Casimir II le Juste

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casimir II et Casimir.
Casimir II le Juste
Illustration.
Titre
Duc de Wiślica
PrédécesseurHenri de Sandomierz
SuccesseurLech le Blanc
Duc de Sandomierz
PrédécesseurMieszko III le Vieux
Boleslas IV le frisé
SuccesseurLech le Blanc
Duc de Petite-Pologne
Princeps de Pologne
PrédécesseurMieszko III le Vieux
SuccesseurMieszko III le Vieux
Duc de Petite-Pologne
Princeps de Pologne
PrédécesseurMieszko III le Vieux
SuccesseurLech le Blanc
Biographie
DynastiePiast
Nom de naissanceKazimierz II Sprawiedliwy
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décèsCracovie
PèreBoleslas III Bouche-Torse
MèreSalomé von Berg
ConjointHélène de Znojmo
Enfants

Casimir II le Juste (en polonais Kazimierz II Sprawiedliwy), de la dynastie des Piasts, est né vers 1138 et décédé le à Cracovie. Il est le fils cadet de Boleslas III Bouche-Torse et de Salomé von Berg.

Il a été duc de Wiślica (de 1166 à 1173), duc de Cracovie et duc de Sandomierz à partir de 1177, duc de Mazovie et de Cujavie à partir de 1186.

Le testament de Boleslas Bouche-Torse

Boleslas III Bouche-Torse meurt le . Son testament, rédigé quelques années auparavant et inspiré des coutumes de Kiev, marque le début du démembrement territorial de la Pologne. Il a partagé son État entre ses quatre fils aînés, chacun recevant un duché héréditaire.

Ladislas II le Banni reçoit la Silésie (avec Wrocław comme capitale), Boleslas IV le Frisé reçoit la Mazovie et la Cujavie (avec Płock comme capitale), Mieszko III le Vieux reçoit la Grande-Pologne (avec Poznań comme capitale), Henri reçoit le duché de Sandomierz (avec Sandomierz comme capitale).

L’aîné des représentants mâles de la dynastie Piast, Ladislas II le Banni, devient le princeps (ou senior) et à ce titre, gouverne également sur la Petite-Pologne (avec Cracovie comme capitale), la Grande-Pologne orientale avec Gniezno et Kalisz, la Poméranie occidentale, la Poméranie orientale ainsi que la région de Łęczyca et de Sieradz (qui doit lui revenir après la mort de Salomé, la seconde épouse de son père). C'est lui qui décide en dernier ressort sur les questions de politique étrangère, conclut les traités, déclare les guerres, a le droit d'investiture, est le chef et le juge suprême.

Casimir II le Juste, qui n’était pas né lors de la rédaction du testament, ne reçoit rien.

Dans d'autres langues