Branche ernestine

L'électeur Ernest de Saxe (1441-1486), fondateur de la branche ernestine.

La branche ernestine est l'une des deux branches, avec la branche albertine, de la maison de Wettin. Elle doit son nom à Ernest de Saxe, à qui lors du partage des territoires saxons en 1485 échut l'électorat de Saxe.

Formation

Ernest et son frère cadet Albert III de Saxe, fils de l'électeur Frédéric II de Saxe (1412–1464), ont d'abord regné conjointement l'héritage de leur père. Après le décès de leur oncle, le landgrave Guillaume II, en 1482 le landgraviat de Thuringe passe à la Saxe et tous les biens des Wettin étaient unis. Toutefois, il y a eu de nombreux litiges et par la traité de Leipzig en 1485, le frères sont convenus de diviser leur domains : la Thuringe autour de Weimar ainsi que le territoire de l'ancien duché de Saxe-Wittemberg avec la dignité électorale passa à Ernest ; le terrain de l'ancienne marche de Misnie autour de Meissen et Dresde était attribué à Albert.

Cette partition était un choix politique lourd de conséquences, qui affaiblit la position des Wettin à travers les siècles et enfin a permis le Brandebourg-Prusse de déployer sa puissance hégémonique dans le nord du Saint-Empire. L'électeur ernestin Frédéric III le Sage a soutenu la Réforme protestante. Son neveu Jean-Frédéric Jean-Frédéric Ier fut un des grands protecteurs de Martin Luther, ainsi que son cousin albertin Maurice de Saxe, un protestant lui-même, sert l'empereur Charles Quint en 1546 contre la ligue de Smalkalde. Après la defaite de la ligue protestante, l'empereur lui a attribué la dignité électorale par la capitulation de Wittemberg. Depuis cette date, la branche albertine maintint l'intégrité de l'électorat et préserva son pouvoir sur la région.

Dans d'autres langues