Cantigas de Santa María

Enluminure des Cantigas de Santa Maria représentant des joueurs de muses triples catalanes, instruments apparentés à la launeddas de Sardaigne.

Fichier audio
Cantiga 100, « Santa Maria, Strela do Dia »
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Le manuscrit des Cantigas de Santa María est un des plus importants recueils de chansons monodiques de la littérature médiévale en Occident, rédigé pendant le règne du roi de Castille Alphonse X dit Le Sage (1221-1284). Ces cantigas sont le volet religieux de la poésie lyrique galaïco-portugaise (en), le volet profane comprend les cantigas de amigo, les cantigas de amor et les cantigas de escarnio.

Les textes des 427 chansons sont écrits en galaïco-portugais, langue du Moyen Âge commune au portugais et au galicien. On attribue au roi lui-même la rédaction de certaines de ces chansons, mais il semble plus probable qu'il en soit le promoteur.

La grande majorité de ces chansons sont des hymnes religieuses, en hommage à la Vierge Marie, et racontent un miracle dû à l'intervention de Marie. On y trouve en outre de nombreuses représentations en couleurs de musiciens jouant une grande variété d'instruments de musique.

À l'époque moderne, de nombreuses interprétations musicales en ont été faites par des groupes de musique médiévale tels que In Taberna, Tempradura, La Nef, Clemencic Consort, Alla francesca, l'Ensemble Unicorn ou Hespèrion XX, les Joculatores Upsalienses, et Eduardo Paniagua, avec divers ensembles, qui a consacré une cinquantaine d'albums aux cantigas.