Benoît III

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoît.
Benoît III
Image illustrative de l'article Benoît III
Biographie
NaissanceInconnue
Rome
Décès
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
Autre(s) antipape(s)Anastase Anastase III

Benoît III, né Romain, fils de Pierre, est pape de 855 à 858. Il est le 104e dans la liste des pontifes romains publiée dans l'Annuario Pontificio.

Biographie

Il fait ses études et vit à Rome. Au moment de son élection en tant que pape, il est cardinal prêtre de l'Église San Callisto à Rome[1].

Benoît est réputé pour son apprentissage et sa piété. Il est élu à la suite du refus du futur Adrien Adrien II, choix initial des membres du clergé et du peuple, d'accéder à la papauté. Un groupe de personnes importantes lui préfèrent un autre candidat, Anastase : ils désavouent l'élection de Benoît III et installent Anastase, pourtant excommunié par le synode romain en 850, puis frappé d'anathème et déposé par un autre synode en 853. Cependant, l'opinion populaire est si forte que la consécration de Benoît III est acceptée.

Les envoyés de l'empereur Louis Louis II contraignent Benoît III à composer avec Anastase. Le schisme contribue à affaiblir l'emprise des empereurs sur les papes, en particulier sur leurs élections.

Benoît intervient dans le conflit entre les fils de Lothaire Lothaire Ier, à la suite de son décès : le futur roi Lothaire Lothaire II de Lotharingie, l'empereur Louis Louis II d'Italie et Charles de Provence. Il est actif dans d'autres cas également et adopte une position ferme à l'égard de Constantinople.

Æthelwulf roi du Wessex et son fils, le futur roi Alfred le Grand, se rendent à Rome sous le règne de Benoît III.

Il établit en Angleterre le denier de Saint-Pierre. C'est entre son règne et celui de son prédécesseur, qu'est située la légende de la papesse Jeanne. Il existe des pièces à l'effigie du pape aux côtés de Lothaire Ier, décédé le . Le , le pape publie une carte à l'abbaye de Corvey. Durant la même année, il entretient également une correspondance avec l'archevêque de Reims et adresse, toujours la même année, une lettre aux évêques qui exercent sous le règne de Charles Charles II le Chauve. L'existence de Benoît III est également démontrée par l'attitude du patriarche Photios Photios Ier de Constantinople qui cite Benoît III comme le successeur de Léon Léon IV, et non pas Jean ou Jeanne[2].

Dans d'autres langues
العربية: بندكت الثالث
asturianu: Benedicto III
беларуская (тарашкевіца)‎: Бэнэдыкт III (папа рымскі)
български: Бенедикт III
brezhoneg: Benead III
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Gáu-huòng Benedictus 3-sié
Cebuano: Benedicto III
čeština: Benedikt III.
Deutsch: Benedikt III.
Esperanto: Benedikto la 3-a
español: Benedicto III
客家語/Hak-kâ-ngî: Kau-fòng Benedictus 3-sṳ
hrvatski: Benedikt III.
Bahasa Indonesia: Paus Benediktus III
ქართული: ბენედიქტე III
македонски: Папа Бенедикт III
مازِرونی: بندیکت سوم
occitan: Beneset III
polski: Benedykt III
português: Papa Bento III
Runa Simi: Binidiktu III
русский: Бенедикт III
sicilianu: Binidittu III
srpskohrvatski / српскохрватски: Benedikt III
slovenčina: Benedikt III.
slovenščina: Papež Benedikt III.
српски / srpski: Папа Бенедикт III
українська: Бенедикт III
粵語: 本篤三世