xalet
Чӑвашла: Шале
Deutsch: Chalet
Ελληνικά: Σαλέ
English: Chalet
Esperanto: Ĉaledo
español: Chalé
euskara: Txalet
suomi: Alppimaja
Հայերեն: Շալե
italiano: Chalet
Bahasa Melayu: Chalet
Nederlands: Chalet
português: Chalé
русский: Шале