Bataille de Cepeda (1859)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Cepeda.
Bataille de Cepeda de 1859

Informations générales
Date
Lieu Marais le long du ruisseau Cepeda (affluent de la rivière Arroyo del Medio, marquant la frontière entre les provinces de Buenos Aires et de Santa Fe, à 5 km a l’est de l’actuel village de Mariano Benítez, dans le nord de la province de Buenos Aires, Argentine
Issue Victoire de la Confédération argentine
Belligérants
Armée de la Confédération argentineArmée de l’État de Buenos Aires
Commandants
Justo José de UrquizaBartolomé Mitre
Forces en présence
Total : 14 000[1],[2]-15 000[3]

10 000 cavaliers[2],[4],[5]
3 000[5]-3 500[4]fantassins
1 000 artilleurs et aides-artilleurs[5]
32 pièces d’artillerie[6]
Total : 7 000[2]-10 000[1]
(probablement 9 000)[7]
4 000 cavaliers[4],[6]
4 700 fantassins [4],[6]
300 artilleurs[6]
26 pièces d’artillerie[6]
Pertes
300 tués100 tués
2 000 prisonniers [2]
20 canons capturés[2]

Guerres civiles argentines

Coordonnées 33° 22′ 53″ sud, 60° 34′ 59″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Bataille de Cepeda de 1859

La bataille de Cepeda du est la seconde des deux batailles — la première eut lieu en 1820 — qui eurent lieu dans le marais bordant le ruisseau Cepeda, affluent de la rivière Arroyo del Medio, laquelle sépare les provinces de Buenos Aires et de Santa Fe, à quelque 5 km à l’est du village de Mariano Benítez, dans le nord de la province de Buenos Aires.

La bataille vit s’affronter, pendant la guerre entre la Confédération argentine et l’État de Buenos Aires, conflit situé dans le cadre des guerres civiles argentines, les troupes unitaires de la province de Buenos Aires (province alors séparée du reste du pays et constituée en un État quasi indépendant, l'État de Buenos Aires) et celles de la Confédération argentine, cette dernière associée idéologiquement au parti fédéraliste.

La bataille se solda par la défaite de l’armée portègne et déboucha, après divers pourparlers, sur un accord concrétisé dans le pacte de San José de Flores, par lequel la province de Buenos Aires était réincorporée dans la République argentine.

Pour rappel, l’autre bataille de Cepeda, de février 1820, fut suivie d’une période de morcellement du pays, marquée par une prééminence politique des caudillos provinciaux.