Belette

Mustela nivalis

Page d'aide sur l'homonymie Pour le genre rassemblant toutes les belettes, voir Mustela.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belette (homonymie).

La Belette d'Europe (Mustela nivalis), aussi connue sous les noms de Belette pygmée[1], Petite belette, ou tout simplement Belette, est le plus petit mammifère de la famille des mustélidés et constitue également le plus petit mammifère carnivore d'Europe avec une taille d'environ 20 cm pour moins d'une centaine de grammes seulement.

La belette peut facilement être confondue avec une hermine. Celle-ci est cependant un peu plus grosse et la limite des couleurs sur les flancs est moins nette et plus irrégulière chez la belette que chez l’hermine. De plus, l'hermine a le bout de la queue noir, ce qui n'est pas le cas de la belette[2]. En Europe occidentale, la belette garde son pelage brun en hiver et possède systématiquement une tache brune dans le pelage blanc sous la joue.

Description

Les mensurations et la couleur de la robe de la belette varient fortement d'une région à l'autre. Typiquement, la belette mesure de 17 à 27 cm (le mâle étant plus grand que la femelle). La femelle pèse environ 65-90 grammes, contre 90-125 grammes pour le mâle. Elle a un long corps fin, qui lui permet de se faufiler dans un trou pas plus gros qu'une pièce de 2 euros. Son pelage est brun sur le dos et blanc sur les parties inférieures. À l'inverse de l'hermine, sa queue est courte, ne comporte pas d'extrémité noire. Les populations d'Europe occidentale ne deviennent pas blanches en hiver, contrairement à l'hermine[3]. La belette affectionne les prairies, les terres arables et les régions boisées. On la trouve en Eurasie (de la côte atlantique européenne à l'Himalaya) et Afrique du Nord ainsi qu'en Amérique du Nord. Elle a été introduite en Nouvelle-Zélande. Elle a une espérance de vie de trois ans.

Alimentation

La belette consomme principalement de petits rongeurs (campagnols, mulots, entre autres). Elle complète ce régime par de petits serpents et des oiseaux, d'œufs, parfois des lapins et, rarement, des batraciens. Son physique est idéalement adapté pour poursuivre les rongeurs jusque dans leurs terriers et galeries. Ses courtes pattes, son corps svelte et sa tête étroite lui permettent de se glisser dans les crevasses et fissures les plus étroites, interdisant tout refuge à ses proies. Celles-ci sont tuées d'une morsure dans la région occipitale qui disloque les vertèbres cervicales. La belette peut tuer des proies bien plus grosses qu'elle, comme les lapins, par strangulation et perte sanguine, conduisant à un arrêt cardiaque. En période d'abondance, il est fréquent que la belette ne consomme qu'une partie des proies tuées.

Mode de vie

À la fois diurne et nocturne, la belette mène un style de vie frénétique. En effet, en raison de sa petite taille, ses ressources énergétiques sont très limitées, et elle doit donc se nourrir et chasser régulièrement pour rester en vie (sa digestion s'effectue en trois heures). La belette doit ainsi consommer chaque jour l'équivalent d'un tiers de son poids pour survivre, et ne peut rester plusieurs heures sans manger.

Reproduction

La gestation dure cinq semaines (35 jours), les dernières portées naissant en septembre. À la naissance, les petits pèsent entre 1 et 3 grammes. Si la nourriture est abondante, la femelle peut mettre bas deux portées de quatre à neuf jeunes chacune. Le mâle n'intervient pas dans l'éducation des petits. Cette tâche incombe à la femelle, la soumettant à rude épreuve : elle doit en effet mener à bien sa grossesse, produire du lait en quantité suffisante, garder ses petits au chaud et se nourrir elle-même.

Sa réussite tient donc principalement aux effectifs de campagnols ; ce qui peut entraîner d'importantes variations dans la population des belettes.

Les petits naissent nus, aveugles et sourds. Totalement dépendants de leur mère, leurs yeux ne s'ouvrent qu'au bout de 4 semaines. Sevrés dès l'âge de huit semaines, ils peuvent tuer leurs proies et ils quittent le nid entre neuf et douze semaines.

Dans d'autres langues
Afrikaans: Wesel (dier)
አማርኛ: ትንሽ ፋደት
aragonés: Mustela nivalis
العربية: ابن عرس صغير
asturianu: Mustela nivalis
Atikamekw: Sikosiw
Aymar aru: Jisk'a achuqalla
azərbaycanca: Adi gəlincik
башҡортса: Йәтсә
žemaitėška: Žebėnkštie
беларуская: Ласка
български: Невестулка
brezhoneg: Kaerell
bosanski: Lasica
català: Mostela
нохчийн: Дингат
čeština: Lasice kolčava
Чӑвашла: Шăши юс
Cymraeg: Gwenci
dansk: Brud (dyr)
Deutsch: Mauswiesel
Ελληνικά: Νυφίτσα
English: Least weasel
Esperanto: Vizelo
español: Mustela nivalis
eesti: Nirk
euskara: Erbinude
estremeñu: Donina
suomi: Lumikko
Võro: Lasits
Nordfriisk: Huarem (slach)
Frysk: Wezeling
Gàidhlig: Neas bheag
galego: Donicela
Avañe'ẽ: Europa mykurẽ
hrvatski: Lasica
magyar: Menyét
Հայերեն: Աքիս
interlingua: Mustela nivalis
Iñupiak: Naulayuq
ГӀалгӀай: Шурткъа
italiano: Mustela nivalis
日本語: イイズナ
ქართული: დედოფალა
Адыгэбзэ: Ужьэ
қазақша: Аққалақ
한국어: 쇠족제비
Перем Коми: Учкись
kurdî: Kûzikê nas
коми: Ласича
Lëtzebuergesch: Mauswisel
Limburgs: Wezel
lietuvių: Žebenkštis
latgaļu: Luoceina
latviešu: Zebiekste
олык марий: Коляйос
македонски: Невестулка
кырык мары: Каляиӓш
эрзянь: Чомболкс
Nāhuatl: Cozamatl
Nederlands: Wezel (dier)
norsk nynorsk: Snømus
norsk: Snømus
Diné bizaad: Dlǫ́ʼii yázhí
occitan: Mostèla
Picard: Moutòle
português: Doninha-anã
Runa Simi: Unchuchukuy
română: Nevăstuică
русский: Ласка
саха тыла: Муҥур (кыыл)
sardu: Ana e mele
davvisámegiella: Nirpi
srpskohrvatski / српскохрватски: Lasica
slovenčina: Lasica myšožravá
slovenščina: Mala podlasica
shqip: Nuselala
српски / srpski: Мала ласица
Seeltersk: Wieselke
svenska: Vessla
удмурт: Юрмег
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: كىچىك سېسىق كۈزەنى
українська: Ласиця мала
vepsän kel’: Lasicaine
Tiếng Việt: Triết bụng trắng
West-Vlams: Wezel
walon: Marcote
中文: 伶鼬
粵語: 伶鼬